ANABAPTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'anabaptisme pacifique

L'anabaptisme pacifique est le seul des mouvements anabaptistes du xvie siècle à avoir une descendance aujourd'hui, dans les assemblées dites mennonites. Cette branche de la Réforme radicale naquit à Zurich en 1525, d'un schisme entre Zwingli, réformateur du canton, et certains de ses disciples. Avec les hommes et les mouvements précédents, on avait affaire, sur le terrain protestant, à des résurgences de mysticisme et de christianisme médiéval plus ou moins intégrés à des problématiques luthériennes ; ici, par contre, on se trouve en face de la première dissidence protestante portant à leurs conséquences radicales les principes des réformateurs. Les influences médiévales n'en sont pas, pour autant, exclues complètement. L'originalité de l'anabaptisme pacifique tient à la façon dont il restitue le modèle de l'Église qu'il tire du Nouveau Testament. L'Église étant pour lui la communauté locale visible des convertis, n'y sont admises, sur profession de leur foi, que les personnes qui ont décidé de répondre avec fidélité à la prédication de l'Évangile. L'État n'a rien à faire avec ces assemblées, qui lui refusent le droit à toute intervention dans le domaine religieux. Vis-à-vis du monde, l'anabaptisme pacifique prend ses distances par la non-mondanité. Celle-ci consiste dans le refus du serment, de la guerre, de la participation à la vie politique, etc. et dans la simplicité de vie. Pacifique autant qu'il était possible, l'anabaptisme zurichois n'en fut pas moins sévèrement persécuté. Il passait pour révolutionnaire parce qu'il se soustrayait à la juridiction de l'État en matière religieuse. Son histoire postérieure se confond avec celle du mouvement mennonite.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  ANABAPTISME  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 499 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La tragédie anabaptiste »  : […] En s'étendant, la Réforme perd de sa ferveur primitive, mais les idées radicales et mystiques persistent dans les sectes qui, en réaction contre le nouveau dogmatisme, maintiennent l'esprit primitif. Héritiers des mystiques allemands, des vaudois, des hussites, nombreux dans l'Église de l'Allemagne du Sud avec Carlstadt, Thomas Münzer, les anabaptistes, qui se recrutent parmi les pauvres et les h […] Lire la suite

ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 487 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’asthme et l’éducation de l’immunité innée »  : […] La certitude de l’existence du farm effect résulte de plusieurs études portant sur l’origine de l’absence d’asthme et d’allergies respiratoires dans les communautés amish. Une étude publiée en août 2016 par M. Stein et ses collaborateurs, dans la revue The New England Journal of Medicine , démontre clairement l’effet fortement protecteur du mode de vie des amish et plus particulièrement de l’e […] Lire la suite

GREBEL CONRAD (1498?-1526)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 243 mots

Zurichois appartenant à une famille de notables, Conrad Grebel introduit, avec F. Mantz, l'anabaptisme dans sa ville natale. Il étudie à Bâle, à Vienne (où il rencontre Vadian), à Paris (rencontre de Lefèvre d'Étaples, de G. Budé, de G. Cop). De retour à Zurich, il s'initie aux langues bibliques avec Mantz et Zwingli. Après son mariage, il se tourne vers les évangéliques. La modération de Zwingli, […] Lire la suite

HUT HANS (1490 env.-1527)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 530 mots

Prédicateur anabaptiste et fondateur de nombreuses communautés en Franconie, en Bavière, en Moravie, en Silésie et, surtout, en Autriche. Né à Haina, en Thuringe, Hans Hut (ou encore : Hutt, Huth, Huet) est pendant quelque temps sacristain des seigneurs Hans et Georg de Bibra-Schwebenheim, puis devient relieur et colporteur de livres, ce qui l'amène à parcourir les régions où la Réforme luthérienn […] Lire la suite

HUTTÉRIENS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 424 mots

Issue du courant pacifiste et communautaire de l'anabaptisme du xvi e  siècle, la secte des huttériens (ou huttérites) revêt une valeur sociologique exemplaire par la rigueur avec laquelle, jusqu'à l'époque actuelle et par-delà plusieurs migrations successives qui l'ont amenée finalement en Amérique du Nord, elle est restée fidèle non seulement à son idéal religieux primitif, mais aussi à sa struc […] Lire la suite

JORIS DAVID (1501-1556)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 868 mots

Parmi les prédicateurs errants que la Réforme et la traduction des textes sacrés jetteront sur les routes d'Europe, David Joris se distingue par une destinée hors du commun plus que par l'originalité de sa pensée. Poursuivi par la haine conjointe des catholiques et des protestants, anabaptiste dissident, attaqué par les mennonites et par les munstérites, cet homme, dont la tête est partout mise à […] Lire la suite

MANTZ FELIX (1498?-1527)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 231 mots

Né à Zurich, Felix Mantz introduit, avec Conrad Grebel, l'anabaptisme dans cette ville. Après avoir rencontré Zwingli, comme étudiant des langues bibliques, il se détache de lui lors de la deuxième Dispute de Zurich (26-28 oct. 1523), déçu par sa modération devant les autorités catholiques. Les « radicaux », groupés autour de Balthasar Hubmaier, notamment Mantz, L. Haetzer, Grebel et S. Stumpf, ap […] Lire la suite

MEGANDER GASPARD GROSSMANN dit (1495-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 222 mots

Théologien zurichois, partisan de Zwingli dès 1522, Megander participe aux débats qui, dans sa ville natale, opposent les zwingliens aux catholiques, puis aux anabaptistes. Après la dispute de Berne, en 1528, il reste dans cette ville avec ses compatriotes, Pellicanus et Hofmeier, pour y travailler à l'établissement de la Réforme. Aux côtés de Berthold Haller, il prend part au colloque de Zofingen […] Lire la suite

MENNONITES

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 198 mots

Les « assemblées » mennonites tiennent leur nom de Menno Simons (1496-1561) ; ce prêtre frison se convertit, en 1536, à l' anabaptisme pacifique dans une de ses versions néerlandaises proche de l'anabaptisme pacifique suisse né à Zurich en 1525. Il devint l'un des chefs et le réformateur de ce courant religieux, en Hollande et jusqu'en Allemagne. Son influence s'étendit en fait, excepté la branche […] Lire la suite

RÉFORME

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 8 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Réforme anglicane »  : […] À la différence des autres Réformes entreprises par des hommes d'Église et des théologiens de large envergure, la Réforme anglicane fut préparée, instaurée et rétablie, en trois temps, sous les auspices de la monarchie. L'œuvre des souverains, inspirée par le désir de subordonner la vie ecclésiastique aux intérêts de l'État, n'aurait d'ailleurs pas survécu si la papauté n'avait été auparavant pro […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean SÉGUY, « ANABAPTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anabaptisme/