GITAÏ AMOS (1950- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoires d'Israël

Entre 1991 et 1993, Amos Gitaï prépare et tourne Le Jardin pétrifié, un film ambitieux qu'il qualifie de « métaphore titanesque et désagréable », variation moderne sur le thème du Golem dans le chaos de la transition entre l'U.R.S.S. et la nouvelle Russie. Et il prend la décision de rentrer en Israël, où il entame une nouvelle carrière. D'une part, il tourne avec des moyens réduits, souvent en vidéo, des essais liés à l'actualité (l'assassinat d'Ithzak Rabin dans L'Arène du meurtre en 1996), ou qui font retour sur des thèmes qu'il avait abordés à ses débuts, comme le cycle de Wadi qui assemble des images tournées en 1981, 1991 et 2001. En 1997, Guerre et paix à Vesoul, qu'il a coréalisé avec le Palestinien Elia Suleiman, est à la fois un regard sarcastique porté sur un festival provincial et une méditation sur l'identité et le vivre ensemble de deux cinéastes, dont l'un est né à Haïfa et l'autre à Nazareth.

Simultanément, avec la « trilogie des villes » (Tel Aviv, Haïfa et Jérusalem), que forment Devarim (1995), Yom Yom (1998) et Kadosh (1999), Amos Gitaï amorce une œuvre qu'on peut qualifier de romanesque, une comédie humaine tendue vers la compréhension sans complaisance de l'identité d'Israël. Il fait équipe, depuis Devarim, avec le chef opérateur suisse Renato Berta. Chaque film est un cube clair installé, avec la rigueur et le sens de l'équilibre que le cinéaste tient peut-être de sa formation d'achitecte, dans la géographie humaine du pays (les ashkénazes dans Devarim, le métissage judéo-arabe dans Yom Yom, les juifs orthodoxes dans Kadosh) ou dans son histoire récente : dans Kippour la guerre de 1973, avec l'implication autobiographique évoquée plus haut, dans Eden (2001) l'utopie sioniste des années 1940, dans Kedma (2002) la guerre de 1948 et l'exil des Palestiniens. Depuis Yom Yom, Gitaï réalise chaque année un de ces films à gros budget, cofinancés par des producteurs et des chaînes de télévision européens, consacrés le plus souvent par une sélection à Venise ou à Cannes qui leur ouvre un large marché. Ainsi d'Alila (2003) ou encore de Terre


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire, historien de cinéma, président de l'Association française de recherche sur l'histoire du cinéma

Classification


Autres références

«  GITAÏ AMOS (1950- )  » est également traité dans :

KIPPOUR (A. Gitaï)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 1 000 mots

Le film de guerre est un genre. Le film de guerre stricto sensu fait référence aux guerres du xxe siècle, que le cinéma a ou aurait pu filmer. Le cinéaste qui reconstitue les guerres indiennes travaille aux marges du western, tout comme celui qui évoque la guerre de Sept Ans fait dans le film en costumes, ou celui qui filme les guerres puniques n'écha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kippour/#i_38213

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « Montrer la guerre »  : […] La fin des années 1970 marque la reconnaissance officielle du cinéma d'auteur par les institutions israéliennes, avec la création, en 1978, du Fonds de soutien aux films de qualité, résultat des années de luttes menées par les cinéastes de la Nouvelle Sensibilité. Ce fonds public, toujours en activité, a largement contribué à l'arrivée du cinéma d'auteur au centre du paysage cinématographique isra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_38213

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des films polyglottes »  : […] Le spectateur devient alors de plus en plus conscient des questions de langage, d'autant que lui-même voyage, capte des vidéos du monde entier, écoute des stations de radio émettant des n'importe quel autre point du monde. Le DVD et les chaînes télévisées lui permettent de choisir entre plusieurs versions, originales ou doublées, etc. Cette diversité des sources contribue peut-être à la proliférat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-parlant/#i_38213

Pour citer l’article

Jean-Pierre JEANCOLAS, « GITAÏ AMOS (1950- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amos-gitai/