GITAÏ AMOS (1950- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les années de formation

Amos Gitaï commence en 1971 des études d'architecture à Haïfa, et les achève à Berkeley, aux États-Unis, en 1976. Entre-temps, mobilisé dans une unité de l'armée de l'air, il a pris part à la guerre du Kippour, en octobre 1973, et y a été gravement blessé quand son hélicoptère a été abattu par un missile syrien. Cet épisode sera à l'origine de son meilleur film, Kippour (2000). C'est aussi en 1973 qu'il commence à tourner des films courts, en format réduit (super 8 ou 16 mm). À partir de 1977, ses films documentaires en 16 mm noir et blanc sont produits et diffusés par la télévision israélienne. Mais en 1980, La Maison, un documentaire qu'il considère comme son premier film « abouti », est interdit : il y était question du statut d'une maison de Jérusalem-Est saisie par le pouvoir israélien depuis 1948. On l'accuse alors de faire le jeu des Palestiniens. L'affaire de La Maison eut deux conséquences : Amos Gitaï abandonna l'architecture pour le cinéma, et choisit l'exil.

En août 1982, il s'installe à Paris. Pendant une décennie, il va se forger une identité cinématographique au contact d'une avant-garde européenne ouverte à des influences venues du spectacle vivant ou de recherches picturales. Il n'avait pas de passé de cinéphile. Il se cultive, fait des rencontres stimulantes, comme celle d'Henri Alekan, vieux maître de la lumière, qui éclairera ses premiers longs-métrages de fiction, (Esther, 1985 ; Berlin-Jérusalem, 1989 ; Golem, l'esprit de l'exil, 1991). Il dirige des acteurs recrutés dans toute l'Europe, et apprend, avec un producteur qui lui restera fidèle, Laurent Truchot, à construire des montages financiers complexes, associant des aides publiques à des producteurs privés et à des chaînes de télévision dans toute l'Europe et en Israël. Un Babel financier qui lui permet d'expérimenter dans toutes les directions, du documentaire politique (avec Ananas, 1983, et Bangkok-Bahrein, 1984, il est l'un des premiers à attirer l'attention sur les effets pervers de la mondialisation de l'économie) aux [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire, historien de cinéma, président de l'Association française de recherche sur l'histoire du cinéma

Classification


Autres références

«  GITAÏ AMOS (1950- )  » est également traité dans :

KIPPOUR (A. Gitaï)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 1 000 mots

Le film de guerre est un genre. Le film de guerre stricto sensu fait référence aux guerres du xxe siècle, que le cinéma a ou aurait pu filmer. Le cinéaste qui reconstitue les guerres indiennes travaille aux marges du western, tout comme celui qui évoque la guerre de Sept Ans fait dans le film en costumes, ou celui qui filme les guerres puniques n'écha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kippour/#i_38213

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « Montrer la guerre »  : […] La fin des années 1970 marque la reconnaissance officielle du cinéma d'auteur par les institutions israéliennes, avec la création, en 1978, du Fonds de soutien aux films de qualité, résultat des années de luttes menées par les cinéastes de la Nouvelle Sensibilité. Ce fonds public, toujours en activité, a largement contribué à l'arrivée du cinéma d'auteur au centre du paysage cinématographique isra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_38213

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des films polyglottes »  : […] Le spectateur devient alors de plus en plus conscient des questions de langage, d'autant que lui-même voyage, capte des vidéos du monde entier, écoute des stations de radio émettant des n'importe quel autre point du monde. Le DVD et les chaînes télévisées lui permettent de choisir entre plusieurs versions, originales ou doublées, etc. Cette diversité des sources contribue peut-être à la proliférat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-parlant/#i_38213

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre JEANCOLAS, « GITAÏ AMOS (1950- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amos-gitai/