AMIBIASE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le parasite et sa transmission

Le parasite existe sous trois formes : deux végétatives et une kystique.

– La forme végétative, dite minuta, a un diamètre de 12 à 15 μm et vit à la surface de la muqueuse colique. Elle se nourrit du contenu intestinal, mais jamais de globules rouges. C'est elle que l'on rencontre au début de l'infestation, dans les colites chroniques amibiennes et chez les « porteurs sains ». Elle seule a le pouvoir de s'enkyster. Elle est donc à l'origine de la contamination du milieu.

– La forme végétative, dite histolytica, de 20 à 30 μm de diamètre, est très mobile. Elle apparaît lorsque la résistance naturelle de l'homme est ou devient insuffisante, par transformation de la forme minuta qui grandit et acquiert le pouvoir de lyser les tissus environnants. Elle pénètre alors dans la profondeur de la muqueuse et c'est elle que l'on découvre dans les formes dysentériques (colite amibienne aiguë). Elle peut passer dans les capillaires intestinaux et diffuser par voie sanguine ou lymphatique. Elle est alors responsable des localisations extra-intestinales (abcès métastatiques du foie, du poumon, etc.). Dans les selles, on la reconnaît facilement, car son cytoplasme contient des hématies phagocytées.

– Le kyste, né d'une forme minuta qui s'immobilise et s'entoure d'une coque, est éliminé dans les selles. Lorsqu'il est mûr, il contient quatre noyaux. Il est la forme de résistance aux agents climatiques (voire chimiques) et assure la dissémination du parasite.

L'amibiase est le type même des affections à transmission digestive et la contagion est strictement interhumaine, l'animal n'étant pas atteint par la maladie.

Le parasite siège dans le gros intestin, et tout porteur de kystes en essaime autour de lui par ses selles. Seul le kyste est dangereux, car il peut survivre en milieu extérieur. Les formes mobiles sont au contraire très rapidement détruites après élimination intestinale.

Dans cette maladie où le « péril fécal » est au premier plan, la contagion se fait à partir de l'homme porteur de kystes et surtout par l'inte [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, médecin général inspecteur, directeur général du service de santé de la première région militaire
  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  AMIBIASE  » est également traité dans :

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Atteintes parasitaires »  : […] Dans le paludisme, les sporozoïtes présents dans la salive qu'infecte l'insecte vecteur (moustique anophèle) sont amenés par le sang au foie, où ils se multiplient au sein d'hépatocytes qui deviendront ainsi des « corps bleus ». La rupture des cellules hôtes, qui permettra au parasite de retourner dans le sang, sous forme de mérozoïtes qui vont se loger dans les globules rouges, inaugure la phase […] Lire la suite

RHIZOPODES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 2 395 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mode de vie »  : […] On se bornera ici à répartir les amibes en trois groupes selon leur mode de vie : les amibes polymorphes, les amibes libres et les espèces parasites. – Les amibes polymorphes . On groupe sous ce nom les espèces qui se présentent alternativement sous une forme amibe et sous une forme flagellée. Tetramitus rostratus en est le plus parfait exemple. On le trouve sous les deux formes qui dépendent du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert DURIEZ, Yves GOLVAN, « AMIBIASE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amibiase/