AMÉRIQUE (Structure et milieu)Géographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'occupation humaine

Le peuplement de l'Amérique

Les premières hypothèses sur le peuplement de l'Amérique remontent au siècle même de la découverte du Nouveau Monde par l'Europe. Elles correspondent à la vision de l'époque, celle d'un monde à la fois chrétien et admirateur de l'Antiquité classique. Les explications proposées quant à l'origine de ces êtres, auxquels il a bien fallu, après maintes hésitations, reconnaître le statut d'homme (bulle du pape Paul III en 1537), se fondent donc sur la Bible et les textes des auteurs grecs et latins. C'est ainsi que les « Indiens » d'Amérique sont tour à tour considérés comme descendants des Assyriens, des Phéniciens, des Égyptiens, des Hébreux, des Troyens, des Grecs, des Étrusques, des Romains, des Scythes ; plus tard seront évoqués les Tartares, les Chinois, les Africains, les Vikings, les Basques et d'autres peuples encore.

Si toutes ces hypothèses sont depuis longtemps abandonnées, elles ont été remplacées par diverses théories pseudo-scientifiques qui s'obstinent à voir dans les Amérindiens les arrière-petits-fils de visiteurs extraterrestres, des rescapés de l'Atlantide ou de l'hypothétique continent de Mu. Qu'importe si les arguments sont tendancieux et si les faits archéologiques cités sont toujours faux ou déformés ; ils ne servent qu'à démontrer l'indéracinable besoin de merveilleux qui caractérise notre siècle.

En dehors de toute explication fantaisiste, le problème du peuplement initial de l'Amérique constitue une des questions majeures que se posent les préhistoriens spécialistes du Nouveau Monde. Il est l'objet d'une controverse sans cesse renouvelée et, curieusement, la masse grandissante des données apportées chaque jour par des découvertes nouvelles, tant dans le domaine de l'archéologie proprement dite que dans celui, inséparable, de la géologie du Quaternaire, semble contribuer davantage à compliquer et à multiplier les hypothèses qu'à clarifier le débat.

En effet et sans que l'on s'explique bien pourquoi, les discussions à ce propos revêtent presque toujours un aspect passionnel, nuisant à l'objectivité comme à la valeur des arguments utilisés.

C'est ainsi qu'il existe, principalement parmi les spécialistes nord-américains, une école conservatrice qui refuse d'admettre la possibilité d'une présence humaine en Amérique antérieure à 12 000 B. P. environ (before present, c'est-à-dire avant 1950) ou 10 000 avant notre ère. Elle s'appuie encore, de manière consciente ou non, sur les arguments et les opinions catégoriquement négatives émises par l'anthropologue A.  Hrdlicka dans les premières décennies du xxe siècle. Pour lui, en effet, l'homme fossile américain n'existait pas et aucun vestige – reste humain, faune ou outil – ne pouvait être antérieur à un Postglaciaire d'ailleurs encore mal défini à l'époque (se terminant aux alentours de — 6000 ?). Le prestige de Hrdlicka était alors grand et ses conclusions probablement fondées en ce qui concerne les trouvailles qu'il avait eu à examiner. Mais ses continuateurs les érigèrent en dogme que les nouvelles découvertes et les progrès indéniables des techniques de fouille et de datation ont encore du mal à ébranler. Dès 1926, la découverte à Folsom (Nouveau-Mexique, États-Unis) d'un squelette de bison appartenant à une espèce disparue et associé à une pointe de projectile taillée obligea même les plus inflexibles à reculer à une dizaine de milliers d'années la limite fixée par Hrdlicka. Aujourd'hui cependant, les « conservateurs » les plus obstinés n'accordent guère qu'un âge de 11 000 ou 11 500 ans aux premiers témoignages qu'ils acceptent de considérer comme humains.

Aux conservateurs s'opposent, avec une égale intolérance, les partisans enthousiastes d'un homme américain beaucoup plus ancien, arrivé sur ce continent dès 40 000 ou 50 000 ans, voire plus tôt encore. Si nombre des gisements et des vestiges souvent cités à l'appui de cette thèse ne répondent pas aux exigences scientifiques minimales (une stratigraphie claire, des datations absolues multiples et bien contrôlées, des objets d'origine indiscutablement humaine et associés de manière incontestable aux datations proposées), il faut cependant reconnaître que, depuis une vingtaine d'années, diverses découvertes sont venues remettre sérieusement en cause le dogme d'une installation récente de l'hom [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 27 pages

Médias de l’article

Amérique

Amérique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mont McKinley

Mont McKinley
Crédits : Brett Baunton/ Stone/ Getty Images

photographie

Vallée de la Mort

Vallée de la Mort
Crédits : Jeff Goulden/ Getty Images

photographie

Le Popocatepetl

Le Popocatepetl
Crédits : Robert Frerck/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AMÉRIQUE  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

L'Amérique – ou, pour être plus précis, les Amériques – est constituée de trois ensembles présentant des différences marquées, tant dans leurs structures, héritées du passé géologique, que dans leurs géodynamiques actuelles : l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud sont clairement individualisées comme continents ; l'Amérique centrale et le domaine caraïbe, beaucoup plus complexes, font la liaison […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Marston BATES
  •  • 4 981 mots
  •  • 13 médias

La répartition des animaux et des plantes peut être envisagée sous deux angles différents : l'un écologique, l'autre historique. La surface de la Terre présente une série de zones climatiques, symétriques de part et d'autre de l'équateur. Cette régularité zonale est cependant modifiée par les reliefs montagneux qui perturbent les courants atmosphériques à la […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 816 mots
  •  • 6 médias

Étymologiquement le mot « Amérique » vient d'Amerigo, prénom de Vespucci. Il a été inventé par Martin Waldseemüller qui, dans sa Cosmographie (1507), proposa d'appeler Amérique la « quatrième partie du monde », prétendument découverte par le Florentin.La « découverte de l'Amérique » a été une œuvre collective. Qui peut savoir quel pêcheur anonyme est parvenu le premier sur les […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique portugaise

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 4 227 mots
  •  • 6 médias

Les Portugais ont découvert le Brésil parce que celui-ci était sur la route des Indes orientales.Au début, le bois brésil offrait beaucoup moins d'intérêt que les épices orientales.Mais, lorsque l'empire d'Orient s'effondra, le sucre brésilien devint la grande richesse du commerce portugais.Le « cycle » du sucre aboutit à la création d'une société patriarcale […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

C'est une expression relativement récente que celle d'« Amérique espagnole » pour désigner les domaines de la couronne de Castille dans le Nouveau Monde. Les Espagnols eux-mêmes n'ont longtemps parlé, officiellement, que des « Indes, îles et terres fermes de la mer Océane » (Indias, isl […] Lire la suite

AMAZONE, fleuve

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 2 327 mots
  •  • 1 média

Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus manifeste en ce qui concerne l'abondance de l'alimentation : le débit moyen à l'embouchure représente cinq f […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Les Africains conduits en esclavage en Amérique ont amené avec eux leurs croyances et leurs rites. Certes, en beaucoup de pays, au contact de civilisations différentes et de sociétés répressives, ces croyances et ces rites, après un moment de résistance (par exemple, en Argentine jusque vers le milieu du xix e  siècle), ont fini par disparaître. Mais, là où les Noirs ont été particulièrement nomb […] Lire la suite

ARAUCANS

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON
  •  • 1 060 mots

Araucan est un mot forgé au xvi e siècle par Ercilla, poète espagnol, à partir d'un nom de lieu indigène. Depuis lors, son usage s'est imposé en ethnologie pour désigner un ensemble de populations qui, parlant la même langue et culturellement apparentées, occupaient, à l'arrivée des conquistadores, le Chili central, du 30 e parallèle au golfe Corcovado, et se sont étendues vers le nord-ouest d […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les Vikings »  : […] À partir du ix e  siècle, les Scandinaves prennent une place grandissante dans la navigation atlantique. Les rois du Vik – le golfe de Göteborg – ou Vikings, se lancent au loin sur des bateaux légers et rapides, les skeids , dont plusieurs exemplaires ont été retrouvés en parfait état dans les tombes de ces marins et ornent aujourd'hui les musées scandinaves. Montés sur ces barques, les Vikings je […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Quand les Espagnols abordèrent pour la première fois le continent américain, ils entendirent parler d'un empire tout-puissant, à la fois craint et haï, et qui tenait tous les peuples sous sa loi. Cet empire avait son centre « derrière les montagnes », dans la lointaine vallée de Mexico. C'est lui que les conquérants allaient combattre et détruire. Ils furent si impressionnés par sa puissance et s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Danièle LAVALLÉE, Catherine LEFORT, « AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-structure-et-milieu-geographie/