AMBROISE DE MILAN (339-397)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les principes de politique religieuse

Pour Ambroise, l'Église possède la vérité absolue, reçue de la parole même de Dieu, et elle a donc un droit imprescriptible d'intervenir politiquement lorsque cette vérité est menacée par le pouvoir civil. L'empereur est dans l'Église et non au-dessus de l'Église (Contra Auxentium, 36). Théodose qui, par mesure de répression collective, a fait massacrer le peuple de Thessalonique, doit se soumettre à la pénitence publique, comme n'importe quel chrétien (390). Mais l'empereur n'est pas seulement un chrétien à titre privé, le christianisme s'identifie avec l'Empire et doit être considéré comme religion d'État. Les chrétiens de Callinicum ont brûlé une synagogue et Théodose veut obliger l'évêque de la ville à reconstruire à ses frais l'édifice (388). Ambroise intervient : ce serait une atteinte intolérable au prestige de l'Église ; et Théodose, invectivé publiquement par Ambroise, doit renoncer à sa décision (Lettre XL).

En 382, l'empereur Gratien, dans une série de mesures antipaïennes, avait fait enlever du Sénat de Rome l'autel de la Victoire. Au nom du parti païen, Symmaque adresse une pétition à l'empereur et Ambroise y répond. Les deux hommes, de même rang, de même culture, identifient tous deux Rome et leur religion. Symmaque défend la coutume des ancêtres, « les droits et les destinées de la patrie ». Ambroise répond que Rome est maintenant adulte, que l'évolution est une loi irréversible de la nature, comme de la vie humaine : il faut accepter le progrès (Lettre XVIII, 23). Mais Symmaque le traditionaliste est tolérant : « Il n'y a pas un chemin unique pour parvenir à un si grand Mystère » (Relatio, 10). « Ce chemin unique, répond Ambroise, les chrétiens le connaissent par la voix même de Dieu » (Lettre XVIII, 8). Toutefois, l'intolérance d'Ambroise refuse l'effusion de sang. Il rompt la communion avec les évêques de Gaule qui avaient fait exécuter l'héritier Priscillien et il dénonce leurs « sanglants trio [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AMBROISE DE MILAN (339-397)  » est également traité dans :

AMBROSIENS RITE & CHANT

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 561 mots

Au sens étroit de l'expression, le chant ambrosien est le corpus de textes et de musiques qui fut créé par saint Ambroise (333 ou 340-397), évêque de Milan. Le témoignage de saint Augustin est formel ; nous apprenons ainsi que, « persécuté par l'impératrice Justine, l'évêque s'enferma avec ses fidèles dans l'église de Milan et, pour occuper le peuple, lui fit chanter des hymnes et des psaumes à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rite-et-chant-ambrosiens/#i_12866

MAXIME (mort en 388) empereur romain (383-388)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 459 mots

À la fin du iv e siècle, l'empereur d'Orient Théodose et les deux empereurs d'Occident Gratien et Valentinien II, tous deux fils de Valentinien I er et proclamés augustes, le premier en 367 et le second en 375, doivent affronter non seulement l'invasion barbare, mais aussi une anarchie endémique. Ils sont incapables de f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-mort-en-388-empereur-romain-383-388/#i_12866

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rome entre la Grèce et le christianisme »  : […] Ces thèmes se retrouveront au siècle suivant chez le stoïcien Sénèque (mort en 65 apr. J.-C.). Mais les temps auront changé : au siècle de Néron, l'unité du genre humain, l'exigence de la loi naturelle apparaîtront moins comme des données que comme des tâches. L' humanitas , introuvable dans les mœurs corrompues de la Rome impériale, se réfugiera dans les consciences : elle n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-rome-et-la-pensee-grecque/#i_12866

THÉODOSE Ier LE GRAND (346-395) empereur romain (379-395)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 450 mots
  •  • 1 média

Seul empereur romain qui ait mérité le surnom de Grand : grand peut-être parce qu'il fut le dernier empereur qui réunit sous son sceptre l'Orient et l'Occident ; grand aussi parce qu'il fut le dernier empereur à résister victorieusement et diplomatiquement aux invasions barbares, grand enfin par rapport aux souverains qui lui succèdent encore pendant moins d'un siècle et dont les noms sont associé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodose-ier-le-grand/#i_12866

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « AMBROISE DE MILAN (339-397) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambroise-de-milan/