AMBRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période artisanale

Toutes ces croyances développèrent un artisanat actif dont la production était celle d'objets destinés à la parure, d'objets décoratifs ou d'objets à caractère religieux. Cet artisanat n'a guère su, dans son histoire, produire d'autres objets – la taille de la plupart des morceaux recueillis est relativement petite, limitant techniquement la gamme des objets possibles. Les plus gros spécimens ont été conservés tels quels, à cause de leur rareté : le collier d'or et d'ambre du marin de l'Odyssée, ceux qui ont été trouvés dans les tombeaux mycéniens, ou ceux dont on entoure encore parfois le cou des enfants malades sont formellement similaires ; seule leur fonction et leur signification diffèrent (parure, magie ou pharmacopée).

Parmi les objets de caractère religieux, celui qui eut la plus grande diffusion est le chapelet. Son apparition est liée à l'ordre des chevaliers teutoniques qui ont au Moyen Âge le monopole de l'ambre. Sur leur initiative, une guilde de tourneurs d'ambre est fondée à Bruges pour fabriquer ces chapelets, et toute la chrétienté les achète. L'adhésion de l'ordre au luthérianisme menace ce commerce. Il vend donc son monopole à un marchand de Dantzig qui trouvera des débouchés dans les pays islamiques.

Ce monopole de l'ambre qu'a la Prusse durera jusqu'au xixe siècle, tantôt aux mains de marchands, tantôt le privilège du roi de Prusse. Le caractère religieux de l'usage de la pipe, mis en évidence par les ethnologues, est renforcé en Islam par l'utilisation d'embouts d'ambre, matière de caractère traditionnellement religieux dans ces pays. Mais sa propriété d'isolant thermique n'était sans doute pas ignorée des artisans, et elle prévaut aujourd'hui sur la signification religieuse de cette matière.

Les vertus médicinales attribuées depuis toujours à l'ambre n'ont pas suscité la fabrication d'objets spécifiques, mais c'est par l'intermédiaire d'objets qui ont déjà une ou plusieurs utilisations, particulièrement de parure – colliers ou bagues – qu'elles sont dispensées. Anselme Boèce de Boodt, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Ambre

Ambre
Crédits : Photo 1/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Insecte prisonnier de l'ambre

Insecte prisonnier de l'ambre
Crédits : Jochen/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  AMBRE  » est également traité dans :

ROUTES DE L'AMBRE (Europe protohistorique)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 1 410 mots

L'ambre jaune est une résine fossile que l'on trouve principalement en Allemagne du Nord (Slesvig-Holstein), au Danemark (Jutland) et sur les rives méridionales de la Baltique (Pologne). Il contient alors 3 à 8 p. 100 d'acide succinique. D'autres gisements moins importants ont été signalés en France du Sud, en Espagne, en Italie ou en Syrie, qui ne contiennent qu'environ 0,4 p. 100 d'acide succini […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] Parmi les premières observations relatives à ce que l'on nommera plus tard électricité, il faut citer les éclairs orageux, la foudre (liée à la production du feu), les aurores boréales, l'attraction de certaines substances par d'autres (ambre et pierres d'aimant). Thalès, né à Milet (env. 625-env. 547), le plus ancien des sept sages de la Grèce, fondateur de l'école ionienne, connaissait la propri […] Lire la suite

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Sels d'acides organiques, hydrocarbures, résines »  : […] Dans la plupart des cas, les nombreuses « espèces » décrites dans cette classe se révèlent être des mélanges mal définis de composés organiques ; c'est le cas en particulier des charbons, des ozocérites (paraffines) et de l'ambre . Comme espèces assez fréquentes, on peut citer : la mellite Al 2 (C 12 O 12 ).18 H 2 O, en octaèdres quadratiques, jaune miel, trouvée dans certaines lignites ; la whew […] Lire la suite

RÉSINES NATURELLES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 537 mots
  •  • 3 médias

Produits de sécrétions végétales, complexes, souvent formés dans un appareil sécréteur. Les résines naturelles sont amorphes ; dures à température ordinaire, elles se ramollissent à la chaleur ; insolubles dans l'eau, elles sont solubles dans l'alcool, plus ou moins solubles dans l'éther et le chloroforme. Les résines proprement dites sont constituées d'alcools aromatiques souvent phénoliques, d'a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christine FLON, « AMBRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambre/