ALUNS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure cristalline

En 1819, après avoir étudié et comparé les aluns de fer et d'aluminium, Eilhard Mitscherlich définit la notion d'« isomorphie » et établit une règle selon laquelle des substances doivent avoir la même formule lorsqu'elles possèdent la même forme cristalline et sont susceptibles de «  syncristalliser », c'est-à-dire de donner des cristaux mixtes ; cette règle appliquée aux aluns le conduisit à proposer la valence + 3 pour les sels ferriques, par comparaison avec l'aluminium, alors qu'à cette époque les valences + 1 et + 2 étaient admises pour ce métal. En réalité cette loi n'a pas de caractère absolu et ne s'applique même pas à tous les aluns.

L'alun cristallise soit sous forme d'octaèdres lorsque le dépôt a lieu à partir d'une solution neutre, soit sous forme de cubes ou alun de Rome, lorsque la solution mère est rendue basique par dissolution d'un excès d'alumine. Le passage d'une forme à l'autre est aisé et des octaèdres plongés dans une solution basique se transforment en cubes. Par évaporation très lente échelonnée sur plusieurs années à la température ordinaire, des cristaux énormes pesant parfois plusieurs kilogrammes ont été préparés. La « syncristallisation » est mise en évidence en plongeant successivement un cristal d'alun ordinaire dans une solution saturée d'alun de chrome violet et dans sa solution mère incolore ; le cristal se recouvre alternativement de couches de chacun des deux aluns.

L'étude radiocristallographique des aluns, grâce à la diffraction des rayons X, a montré que si la forme cristalline est toujours la même et le système cristallin toujours cubique, trois variétés de structures existent néanmoins. La structure cubique est imposée par les atomes métalliques qui constituent un réseau du type chlorure de sodium. Les cations MeI et MeIII occupent des positions équivalentes aux ions Cl- et Na+ et la maille élémentaire mesure 1,213 nm d'arête dans le cas de l'alun ordinaire ; chacun des huit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Haute-Normandie

Classification


Autres références

«  ALUNS  » est également traité dans :

CUIR

  • Écrit par 
  • Laurent VILLA
  •  • 11 128 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tannages minéraux »  : […] Un très grand nombre de sels minéraux peuvent, dans certaines conditions, transformer en cuir la peau en tripe. Cependant, seuls quelques sels, en raison de leur abondance et de leur facilité de mise en œuvre, sont utilisés. Les plus importants sont sans aucun doute les sels basiques de chrome. Ce mode de tannage, utilisé seul ou associé au tannage végétal, au tannage à l'alun ou aux tannages orga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuir/#i_2724

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean PERROTEY, « ALUNS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aluns/