ALLEU

FIEF

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 1 166 mots

Dans le chapitre « La tenure féodale »  : […] Le bénéfice fut d'abord souvent un don en toute propriété. Mais comme il rétribuait un dévouement dont chacun pensait qu'il devait se prolonger après la remise de la récompense, le donateur se réserva le droit de reprendre le bien concédé si le service, dont sa libéralité constituait le salaire, cessait d'être accompli, par suite de la mort ou du défaut du bénéficiaire. Le fief devint donc la simp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fief/#i_9320

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Apanages et alleux »  : […] La maison d'Alençon s'éteignit en avril 1525 avec la mort du duc Charles VIII d'Alençon, comte du Perche, époux de Marguerite d'Angoulême. Ses domaines, grossis de l'héritage de la maison d'Armagnac, allaient passer à la maison d' Albret par le mariage, en 1527, de Marguerite avec Henri d'Albret. Les Albret constituaient à cette date la seule maison féodale subsistante depuis la confiscation des b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/#i_9320

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nation organisée »  : […] Il n'est pas, enfin, jusqu'à l' organisation de la nation qui ne limite considérablement l'omnipotence royale. À défaut de libertés individuelles, au sens moderne du terme – la propriété n'est même pas absolument garantie –, la société française est organisée, hiérarchisée, sans que le roi puisse pratiquement y changer quelque chose. À l'opposé de la réaction individualiste de 1789, l'individu n'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-l-etat-monarchique/#i_9320