ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES)Littératures

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Johann Wolfgang von Goethe

Johann Wolfgang von Goethe
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Klopstock

Klopstock
Crédits : Hulton Getty

photographie

Schiller

Schiller
Crédits : Hulton Getty

photographie

Des Knaben Wunderhorn

Des Knaben Wunderhorn
Crédits : AKG

photographie

Tous les médias


L'éveil (1750-1945)

L'Aufklärung

Vers 1750, les lettres allemandes sortent soudain de l'ombre où les avaient confinées depuis un siècle les désastres de la guerre de Trente Ans. Trois écrivains en même temps : Lessing, Klopstock, Wieland. Le premier (1729-1781) est un combattant : il aime l'action, le défi, les idées nouvelles ; champion de la tolérance, s'essayant dans tous les genres à la fois, de la comédie au drame sentimental, de la critique théâtrale à la polémique religieuse, il incarne l'esprit des Lumières. L'autre, Klopstock (1724-1803), restitue d'un coup à la poésie les hautes ambitions qu'elle semblait avoir oubliées. Émule de Milton, il écrit sa Messiade, depuis six siècles la seule épopée allemande digne de ce nom ; ses Odes exaltent dans une langue pathétique toutes les formes du sentiment. Wieland (1733-1813), sceptique, licencieux, est l'interprète de ce qu'on nomme « la philosophie des grâces ». Mais, au-delà de leurs différences, les trois écrivains sont bien du même temps : ce qu'on nomme Aufklärung est la somme des trois courants : la philosophie des Lumières, le règne du sentiment (Empfindsamkeit), la légèreté du « rococo ». N'est-ce pas Lessing qui avait introduit le drame sentimental à la mode de Diderot ? Klopstock n'est-il pas le premier à célébrer la réunion des États généraux à Versailles ? Wieland n'est-il pas précepteur du futur duc de Weimar et, à son heure, théoricien de l'État idéal ? Il n'existe cependant en Allemagne ni Encyclopédie ni fronde politique ; dans ces pays de despotisme éclairé, c'est le prince qui met en œuvre les idées nouvelles ; tous les auteurs célèbrent à l'envi Frédéric II, qui ne les estime guère, et Joseph II. D'ailleurs la division de l'Allemagne est à sa manière garante de liberté ; le persécuté trouve aisément refuge en franchissant la frontière. Et si la tradition conserve le souvenir de qu [...]

Klopstock

Klopstock

Photographie

Le poète allemand Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'allemand, maître de conférences de littérature allemande à l'université de Paris-Sorbonne
  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-Sorbonne
  • : professeur de langues et littératures allemandes et germaniques à l'université de Caen

Classification


Autres références

«  ALLEMANDES LANGUE ET LITTÉRATURES  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Langue

  • Écrit par 
  • Paul VALENTIN
  •  • 4 381 mots
  •  • 3 médias

L'allemand est l'une des grandes langues de culture de l'Occident, malgré des revers récents qui lui ont fait perdre beaucoup de terrain à l'est de l'Oder, et sans doute aussi beaucoup de prestige. Cent millions d'hommes ont l'allemand pour langue officielle dans le monde ; pour de nombreuses minorités, d'autre part, c'est une patrie spirituelle. La parenté de l'allemand avec le néerlandais et, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-langue/

NÉO-CLASSICISME (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 010 mots

Il semble aller de soi que le néo-classicisme se définit par rapport au classicisme. Or, au moins en littérature, ce dernier est une notion étroite, d'ailleurs problématique : elle ne vaudrait que pour la France, et durant une courte période (les années 1660-1680). Faut-il en déduire qu'il n'y aurait de néo-classicisme que français, ou en rapport avec le modèle français ? Au contraire, l'expressi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-litterature/#i_43182

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude PORCELL, Nicole BARY, Claude DAVID, Étienne MAZINGUE, Claude LECOUTEUX, « ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/