e siècle"/ >

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES)Littératures

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Johann Wolfgang von Goethe

Johann Wolfgang von Goethe
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Klopstock

Klopstock
Crédits : Hulton Getty

photographie

Schiller

Schiller
Crédits : Hulton Getty

photographie

Des Knaben Wunderhorn

Des Knaben Wunderhorn
Crédits : AKG

photographie

Tous les médias


L'âge baroque et ses prolongements (1600-1750)

L'humanisme, trop tôt arrêté dans sa course par le débat religieux, n'a pas eu le temps de donner à l'Allemagne une grande littérature en langue nationale qui puisse rivaliser avec celle des Anciens. Combler ce retard, telle est l'ambition qui marque, au siècle suivant, la naissance de la littérature baroque dans l'un de ses aspects essentiels. En même temps qu'il s'appuie sur une forte tradition néo-latine, dont les orientations stylistiques se sont peu à peu éloignées des canons classiques, le baroque se détermine par rapport aux modèles des pays voisins qui ont déjà nationalisé l'héritage antique et progressé sur les voies de la modernité : l'Italie, la France, l'Angleterre – l'exemple tout récent de la Hollande prenant une signification idéologique et technique particulière à cause de la parenté linguistique. Traductions, adaptations, imitations préparent une production abondante dont l'originalité s'affirmera rapidement.

Le programme d'une renaissance nationale

La théorie joue un rôle décisif. Grammairiens et philologues s'emploient à mettre en lumière les vertus de la langue nationale. Parmi les plus influents, il faut citer Schottel, que Leibniz n'aura garde d'oublier lorsque, à la fin du siècle, il plaidera à son tour la cause de l'allemand pour en développer l'usage dans le domaine intellectuel et scientifique. Quant aux innombrables traités de poétique, ils attestent l'emprise de la rhétorique et l'importance d'un système des genres strictement hiérarchisé.

Encore faut-il tenir compte, pour apprécier la place de cette littérature à bien des égards savante, de la persistance d'une vigoureuse tradition « populaire », comique et satirique, qui traverse tout le xviie siècle. Il ne faut pas oublier non plus que dans les pays de la Contre-Réforme la production littéraire, tout entière au service de l'Église, privilégie le latin. Certes, on trouve des exceptions remarquables : Spee, Angelus Silesius parmi les poètes, Abraham a Santa Cl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'allemand, maître de conférences de littérature allemande à l'université de Paris-Sorbonne
  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-Sorbonne
  • : professeur de langues et littératures allemandes et germaniques à l'université de Caen

Classification


Autres références

«  ALLEMANDES LANGUE ET LITTÉRATURES  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Langue

  • Écrit par 
  • Paul VALENTIN
  •  • 4 381 mots
  •  • 3 médias

L'allemand est l'une des grandes langues de culture de l'Occident, malgré des revers récents qui lui ont fait perdre beaucoup de terrain à l'est de l'Oder, et sans doute aussi beaucoup de prestige. Cent millions d'hommes ont l'allemand pour langue officielle dans le monde ; pour de nombreuses minorités, d'autre part, c'est une patrie spirituelle. La parenté de l'allemand avec le néerlandais et, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-langue/

NÉO-CLASSICISME (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 010 mots

Il semble aller de soi que le néo-classicisme se définit par rapport au classicisme. Or, au moins en littérature, ce dernier est une notion étroite, d'ailleurs problématique : elle ne vaudrait que pour la France, et durant une courte période (les années 1660-1680). Faut-il en déduire qu'il n'y aurait de néo-classicisme que français, ou en rapport avec le modèle français ? Au contraire, l'expressi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-litterature/#i_43182

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude PORCELL, Nicole BARY, Claude DAVID, Étienne MAZINGUE, Claude LECOUTEUX, « ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/