ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES)Langue

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Préhistoire de l'allemand

Indo-européen et germanique

Des hommes établis vers 1200 avant J.-C. à la base du Jutland semblent être les ancêtres des Germains. Deux peuples, au moins, s'étaient mêlés : les occupants antérieurs, de qui nous ne savons rien, sinon qu'ils étaient agriculteurs, et des conquérants venus, peut-être, du sud-est de l'Europe. Ces derniers avaient imposé leur langue, issue de l'aire dialectale indo-européenne, c'est-à-dire ressemblant par un certain nombre de traits au latin, au celtique, au sanscrit, etc. : c'est le germanique, mais, faute de textes, on doit le reconstituer par comparaison. C'était en fait une aire dialectale, qui a duré au moins un millénaire : on se réfère le plus souvent à son dernier stade avant la dislocation, appelée « germanique commun ».

De l'indo-européen, le germanique a conservé l'alternance vocalique dans les racines ; mais il l'a systématisée et en a fait la base de la conjugaison dite forte (nimmt, nahm, genommen). À côté, il a créé une conjugaison « faible », caractérisée par un suffixe à dentale au prétérit (leg-te). La déclinaison a subsisté, elle aussi, mais un type jusque-là peu productif a reçu une grande extension, la déclinaison « faible » caractérisée par un e (nominatif singulier Knabe, autres cas Knaben). Le lexique reflète souvent l'appartenance indo-européenne du germanique : ainsi les noms de parenté (allemand Vater : latin pater), ou les formes du verbe « être » (all. ist, sind : lat. est, sunt) ; mais beaucoup de mots n'ont pas d'origine décelable pour nous, par exemple ceux qui ont trait à la mer (See).

Les innovations les plus voyantes du germanique, celles qui ont d'abord attiré l'attention des linguistes, touchent la phonétique. La « première mutation consonantique » transforme les occlusives sourdes en constrictives sourdes (all. Fisch : lat. piscis), les occlusives sonores en occlusives sourdes (all. Knie : lat. genu) ; les occlusives aspirées en constrictives sonores, représentées finalement par des occlusives en allemand (all. Bruder : grec ϕρ́ατηρ). D'autre part, au lieu de l'accent indo-européen à place variable apparaît un accent qui est surtout d'intensité ; il met en relief la première syllabe d'un mot, ainsi porteuse privilégiée du sens. Ce principe subsiste dans la plupart des langues germaniques modernes.

Dislocation du germanique

Les populations parlant une langue germanique s'étendaient peu à peu le long de la mer du Nord et de la Baltique, d'abord contenues au sud par les Celtes. Mais, dans les siècles qui précèdent l'ère chrétienne, ce mouvement s'accélère et de grandes migrations commencent ; elles ont pour effet de couper l'aire dialectale primitive en trois nouvelles aires.

Ce sont les peuples de l'Est qui vont le plus loin : certains d'entre eux, les Goths, sont établis au ive siècle après J.-C. sur le bas Dniepr. Ils sont christianisés, et l'évêque Wulfila traduit la Bible en gotique : c'est le plus ancien document germanique suivi que nous possédions. L'histoire des peuples du groupe oriental est violente et confuse : Ostrogoths, Visigoths, Vandales, Burgondes et bien d'autres déferlent sur l'Empire romain qu'ils achèvent de détruire ; mais, peu nombreux, ils sont finalement absorbés par les populations conquises (les Vandales donnent leur nom à l'Andalousie, les Burgondes à la Bourgogne), et leurs langues disparaissent. Un groupuscule de langue gotique a pourtant subsisté en Crimée, jusqu'au xvie siècle au moins.

Au nord, les Germains s'étendent en Scandinavie et, de là, se faisant marins, vont jusqu'en Islande et au Groenland, qu'ils colonisent, abordent en Amérique du Nord et mêlent commerce et piraterie sur les côtes de l'Atlantique et de la Méditerranée. Certains de ces Vikings s'établissent dans la province qui allait devenir la Normandie (911). Les langues scandinaves sont restées proches les unes des autres jusque de nos jours. Parmi les traits qu'elles ont en commun et qui les distinguent des autres langues germaniques : chute du w initial (danois ord : all. Wort), article postposé (dan. ordet : all. das Wort), formation du passif avec un suffixe (suédois kalla, appeler ; kallas, être appelé). C'est l'islandais qui a évolué le moins vite ; le férugien (langue des îles Féroé) en est assez proche. En Norvège, le bymål [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Aire dialectale de la «Teuthonia»

Aire dialectale de la «Teuthonia»
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Système des voyelles

Système des voyelles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Système des consonnes

Système des consonnes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de linguistique des langues germaniques à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ALLEMANDES LANGUE ET LITTÉRATURES  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

En 1795 – au milieu même de ce que la postérité devait dénommer le classicisme allemand –, Goethe fait paraître un bref article intitulé « Sans-culottisme littéraire ». C'était une réponse à un médiocre libelle qui venait de déplorer qu'il y eût en Allemagne si peu d'œuvres classiques. Depuis un demi-siècle, répond Goethe, on s'est précisément efforcé de […] Lire la suite

NÉO-CLASSICISME (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 010 mots

Il semble aller de soi que le néo-classicisme se définit par rapport au classicisme. Or, au moins en littérature, ce dernier est une notion étroite, d'ailleurs problématique : elle ne vaudrait que pour la France, et durant une courte période (les années 1660-1680). Faut-il en déduire qu'il n'y aurait de néo-classicisme que français, ou en rapport avec le modèle français ? Au contraire, l'expressi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul VALENTIN, « ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Langue », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-langue/