ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES)Langue

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Aire dialectale de la «Teuthonia»

Aire dialectale de la «Teuthonia»
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Système des voyelles

Système des voyelles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Système des consonnes

Système des consonnes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Préhistoire de l'allemand

Indo-européen et germanique

Des hommes établis vers 1200 avant J.-C. à la base du Jutland semblent être les ancêtres des Germains. Deux peuples, au moins, s'étaient mêlés : les occupants antérieurs, de qui nous ne savons rien, sinon qu'ils étaient agriculteurs, et des conquérants venus, peut-être, du sud-est de l'Europe. Ces derniers avaient imposé leur langue, issue de l'aire dialectale indo-européenne, c'est-à-dire ressemblant par un certain nombre de traits au latin, au celtique, au sanscrit, etc. : c'est le germanique, mais, faute de textes, on doit le reconstituer par comparaison. C'était en fait une aire dialectale, qui a duré au moins un millénaire : on se réfère le plus souvent à son dernier stade avant la dislocation, appelée « germanique commun ».

De l'indo-européen, le germanique a conservé l'alternance vocalique dans les racines ; mais il l'a systématisée et en a fait la base de la conjugaison dite forte (nimmt, nahm, genommen). À côté, il a créé une conjugaison « faible », caractérisée par un suffixe à dentale au prétérit (leg-te). La déclinaison a subsisté, elle aussi, mais un type jusque-là peu productif a reçu une grande extension, la déclinaison « faible » caractérisée par un e (nominatif singulier Knabe, autres cas Knaben). Le lexique reflète souvent l'appartenance indo-européenne du germanique : ainsi les noms de parenté (allemand Vater : latin pater), ou les formes du verbe « être » (all. ist, sind : lat. est, sunt) ; mais beaucoup de mots n'ont pas d'origine décelable pour nous, par exemple ceux qui ont trait à la mer (See).

Les innovations les plus voyantes du germanique, celles qui ont d'abord attiré l'attention des linguistes, touchent la phonétique. La « première mutation consonantique » transforme les occlusives sourdes en constrictives sourdes (all. Fisch : lat. piscis), les occlusives sonores en occlusives sourdes (all. Knie : lat. genu) ; les occlusives aspirées en constrictives sonores, représentées finalement par des occlusive [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de linguistique des langues germaniques à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ALLEMANDES LANGUE ET LITTÉRATURES  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

En 1795 – au milieu même de ce que la postérité devait dénommer le classicisme allemand –, Goethe fait paraître un bref article intitulé « Sans-culottisme littéraire ». C'était une réponse à un médiocre libelle qui venait de déplorer qu'il y eût en Allemagne si peu d'œuvres classiques. Depuis un demi-siècle, répond Goethe, on s'est précisément efforcé de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/

NÉO-CLASSICISME (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 010 mots

Il semble aller de soi que le néo-classicisme se définit par rapport au classicisme. Or, au moins en littérature, ce dernier est une notion étroite, d'ailleurs problématique : elle ne vaudrait que pour la France, et durant une courte période (les années 1660-1680). Faut-il en déduire qu'il n'y aurait de néo-classicisme que français, ou en rapport avec le modèle français ? Au contraire, l'expressi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-litterature/#i_43182

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul VALENTIN, « ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Langue », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-langue/