ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires)Malnutrition dans le monde

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La malnutrition : situation contemporaine

Les différentes formes de malnutrition sont très répandues et ont de graves conséquences sur la santé et les autres conditions de vie des populations.

Suralimentation pour une partie de l'humanité

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 2 milliards d'adultes dans le monde sont en surpoids (leur indice de masse corporelle, c'est-à-dire leur poids – en kilogrammes – divisé par le carré de leur taille – en mètres –, excède 25) et plus de 600 millions d'entre eux sont obèses (indice de masse corporelle supérieur à 30). En France, par exemple, un tiers environ des adultes (plus de 18 ans) sont en surpoids et plus de 15 p. 100 sont obèses. Aux États-Unis, près de 70 p. 100 des adultes sont en surpoids, près de 40 p. 100 sont obèses. Ces phénomènes ne concernent pas seulement les pays développés. En effet, à partir des années 1990, ils ont gagné les pays à revenus moyens d’Amérique latine et d’Asie, puis les pays à faibles revenus d’Afrique et d’ailleurs. Ils se sont même étendus si rapidement que, depuis 1998, l’OMS considère l’obésité comme une « épidémie » mondiale. Celle-ci touche surtout la population urbaine pauvre et les femmes. Dans plusieurs pays, la part de la population obèse est plus élevée qu’aux États-Unis (îles Nauru, Tonga, Samoa…), ou du même ordre de grandeur (Égypte, Mexique, Afrique du Sud, Arabie Saoudite). Les causes immédiates de cette progression massive sont la consommation accrue d'aliments riches en sucres et en graisses saturées, alliée à une activité physique réduite. Le surpoids et l’obésité ont pour conséquence d'accroître les risques d'affections chroniques telles que les maladies cardio-vasculaires, le diabète de type 2, les troubles musculo-squelettiques ou des articulations, et certains cancers : il s’agit des maladies non transmissibles liées à l’alimentation, communément désignées par l’acronyme MNTA. Dans les pays pauvres où les coûts liés au surpoids et à l’obésité s’ajoutent à ceux issus de la sous-nutrition, on parle de « double fardeau » de la malnutrition.

Sous-alimentation pour une autre partie de l'humanité

Dans les pays en développement, la prévalence de la sous-alimentation (c’est-à-dire la proportion des personnes sous-alimentées dans la population totale) est de l’ordre de 13 p. 100 ; en Afrique subsaharienne, elle est de près d’un tiers. D'après le groupe de travail des Nations unies sur la faim, 80 p. 100 des personnes sous-alimentées vivent en milieu rural. Plus précisément, 50 p. 100 d'entre elles appartiennent à des foyers de petits agriculteurs, 10 p. 100 à des familles d'éleveurs nomades, de pêcheurs et d'exploitants de ressources forestières, et 20 p. 100 à des ménages d'ouvriers agricoles et d'autres ruraux sans terre. La majorité des gens qui ont faim dans le monde appartiennent donc à des familles paysannes. Les plus touchés sont des femmes, en particulier des femmes enceintes ou allaitant leurs enfants, et des enfants.

Prévalence de la sous-alimentation dans le monde

Dessin : Prévalence de la sous-alimentation dans le monde

Les pays dans lesquels la prévalence de la sous-alimentation – c'est-à-dire le pourcentage de la population qui est sous-alimentée – atteint plus de 35 p.100 sont essentiellement situés sur le continent africain (République centrafricaine, Liberia, Madagascar, Ouganda, Rwanda, Zambie... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La faim est aussi présente dans les pays développés. Aux États-Unis, par exemple, 14 p. 100 environ des ménages sont en situation de précarité alimentaire durant au moins une période de l’année, et 5 à 6 p. 100 des ménages endurent même une précarité sévère : une personne au moins du foyer doit modifier son régime alimentaire et réduire sa consommation à un moment de l’année, faute de moyens. La précarité alimentaire et la faim sont plus répandues chez les ménages ayant des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, ou formés d'une femme seule avec des enfants, ou encore dans les foyers afro-américains ou hispaniques.

Chez les enfants, la sous-alimentation entraîne des anomalies de la croissance, une vulnérabilité accrue aux maladies et à la mort et, dans certains cas, un retard du développement mental. Chez les adultes, elle est également responsable d'une morbidité et d'une mortalité plus élevées, d'apathie, de mal-être et d'un amoindrissement de la capacité de travail.

Les carences en micronutriments

Pour le bon état physique et mental d’un être humain, dix-neuf micronutriments (vitamines ou éléments minéraux) sont nécessaires. Les carences en micronutriments affectent plus de 2 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale. Comme ces carences n’induisent pas, ou induisent peu, de symptômes visibles, on parle à leur propos de « faim cachée ». Pour autant, elles ont de graves conséquences sur la santé. La plus répandue dans le monde est la carence en fer qui, selon l'OMS, affecte surtout des femmes et des enfants. Elle est responsable d’une bonne moitié des cas d’anémie qui, au total, affectent 2,4 milliards de personnes. Cette maladie se traduit par une réduction de la production d'hémoglobine, et donc de la capacité du sang à transporter de l'oxygène, ce qui provoque une fatigue intense, un essoufflement, des vertiges, des maux de tête et des palpitations. Les estimations du nombre de personnes touchées par le manque de fer ou par l'anémie sont très variables d'une source à l'autre.

La carence en iode concerne près d’un tiers de la population mondiale. À partir de certains seuils et selon les sujets, cette insuffisance cause la formation d'un goitre thyroïdien, une arriération mentale et des cas de surdité-mutité chez les nouveau-nés.

La carence en vitamine A touche environ 200 millions d'enfants de moins de cinq ans, et aussi des millions de femmes enceintes, chez qui elle déclenche des troubles de la vue (pouvant aboutir à la cécité) et une baisse des défenses immunitaires.

Des manques en zinc, calcium, vitamine C et autres micronutriments sont également très répandus. Dans les pays où tous ces manques coexistent avec la sous-nutrition d’une part et avec le surpoids et l’obésité d’autre part, on parle du « triple fardeau » de la malnutrition. Et, pour attirer l’attention des décideurs de politique publique sur les effets délétères des carences en micronutriments, les nutritionnistes parlent de plus en plus souvent de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Les multiples aspects de la malnutrition

La sous-alimentation, les autres carences nutritionnelles, la suralimentation, les mauvaises conditions de soins, d’hygiène et de santé se combinent et conduisent à cette situation : plus du tiers de l’humanité est malnutrie. En effet, si on additionne le nombre de personnes en surpoids ou obèses (1,9 milliard) et le nombre de personnes sous-alimentées (0,8 milliard), on obtient 2,7 milliards soit 36 p. 100 de la population mondiale. Par ailleurs, on sait que plus de deux milliards de personnes sont carencées en micronutriments, parmi lesquelles se trouvent de nombreux sous-alimentés et suralimentés. Mais, comme on ne connaît pas le taux de recouvrement entre ceux qui sont carencés d’une part et ceux qui sont sous-alimentés ou [...]

Malnutrition

Photographie : Malnutrition

La sous-alimentation temporaire entraîne la maigreur (ou émaciation) des enfants (faible poids par rapport à la taille). La sous-alimentation prolongée conduit à un retard de croissance (faible taille par rapport à l'âge). La combinaison des deux mène à l'insuffisance pondérale (faible... 

Crédits : Albert Gonzalez Farran/ AFP

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Les disponibilités en aliments

Les disponibilités en aliments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les disponibilités en viande

Les disponibilités en viande
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Les régimes alimentaires dans le monde

Les régimes alimentaires dans le monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Eau non potable et malnutrition

Eau non potable et malnutrition
Crédits : Khandaker Azizur Rahman Sumon/ NurPhoto/ AFP

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeure de développement agricole à l'université libre de Bruxelles (Belgique)

Classification

Autres références

«  ALIMENTATION  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Aliments) - Classification et typologie

  • Écrit par 
  • Ambroise MARTIN
  •  • 4 566 mots
  •  • 1 média

En matière de classification des aliments, la première question concerne la définition même de l'aliment. Ce dernier est consommé quotidiennement pendant toute la vie ; il fait donc partie du domaine de ce qui va de soi. Les définitions « circulaires », présentes dans certains dictionnaires, confirment ce fait : on définit fréquemment ainsi le verbe « se nourrir » comme « le fait d'ingérer des ali […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Technologies de production et de conservation

  • Écrit par 
  • Paul COLONNA
  •  • 7 396 mots
  •  • 3 médias

Les technologies agroalimentaires concernent les différentes opérations effectuées sur des produits agricoles, après leur récolte, en vue de l'obtention d'aliments. Ces matières premières agricoles – qui sont souvent instables, non sûres, de caractéristiques variables et de faible qualité nutritionnelle – sont ainsi transformées en denrées alimentaires sûres, plus stables et de bonne valeur nutrit […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Législation

  • Écrit par 
  • Alain SOROSTE
  •  • 3 129 mots

Le commerce des denrées alimentaires, comme tous les commerces de produits de grande consommation, pourrait relever simplement d'un contrat entre le client et son fournisseur. La denrée alimentaire serait dès lors définie dans le cadre d'un contrat ou d'une offre commerciale à travers des spécifications telles que la […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Si l'on retient la définition de Jean Trémolières selon laquelle on appelle « aliment » une denrée nourrissante, appétente et coutumière, il est évident que l'alimentation doit comporter de telles qualités, sous réserve que ces denrées ne recèlent pas de produits nocifs pour les consommateurs en général voire pour certains d'entre eux seulement.À cet égard, les toxi-infections alimentaires classiq […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN, 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 4 269 mots
  •  • 2 médias

L'animal, comme l'homme, assure sa croissance et, en fonction du programme génétique de l'espèce, atteint à l'âge adulte une dimension et un poids corporel qui demeurent approximativement stables. Sa composition corporelle, en particulier la proportion en eau et en graisses, est identique chez tous les individus de l'espèce et constante chez l'adulte. Ces […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Anthropologie de l'alimentation

  • Écrit par 
  • Dominique FOURNIER
  •  • 6 084 mots
  •  • 3 médias

Au regard de ce qu'il a toujours représenté, pour les sociétés opulentes comme pour les groupes les moins favorisés, il est permis de se demander pourquoi les anthropologues ont tellement tardé à s'intéresser de près au fait alimentaire. Était-ce parce que, tout à leur souci de constituer leur discipline en science véritable, ils jugeaient un sujet aussi trivial indigne de leurs savantes analyses, […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Évolution de la consommation

  • Écrit par 
  • Pierre COMBRIS
  •  • 4 310 mots
  •  • 2 médias

La situation actuelle de l'alimentation en France et dans les pays développés est l'aboutissement d'une évolution continue très profonde qui a débuté avec la révolution industrielle. Pour bien comprendre ce qui caractérise les tendances de la consommation alimentaire dans le monde d'aujourd'hui, il faut donc remonter à la fin du xviiie siècle. Cette m […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Troubles du comportement

  • Écrit par 
  • Laurence APFELBAUM-IGOIN
  •  • 3 348 mots
  •  • 1 média

La définition des troubles du comportement alimentaire renvoie à la comparaison avec un comportement normal. Or, si l'on peut décrire, pour une population donnée, une prise alimentaire moyenne quant à la quantité, au nombre de repas ou au type d'aliments les plus fréquents, la variabilité est très grande d'un individu à un autre, sans qu'on puisse parler pour autant, à propos de ceux qui s'écarten […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Économie agroalimentaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre HUIBAN, 
  • Egizio VALCESCHINI
  •  • 7 302 mots
  •  • 6 médias

Dans les pays développés, les industries agroalimentaires représentent un monde qui semble familier. Chacun, confronté à la nécessité de se nourrir, entretient, sinon des contacts quotidiens, du moins une relation suivie avec les producteurs et les distributeurs alimentaires. C'est un fait majeur qu'aujourd'hui, en France et d'une manière générale dans tous les pays industrialisés, les consommateu […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Enjeux de politiques publiques

  • Écrit par 
  • Daniel NAIRAUD
  •  • 6 100 mots

Éduquer, instruire, protéger les individus, aménager les conditions de leur liberté, réprimer les conduites qui nuisent à autrui, lutter contre les fraudes, telles sont les missions essentielles des États. Si le choix des aliments est un acte libre, il n'en reste pas moins que se nourrir est vital et que tous les hommes n'ont pas un accès égal à la nourriture. Dès lors, la question de l'interventi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurence ROUDART, « ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Malnutrition dans le monde », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-economie-et-politique-alimentaires-malnutrition-dans-le-monde/