ALIMENTATION (Aliments)Prise alimentaire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Facteurs impliqués dans la régulation centrale

Rôle des nutriments

Le glucose et ses métabolites sont les principaux signaux métaboliques en jeu. La sensation de faim et le déclenchement de la prise alimentaire sont contemporains d'une situation caractérisée par une faible disponibilité en glucose pour les tissus périphériques et le cerveau et une faible oxydation glucosée. L'hypoglycémie sévère induit une sensation de faim impérieuse. S'il n'existe pas de corrélation évidente entre les concentrations plasmatiques de glucose et la faim, il n'en reste pas moins que, chez l'animal dont la glycémie est mesurée en continu, chaque repas est précédé d'un léger fléchissement de la glycémie. La détection des variations de glucose se fait par des glucorécepteurs spécifiques ou des récepteurs sensibles à l'ATP cellulaire situés dans le foie. Ils transmettent un signal au cerveau par l'intermédiaire du nerf vague. Le cerveau et l'hypothalamus sont eux mêmes dotés de neurones se comportant comme des glucorécepteurs ou « senseurs » capables d'interpréter les fluctuations du glucose intracellulaire. L'activité de ces neurones glucosensibles est inhibée par l'insuline et les acides gras libres.

Les acides aminés et les acides gras libres sont des substrats énergétiques au même titre que le glucose. Il est vraisemblable que, contrairement au glucose et aux acides aminés, les acides gras libres sont dépourvus de toute action directe sur la régulation de la prise alimentaire. Certains acides aminés auraient un rôle spécifique. Ainsi le tryptophane, précurseur de la sérotonine, serait directement impliqué dans le contrôle de l'appétit (M. J. Friedman, 1995).

Le rôle du tractus digestif

Le tractus digestif (bouche, estomac, intestin grêle) adresse des signaux mécaniques et des messages hormonaux aux structures de contrôle de la prise alimentaire. Les informations sensorielles olfactives et gustatives interviennent dans son contrôle quantitatif. Les variations de la pression intragastrique sont des stimuli transmis par le nerf vague et son augmentation participe au mécanisme de rassasiement. Les chémorécepteurs et volorécepteurs de l'estomac permettent au cerveau d'identifier la nature et la quantité de nutriments ingérés. Toutefois, la dénervation de la partie supérieure du tractus digestif en sectionnant le nerf vague ne supprime pas totalement le contrôle de la prise alimentaire et la sensation de rassasiement car le tube digestif émet également des signaux humoraux.

Les hormones digestives

L'arrivée des aliments dans le tube digestif provoque une cascade d'événements médiés par des mécanismes neurohormonaux et par les nutriments dans le but d'adapter la motricité gastro-intestinale, de préparer la digestion et de réguler la prise alimentaire.

Les sécrétions hormonales digestives sont stimulées directement par les nutriments. Elles ont des effets locaux et centraux soit directement soit par le biais d'une stimulation du nerf vague dont les afférences vers le tronc cérébral sont secondairement relayées vers l'hypothalamus (M. S. B. Huda, 2006).

Plusieurs hormones agissent sur la faim et la satiété :

Hormone agissant sur la faim

À ce jour, la ghréline, dont l'action se fait par l'intermédiaire de récepteurs hypothalamiques est la seule hormone périphérique à stimuler la faim et à augmenter la prise alimentaire. Elle est sécrétée par l'estomac à la fin de la phase post-ingestive puis retourne à l'état basal de 60 à 120 minutes après le début du repas. Elle peut être stimulée par un réflexe céphalique lors de la présentation des aliments. Administrée sur un mode chronique chez l'animal, elle entraîne une hyperphagie avec prise de poids. Sa sécrétion est en phase avec celle de la leptine (M. Kosima).

Hormones agissant sur la satiété

La cholécystokinine (CCK), sécrétée par l'intestin proximal sous l'effet de l'arrivée des graisses et des protéines alimentaires, stimule la contraction de la vésicule biliaire et la sécrétion des enzymes pancréatiques et ralentit la vidange gastrique. Elle inhibe la prise alimentaire par une action sur le tronc cérébral et l'hypothalamus médiée par le nerf vague. Administrée sur un mode chronique, elle n'entraîne pas de perte de poids du fait de la mise en place de mécanismes compensateurs. Physiologiquement, la CCK augmente de 10 à 30 minutes après le début du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Comportement alimentaire

Comportement alimentaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Peptides et neurotransmetteurs régulateurs de l'appétit

Peptides et neurotransmetteurs régulateurs de l'appétit
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALIMENTATION  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Aliments) - Classification et typologie

  • Écrit par 
  • Ambroise MARTIN
  •  • 4 566 mots
  •  • 1 média

En matière de classification des aliments, la première question concerne la définition même de l'aliment. Ce dernier est consommé quotidiennement pendant toute la vie ; il fait donc partie du domaine de ce qui va de soi. Les définitions « circulaires », présentes dans certains dictionnaires, confirment ce fait : on définit fréquemment ainsi le verbe « se nourrir » comme « le fait d'ingérer des ali […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Technologies de production et de conservation

  • Écrit par 
  • Paul COLONNA
  •  • 7 396 mots
  •  • 3 médias

Les technologies agroalimentaires concernent les différentes opérations effectuées sur des produits agricoles, après leur récolte, en vue de l'obtention d'aliments. Ces matières premières agricoles – qui sont souvent instables, non sûres, de caractéristiques variables et de faible qualité nutritionnelle – sont ainsi transformées en denrées alimentaires sûres, plus stables et de bonne valeur nutrit […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Législation

  • Écrit par 
  • Alain SOROSTE
  •  • 3 129 mots

Le commerce des denrées alimentaires, comme tous les commerces de produits de grande consommation, pourrait relever simplement d'un contrat entre le client et son fournisseur. La denrée alimentaire serait dès lors définie dans le cadre d'un contrat ou d'une offre commerciale à travers des spécifications telles que la […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Si l'on retient la définition de Jean Trémolières selon laquelle on appelle « aliment » une denrée nourrissante, appétente et coutumière, il est évident que l'alimentation doit comporter de telles qualités, sous réserve que ces denrées ne recèlent pas de produits nocifs pour les consommateurs en général voire pour certains d'entre eux seulement.À cet égard, les toxi-infections alimentaires classiq […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Anthropologie de l'alimentation

  • Écrit par 
  • Dominique FOURNIER
  •  • 6 084 mots
  •  • 3 médias

Au regard de ce qu'il a toujours représenté, pour les sociétés opulentes comme pour les groupes les moins favorisés, il est permis de se demander pourquoi les anthropologues ont tellement tardé à s'intéresser de près au fait alimentaire. Était-ce parce que, tout à leur souci de constituer leur discipline en science véritable, ils jugeaient un sujet aussi trivial indigne de leurs savantes analyses, […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Évolution de la consommation

  • Écrit par 
  • Pierre COMBRIS
  •  • 4 310 mots
  •  • 2 médias

La situation actuelle de l'alimentation en France et dans les pays développés est l'aboutissement d'une évolution continue très profonde qui a débuté avec la révolution industrielle. Pour bien comprendre ce qui caractérise les tendances de la consommation alimentaire dans le monde d'aujourd'hui, il faut donc remonter à la fin du xviiie siècle. Cette m […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Troubles du comportement

  • Écrit par 
  • Laurence APFELBAUM-IGOIN
  •  • 3 348 mots
  •  • 1 média

La définition des troubles du comportement alimentaire renvoie à la comparaison avec un comportement normal. Or, si l'on peut décrire, pour une population donnée, une prise alimentaire moyenne quant à la quantité, au nombre de repas ou au type d'aliments les plus fréquents, la variabilité est très grande d'un individu à un autre, sans qu'on puisse parler pour autant, à propos de ceux qui s'écarten […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Économie agroalimentaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre HUIBAN, 
  • Egizio VALCESCHINI
  •  • 7 302 mots
  •  • 6 médias

Dans les pays développés, les industries agroalimentaires représentent un monde qui semble familier. Chacun, confronté à la nécessité de se nourrir, entretient, sinon des contacts quotidiens, du moins une relation suivie avec les producteurs et les distributeurs alimentaires. C'est un fait majeur qu'aujourd'hui, en France et d'une manière générale dans tous les pays industrialisés, les consommateu […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Enjeux de politiques publiques

  • Écrit par 
  • Daniel NAIRAUD
  •  • 6 100 mots

Éduquer, instruire, protéger les individus, aménager les conditions de leur liberté, réprimer les conduites qui nuisent à autrui, lutter contre les fraudes, telles sont les missions essentielles des États. Si le choix des aliments est un acte libre, il n'en reste pas moins que se nourrir est vital et que tous les hommes n'ont pas un accès égal à la nourriture. Dès lors, la question de l'interventi […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Malnutrition dans le monde

  • Écrit par 
  • Laurence ROUDART
  •  • 7 251 mots
  •  • 8 médias

La situation mondiale de l'alimentation est très contrastée : d'un côté, suralimentation pour près de deux milliards de personnes ; de l’autre, faim continuelle pour environ une personne sur huit dans les pays en développement et pour une petite fraction de la population des pays développés, soit autour de 800 millions de personnes. Plus de deux milliards de personnes sont atteintes de maladies pr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE MAGNEN, Jean-Louis SCHLIENGER, « ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-prise-alimentaire/