TARSKI ALFRED (1902-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept de vérité

À partir du début des années trente, Tarski prit conscience du caractère étroit des méthodes syntaxiques qu'il avait suivies jusqu'alors, et il s'efforça de mettre au point des concepts sémantiques correspondant plus fidèlement aux notions utilisées dans le langage ordinaire – principalement le concept de vérité et celui de conséquence logique. Le premier est analysé dans sa célèbre étude sur Le Concept de vérité dans les langages formalisés (traduite en allemand en 1935-1936 sous le titre de Wahrheitsbegriff). Ce mémoire, qui fut présenté par Łukasiewicz devant la Société des lettres et des sciences de Varsovie en 1931, avait pour objectif de comprendre les intuitions exprimées par la conception dite classique de la vérité (théorie de la vérité-correspondance) et de « construire une définition de l'expression énoncé vrai, définition qui soit matériellement adéquate et formellement correcte ».

Distinguant les langages essentiellement selon l'ordre de catégorie de variables qu'ils possèdent, Tarski aboutit aux conclusions suivantes : « A. Nous savons construire en métalangage, pour chaque langage formalisé d'ordre fini, une définition [...] de la notion d'énoncé vrai. B. Il n'est pas possible de construire une telle définition pour les langages formalisés d'ordre infini. C. Pourtant, même par rapport à ces langages, on peut utiliser d'une manière conséquente et correcte le concept de vérité en l'introduisant dans l'ensemble des concepts primitifs du métalangage et en déterminant ses propriétés fondamentales au moyen de la méthode axiomatique. » Le mémoire de 1931 s'en tenait aux langages formalisés dont la structure s'accorde avec la théorie des catégories sémantiques, mais le Post-scriptum de la version allemande devait en adapter les conclusions au cas de langages formalisés pour lesquels les principes de la théorie des catégories sémantiques ne seraient plus valables.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  TARSKI ALFRED (1902-1983)  » est également traité dans :

DÉMONSTRATION THÉORIE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean-Yves GIRARD
  •  • 6 260 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Système LK »  : […] Dans ce qui suit, L est un langage du premier ordre arbitraire. Un séquent est une expression formelle Γ ⊢Δ, où Γ et Δ sont des suites finies d'énoncés de L . L'interprétation intuitive de A 1 , ..., A n  ⊢ B 1 , ..., B m , c'est que la conjonction des A i implique la disjonction des B j . En particulier, ⊢ A veut dire A, et A ⊢ veut dire ¬ A ; quant au séquent vide ⊢, il signifie l'absurdité. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-demonstration/#i_36416

DISSECTIONS GÉOMÉTRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 3 356 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Découpage dans l'espace »  : […] Le passage à la dimension 3 change entièrement la situation de la théorie des découpages. En dimension 3, aucun théorème général équivalent à celui de Lowry-Wallace-Bolyai-Gerwein n'est connu. On sait au contraire, depuis presque un siècle, que certains polyèdres ne sont pas décomposables par dissection polyédrique en d'autres. La décomposition par dissection polyédrique du tétraèdre régulier étai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dissections-geometriques/#i_36416

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Carnap et la conception linguistique de la logique »  : […] Il était indispensable de préciser les rapports complexes ee Quine avec la tradition kantienne pour éviter certains malentendus dans l'interprétation de sa controverse avec Carnap. Nous sommes en mesure maintenant d'examiner les principaux arguments qui ont été proposés en faveur d'une conception linguistique ou analytique de la logique. Un premier argument, qui avait été avancé par Wittgenstein, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_36416

MALTSEV ANATOLI IVANOVITCH (1909-1967)

  • Écrit par 
  • Gabriel SABBAGH
  •  • 633 mots

Mathématicien soviétique, célèbre pour ses travaux en logique et en algèbre. Les premiers écrits de Maltsev contiennent les idées essentielles d'une bonne partie de son œuvre. Dans son premier et plus célèbre article, Untersuchungen aus dem Gebiete der Mathematischen Logik , 1936, Maltsev démontre la version la plus générale (aucune restriction de cardinalité) du théorème de compacité pour les lan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anatoli-ivanovitch-maltsev/#i_36416

MODÈLES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER, 
  • Daniel LASCAR, 
  • Gabriel SABBAGH
  •  • 7 958 mots

Dans le chapitre « Extensions, diagrammes, chaînes »  : […] Soit a et b deux L-structures d'univers A et B respectivement. Supposons que A ⊆ B et, pour toute formule ϕ de L à n variables libres sans quantificateur [resp. quelconque] et tout n -uple ( a 1 , ...,  a n ) d'éléments de A, que l'énoncé avec paramètres ϕ( a 1 , ...,  a n ) soit satisfait dans a si et seulement si il l'est dans  b . Alors a est appelé une sous-structure [resp. (sous-structur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-modeles/#i_36416

PREUVE, épistémologie

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 3 341 mots
  •  • 1 média

Une proposition est dite prouvée si, ayant été établie par une méthode reconnue, elle fait l'objet d'une croyance. Cette formulation permet de distinguer quatre versants dans la théorie de la preuve : 1 o  un élément sémantico-formel, la proposition qu'il s'agit de prouver ; 2 o  un dispositif objectif de mise à l'épreuve de la proposition ; 3 o  la croyance subjective du destinataire de la preuve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/#i_36416

RÉCURSIVITÉ, logique mathématique

  • Écrit par 
  • Kenneth Mc ALOON, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Jean-Pierre RESSAYRE
  •  • 9 371 mots

Dans le chapitre « Indécidabilité et décidabilité »  : […] L'étude de l'indécidabilité des théories mathématiques relève de la théorie des fonctions récursives en deux sens : en premier lieu, car un résultat d'indécidabilité signifie qu'une certaine fonction, à savoir la fonction caractéristique de l'ensemble des théorèmes (modulo une bonne numération des formules du langage de la théorie), n'est pas récursive, et, en second lieu, car l'indécidabilité d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recursivite-logique-mathematique/#i_36416

RELATION

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 7 662 mots

Dans le chapitre « La théorie des relations d'Alfred Tarski »  : […] Dans l'œuvre de Russell, la théorie des relations s'inscrit dans un projet général : celui du logicisme. Les Principles formulent ce projet de la manière suivante : il s'agit de démontrer « que les mathématiques pures tout entières traitent exclusivement de concepts définissables dans les termes d'un très petit nombre de concepts logiques fondamentaux et que toutes leurs propositions sont déducti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relation/#i_36416

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « La vérité, concept sémantique (Tarski) »  : […] Cependant, la théorie de la signification n'est pas la seule à réclamer des corrections. La théorie de la référence elle aussi subit les contrecoups d'un certain nombre de difficultés liées aux paradoxes dits sémantiques dans le sens cette fois que donne Tarski à cette expression. C'est avec cette acception tarskienne que la notion sémantique de la vérité est élaborée dans le but d'échapper à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_36416

Voir aussi

Pour citer l’article

Jan SEBESTIK, « TARSKI ALFRED - (1902-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-tarski/