MEINONG ALEXIUS VON (1853-1920)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Russell, lecteur de Meinong

Que faut-il entendre par objet ? Meinong écarte toute définition formelle par le genre et la différence (qui font ici défaut). Le terme, comme l'indique l'étymologie, se réfère plutôt aux expériences qui permettent d'appréhender ou de saisir l'objet, encore que ces Erlebnisse ne soient pas constitutives de l'objet. Dans la mesure où tous les objets doivent être appréhendés pour être connus, ce qui est appréhendé est identique à l'objet, mais ce qui est appréhendé peut être pensé comme tel ou il peut être pensé comme objet. Dans le premier cas, on pense avec l'objet la relation par laquelle le sujet l'appréhende, mais cette relation n'est nullement contenue dans la pensée de l'objet et n'appartient pas à sa nature. Le fait que l'objet peut être appréhendé par un sujet en fait un objet appréhendé, mais ne le constitue pas comme objet. Il peut y avoir objet sans qu'il y ait appréhension ; de même, il peut ne pas y avoir objet alors qu'il y a appréhension. Meinong est toujours attentif à distinguer deux types de recherches, celle qui porte sur l'appréhension des objets, et la considération de l'objet en lui-même.

Il reste qu'on peut déterminer en quelque sorte la notion de l'objet comme tel, selon le point de vue de l'appréhension : la classification des objets dépendra de celle des principaux types d'expérience subjective qui permettent de les saisir. Les objets de la représentation sont des choses particulières, et leurs qualités, qui ont pour être l'existence, les relations et les complexes relationnels dont l'être est la subsistance (Bestand). Les objets de la pensée, on l'a vu, sont appelés « objectifs ». Ils subsistent quand ils sont des faits. Aux sentiments correspondent des Dignitative, tels que l'agréable, le beau et le bien, et aux désirs des Desiderative, tels que les normes. Signalons deux thèses de la théorie des objets, qui sont fondamentales et qui furent particulièrement discutées par les philosophes anglo-saxons.

Ainsi, Meinong énonce que la totalité des objets comprend des objets de type et de mode d'être très divers. De ce [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MEINONG ALEXIUS VON (1853-1920)  » est également traité dans :

EXPRESSION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 991 mots

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être. Les sources historiques du concept d'expression appartiennent à la philosophie néo-platonicienne, au spinozisme et à la pensée leibnizienne, enfin à la philosophie hégélienne. Pour le néo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-philosophie/#i_32659

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Christian von Ehrenfels et les qualités formelles »  : […] En insistant sur l'indépendance de la forme à l'égard de la qualité, Mach ne fit pas seulement passer dans l'ordre de l'expérience les catégories kantiennes du temps et de l'espace, mais il annonçait également la théorie de la forme qui devait reconnaître pleinement le statut phénoménal de l'extension et de la durée. L'idée des Gestaltqualitäten ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_32659

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Psychologie et psychanalyse »  : […] C'est à travers la pédagogie – et notamment grâce à la réflexion pédagogique de Johann Friedrich Herbart – que la notion d'intérêt s'est imposée à la psychologie. Encore conviendra-t-il de remarquer que ce déplacement n'est pas intervenu sans quelque appauvrissement. Le Traité de pédagogie de Herbart souligne, en effet, dans l'intérêt la détermination essentielle de l'actio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_32659

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des origines aux commencements »  : […] C'est en Angleterre que le mouvement de la « philosophie analytique » se fit reconnaître comme tel, se signalant dès son apparition comme une rupture et une réaction à l'égard d'une école philosophique. Pourtant, les origines sont ailleurs. L'approche analytique et linguistique en philosophie, qui s'annonçait chez Locke et se retrouvait chez Condillac, supposait une nouvelle approche du langage qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_32659

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Valeurs et émotions »  : […] Mais quelle serait cette approche « non intellectuelle » de l'expérience de valeur ? Meinong avait proposé de relier les valeurs aux émotions et aux sentiments, et ceci justement dans une perspective réaliste. Pour lui, un sentiment simple porte sur une propriété d'un objet. Ainsi, quand nous sommes sensibles à la tristesse d'une chanson, cette chanson est l'objet support de la tristesse (son obj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_32659

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis JACQUES, « MEINONG ALEXIUS VON - (1853-1920) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexius-von-meinong/