MEINONG ALEXIUS VON (1853-1920)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « théorie des objets »

Les thèses directrices du système de la Gegenstandstheorie se nouent dans les deux ouvrages les plus constructifs de Meinong. En 1899, celui-ci en vient à reconnaître une classe d'objets appelés « objets d'ordre supérieur ». Les Gestaltqualitäten d'Ehrenfels lui avaient fait tenir les relations pour objectives, et il développe systématiquement l'idée d'objets – comme la différence, ou la constellation de Cassiopée – pour ainsi dire construits sur des objets qui les conditionnent à titre d'inferiora. Dans le Traité des assomptions (Über Annahmen, 1901), qui est probablement son meilleur livre, Meinong décrit toute une classe de faits psychiques « intermédiaires » entre la représentation et le jugement. Les « assomptions » possèdent, comme le jugement, un facteur d'affirmation ou de négation, tout en étant dépourvues de tout élément de conviction. Sans elles, on ne peut comprendre la nature de l'inférence, ni l'appréhension des faits négatifs, ni la nature du jeu et de l'art, ni même la communication en général. Comme les jugements, les assomptions portent sur des « objectifs » qui sont vrais ou faux. Cette notion d'objectif (Objectiv) permet d'articuler la théorie des assomptions sur la théorie des objets ; si je juge que la neige est blanche et si je demande simplement : « qu'est-ce que je juge (ou j'assume) ? », au sens où je demande quel est l'objet d'une représentation ou d'une idée, il est clair que ma question ne porte pas sur l'objet « neige », car il est impossible de juger ou d'assumer une entité telle que la neige ; nous pouvons seulement juger ou assumer qu'elle existe ou qu'elle est blanche, et ce sont là des « objectifs ». Correspondant à la signification de nos phrases, ils permettent à Meinong de construire une théorie objective des fonctions de la phrase.

Aux divers actes mentaux seront rapportés divers types d'objets, indépendants de l'esprit. Meinong conçoit l'objet visé à travers le contenu mental comme un référent objectif que l'acte de conscience n'a pas le pouvoir de constituer [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MEINONG ALEXIUS VON (1853-1920)  » est également traité dans :

EXPRESSION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 991 mots

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être. Les sources historiques du concept d'expression appartiennent à la philosophie néo-platonicienne, au spinozisme et à la pensée leibnizienne, enfin à la philosophie hégélienne. Pour le néo […] Lire la suite

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Christian von Ehrenfels et les qualités formelles »  : […] En insistant sur l'indépendance de la forme à l'égard de la qualité, Mach ne fit pas seulement passer dans l'ordre de l'expérience les catégories kantiennes du temps et de l'espace, mais il annonçait également la théorie de la forme qui devait reconnaître pleinement le statut phénoménal de l'extension et de la durée. L'idée des Gestaltqualitäten ou qualités formelles élaborée par Ehrenfels est t […] Lire la suite

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Psychologie et psychanalyse »  : […] C'est à travers la pédagogie – et notamment grâce à la réflexion pédagogique de Johann Friedrich Herbart – que la notion d'intérêt s'est imposée à la psychologie. Encore conviendra-t-il de remarquer que ce déplacement n'est pas intervenu sans quelque appauvrissement. Le Traité de pédagogie de Herbart souligne, en effet, dans l'intérêt la détermination essentielle de l'action spontanée ( Selbsttät […] Lire la suite

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des origines aux commencements »  : […] C'est en Angleterre que le mouvement de la « philosophie analytique » se fit reconnaître comme tel, se signalant dès son apparition comme une rupture et une réaction à l'égard d'une école philosophique. Pourtant, les origines sont ailleurs. L'approche analytique et linguistique en philosophie, qui s'annonçait chez Locke et se retrouvait chez Condillac, supposait une nouvelle approche du langage qu […] Lire la suite

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Valeurs et émotions »  : […] Mais quelle serait cette approche « non intellectuelle » de l'expérience de valeur ? Meinong avait proposé de relier les valeurs aux émotions et aux sentiments, et ceci justement dans une perspective réaliste. Pour lui, un sentiment simple porte sur une propriété d'un objet. Ainsi, quand nous sommes sensibles à la tristesse d'une chanson, cette chanson est l'objet support de la tristesse (son obj […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis JACQUES, « MEINONG ALEXIUS VON - (1853-1920) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexius-von-meinong/