ALEXIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les pathologies acquises de la lecture

Selon leur localisation et leur étendue, les lésions cérébrales perturbent différemment les circuits cérébraux qui sous-tendent l’activité de lecture. Les déficits affectant cette dernière prennent des formes diverses qui sont associées ou non à d’autres altérations du langage (comme l’écriture).

Ainsi, certains patients présentent un déficit de l’identification des lettres. Dans les cas les plus sévères, les patients disent se trouver devant des signes étranges, alors qu’ils sont capables de les copier avec la plus grande précision comme n’importe quel dessin. Il n’est pas rare que certains d’entre eux arrivent à identifier les lettres les yeux fermés pour peu qu’il leur soit permis d’en tracer les contours. Cette préservation de la mémoire motrice des lettres explique que ces patients soient capables d’écrire normalement alors que leur reconnaissance visuelle est altérée. Dans d’autres cas, les patients reconnaissent les configurations de traits qui composent les vingt-six lettres de notre alphabet et les distinguent d’autres signes tels que les chiffres ou d’autres symboles graphiques sans pouvoir les identifier spécifiquement. Enfin, dans les formes les moins sévères, l’identification des lettres est possible mais lente, avec d’occasionnelles confusions entre lettres de forme proche (par ex. Q confondu avec O).

D’autres troubles de la lecture traduisent une « altération du mécanisme d’appréhension parallèle des lettres ». L’identification des lettres est alors fonctionnelle mais se réalise de manière sérielle et non plus parallèle. Ce déficit a pour effet d’accroître le temps de lecture, et ce d’autant plus que les mots à lire sont longs. Or, chez le lecteur habile, et jusqu’à six lettres, les temps de reconnaissance des mots sont constants.

Lorsque la procédure d’assemblage est altérée, les patients rencontrent des difficultés à convertir les lettres en sons alors qu’ils identifient parfaitement les lettres. En revanche, ils lisent à haute voix et comprennent assez bien les mots écri [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteure en psychologie, professeure à la faculté de psychologie et des sciences de l'éducation, université catholique de Louvain (Belgique)

Classification


Autres références

«  ALEXIES  » est également traité dans :

ACALCULIES

  • Écrit par 
  • Mauro PESENTI
  •  • 985 mots

Dans le chapitre « Historique et classifications »  : […] Au début du xx e  siècle, le neurologue suédois Salomon E. Henschen crée le terme acalculie pour désigner une incapacité à résoudre des problèmes arithmétiques. Le concept s'est progressivement étendu pour désigner tout trouble affectant la lecture, la compréhension ou la production de nombres dans différentes notations, ou la résolution de calcu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acalculies/#i_31145

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Aphasies »  : […] L'exercice de la fonction du langage présuppose : a ) des structures de réception, plus particulièrement les régions occipitale (vision) et temporale antérieure (audition) ; b ) des structures effectrices, et plus spécialement les régions de commande de la motricité bucco-pharyngo-laryngo-faciale, localisées à la partie inférieure de la zone motrice ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_31145

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Pierre de PARTZ, « ALEXIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexies/