ALEXANDRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Égypte : carte administrative

Égypte : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Ruines d'Alexandrie, 1882

Ruines d'Alexandrie, 1882
Crédits : Hulton Getty

photographie

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo


Fonctions d'Alexandrie

La capitale de la monarchie lagide n'est pas seulement, en effet, une ville administrative. Pour parler comme Strabon (XVII, i, 6-18), c'est le « comptoir du monde ». C'est dire que le cosmopolitisme de cette ville tenait avant tout à son rôle de centre du commerce méditerranéen. Alexandrie draine les richesses de l'Égypte, qu'elle exploite par un système savant sur lequel le roi a mis son emprise. Le territoire d'Alexandrie – car toute ville antique vit de la région dont elle est maîtresse – n'est pas telle portion de plaine, c'est le pays tout entier.

Dans la société ainsi constituée pour l'exploitation de l'Égypte, le roi apporte son prestige et son pouvoir, Alexandrie ses capitaux, ses banquiers, ses techniciens, ses juristes et ses scribes. Le roi ouvre des voies nouvelles, vers l'Afrique par exemple, ou garantit la sécurité des routes, notamment celle qui passe par les Cyclades et qui mène en Ionie ; la monnaie du roi est celle de la ville. Le commerce ne peut que se louer de cette association du roi et des Alexandrins.

Pour faire ce commerce, Alexandrie disposait de vastes entrepôts, que la langue grecque des papyrus appelle des trésors, et ces greniers publics avaient des fonctions analogues à celles des banques. Ils étaient gérés par des sitologues qui pouvaient, par exemple, recevoir le blé que leur confiaient en dépôt des particuliers et, moyennant une légère rémunération, exécuter pour eux des paiements. Une partie du blé d'Égypte servait à l'approvisionnement de la ville – organisé par un exégète – d'où dépendait, en définitive, la tranquillité des habitants. Une grande partie était exportée et les empereurs romains savaient bien que le blé d'Égypte était indispensable à Rome. (Pour éviter qu'en confisquant le blé un haut personnage ne puisse ainsi affamer Rome et, qui sait ? s'emparer du pouvoir, la loi romaine avait interdit aux sénateurs de pénétrer en Égypte.) Alexandrie était aussi pourvue d'apothèques, c'est-à-dire de magasins où l'on entreposait des céréales et des livres. Selon [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du Centre d'études alexandrines
  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification


Autres références

«  ALEXANDRIE  » est également traité dans :

NÉCROPOLIS D'ALEXANDRIE (archéologie)

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 854 mots

La Nécropolis d’Alexandrie, la « ville des morts » comme la nomme le géographe Strabon à l’époque d’Auguste, ressurgit à la lumière en 1997 : les premiers travaux de construction d’une autoroute urbaine au lieu-dit Gabbari entraînent de telles découvertes que les autorités égyptiennes confient ce chantier archéologique au Centre d’études alexandrines, dirigé par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/necropolis-d-alexandrie/#i_3596

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les époques tardives »  : […] De l'autre côté du ravin, le même banc rocheux comporte un autre grand tombeau, celui de Bakenrenêf (Bocchoris), vizir de Psammétique I er , le premier souverain (664-610 av. J.-C.) de la dynastie saïte ; le décor, fort beau, a conservé une partie de sa polychromie éclatante. Des travaux importants y ont été menés par le professeur Edda Bresciani, dirigeant une mission de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-archeologie/#i_3596

EMPEREUR JEAN-YVES (1952- )

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Archéologue helléniste qui s'est spécialisé dans les fouilles subaquatiques auprès des précurseurs français André Tchernia et Patrice Pomey, Jean-Yves Empereur s'est fait connaître du grand public lors des fouilles du phare d'Alexandrie. On se souvient notamment des images montrant le face-à-face entre un plongeur sous-marin et un sphinx pharaonique. Né au Mans en 1952, Jean-Yves Empereur acquiert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-yves-empereur/#i_3596

PHARES

  • Écrit par 
  • Ian C. CLINGAN
  •  • 8 879 mots

Dans le chapitre « Phares de l'Antiquité »  : […] Les ancêtres des phares proprement dits étaient des feux à ciel ouvert allumés en haut d'une colline. La plus ancienne trace de ces brasiers se trouve dans L'Iliade et L'Odyssée (vers le viii e  siècle av. J.-C.). Les restes des plus anciens phares identifiés ont été découverts au Pirée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phares/#i_3596

ROUGE MER

  • Écrit par 
  • Colette DUBOIS, 
  • Jean-Pierre PINOT
  • , Universalis
  •  • 9 696 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De l'Antiquité à la période ottomane »  : […] Au cours de ces siècles, malgré les obstacles naturels (courants et vents saisonniers souvent violents, côtes inhospitalières), malgré les vicissitudes politiques, la navigation en mer Rouge ne cesse de s'affirmer. Si, dans un premier temps, les marins se limitent aux rivages de cette mer semi-fermée, une fois surmontés les périls de la porte des Lamentations, ils poursuivent, avec plus ou moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-rouge/#i_3596

Pour citer l’article

Jean-Yves EMPEREUR, Jean-Marc PROST-TOURNIER, André BERNAND, « ALEXANDRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandrie/