GRIBOÏEDOV ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1794-1829)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vie trop brève pour épuiser le génie

Né à Moscou dans une famille aristocratique, Griboïedov reçoit une excellente éducation et une formation où se mêlent la musique et les lettres, les sciences et le droit. Il fréquente la haute société moscovite dont il partage l'existence fastueuse, avec ce curieux mélange, hérité du xviiie siècle, de « civilisation » et de « barbarie », le meilleur de la culture européenne coexistant avec le servage et une servilité tout « orientale » vis-à-vis du pouvoir : c'est Moscou « d'avant l'incendie » (de 1812) qu'il immortalisera dans Le Malheur d'avoir de l'esprit (Gore ot uma).

En 1812, lors de l'invasion française, il s'engage. Mais de la guerre il connaîtra surtout la « vie de hussard », à laquelle succède bientôt la vie du dandy, brillant et insolent. De cette époque datent quelques comédies : Molodye suprugi (Les Jeunes Époux, 1815), Svoja sem'ja ili zamužnaja nevesta (En Famille, ou la Fiancée mariée), Pritvornaja nevernost' (Les Fausses Infidélités), généralement adaptées du français, parfois écrites en collaboration et sans grande originalité. Mais il a de plus grands projets littéraires et travaille déjà au Malheur d'avoir de l'esprit. Il fait la connaissance de Pouchkine et fréquente la jeunesse dorée de la capitale, qui appartient à la génération des futurs décembristes, dont il partage beaucoup d'idées et peut-être quelques espoirs. En 1817, une tragique affaire de duel l'oblige à quitter Saint-Pétersbourg et à accepter un poste de secrétaire de mission diplomatique en Perse. C'est le début des années de « monastère diplomatique » à Tabriz et à Téhéran.

C'est durant un long congé à Moscou et à Saint-Pétersbourg qu'il achève Le Malheur d'avoir de l'esprit, qui d'emblée lui donne la gloire. De retour en Orient sous les ordres de son parent le général Paskiévitch, il participe aux opérations militaires et surtout à l'activité diplomatique ; sa connaissance de la langue et des usages de la Perse le rend indispensable, et c'est en partie grâce à lui que la Russie peut imposer le dur traité de Tourkmentchaï (1828). Accueilli e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRIBOÏEDOV ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1794-1829)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature européenne en Russie (1730-1825) »  : […] L'introduction en Russie de la culture laïque et cosmopolite de l'Europe des Lumières est l'un des objectifs des réformes de Pierre le Grand. Le développement de l'imprimerie, freiné au xvii e  siècle par les autorités religieuses qui en détiennent le monopole, s'accélère sous la direction de l'État et contribue, par la désacralisation du livre, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1050

Pour citer l’article

Jean BONAMOUR, « GRIBOÏEDOV ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH - (1794-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sergueievitch-griboiedov/