ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La guerre contre le Grand Roi : la seconde phase

Au printemps de 331, Alexandre remonta vers la Syrie. De son côté, Darius avait profité de l'hiver pour réunir à Babylone d'innombrables contingents venus de tout l'empire. Mais, si la cavalerie était nombreuse et de valeur, manquaient désormais les mercenaires grecs, décimés au cours des précédentes batailles ou perdus dans de vaines aventures. Les deux armées se rencontrèrent en Haute-Mésopotamie, près du village de Gaugamèles, non loin de la ville assyrienne d'Arbèles (Erbil). C'était une vaste plaine, propice aux évolutions des chars de guerre et des cavaliers. Si nous connaissons exactement le dispositif des armées en présence, les nuages de poussière qui s'élevèrent bientôt interdirent toute vue d'ensemble : nos sources se contredisent plus que jamais. Seule certitude, la cavalerie macédonienne emmenée par Alexandre contraignit Darius à la fuite, et son départ donna le signal d'un repli général, accompagné parfois d'une vigoureuse résistance. Ainsi, au début d'octobre 331, Alexandre se trouva maître de la Mésopotamie tandis que Darius se retirait en Médie.

Ses capitales tombèrent l'une après l'autre. D'abord Babylone, qui accueillit Alexandre en libérateur car de vieilles haines, surtout d'ordre religieux, remontèrent alors contre les Perses. Ce fut pourtant l'un d'eux, Mazaios, qui fut nommé satrape, premier signe d'un rapprochement avec l'aristocratie iranienne. Il en fut de même à Suse, où Aboulitès, qui avait livré la citadelle et ses trésors, conserva ses fonctions. En revanche, la Perside résista avec acharnement. Le satrape Ariobarzanès se fit en effet massacrer, avec 40 000 hommes, au défilé des « Portes persiques » (janvier 330). Irrité par cette résistance, Alexandre livra Persépolis au pillage puis incendia les célèbres palais peu avant de reprendre l'offensive contre Darius. C'était donc moins par vengeance que pour ruiner les derniers espoirs de l'Achéménide vaincu : le symbole par excellence de l'empire perse s'en allait en fumée.

De fait, en ce printemps 330, Darius n'était plus qu'un otage aux mains des grands féodaux des provinces orientales, qui finirent par l'assassiner, alors qu'Alexandre les poursuivait à marches forcées afin de s'emparer d'un symbole désormais inoffensif, qu'il comptait peut-être épargner, comme Cyrus l'avait fait autrefois avec Crésus. La mort du dernier des Achéménides plaça Alexandre devant un choix difficile. Ou bien il se contentait de ce qu'il avait conquis (ce qui aurait répondu à l'attente de ses conseillers et de ses soldats), ou bien il s'engageait dans des régions inconnues, de plus en plus éloignées de la Méditerranée, pour y continuer une guerre dont l'objet devenait de moins en moins clair. Le second avis prévalut, mais, pour le réaliser, Alexandre dut éliminer une opposition aristocratique conduite par le vieux général Parménion et son fils Philotas. Ces purges complexes, qui assombrirent l'automne de 330, marquent le tournant du règne. C'est que les rois des Perses, dont Alexandre s'affirmait le successeur, étaient environnés de symboles et d'une cour hiérarchisée : s'il voulait se conformer aux habitudes de ses nouveaux sujets, le roi des Macédoniens devait accepter l'apparat d'un cérémonial que ses compatriotes, d'ailleurs respectueux de leurs rois, jugeaient d'un exotisme déplaisant.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Alexandre le Grand

Alexandre le Grand
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Portrait d’Alexandre le Grand

Portrait d’Alexandre le Grand
Crédits : T. Baggett/ Fotolia

photographie

Bataille d'Alexandre contre Darius, mosaïque, détail

Bataille d'Alexandre contre Darius, mosaïque, détail
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur de langue et littérature grecques à l'université de Nancy-II

Classification

Autres références

«  ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le passage d'Alexandre »  : […] Alexandre de Macédoine (356-323 av. J.-C.) envahit l'Afghanistan. Après avoir détruit les armées de Darius III, dernier des Achéménides, il entra en Afghanistan par Aria, à la poursuite de Bessus, satrape de Bactriane, qui s'était proclamé empereur et successeur légal de Darius. Le conquérant macédonien était un grand bâtisseur de villes. Cela tenait autant à sa culture hellénique qu'à la nécessi […] Lire la suite

ALEXANDRIE À L'ÉPOQUE HELLÉNISTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 127 mots

21 janvier — 331 Fondation d'Alexandrie d'Égypte par Alexandre le Grand. Avant — 305 Transfert du corps d'Alexandre à Alexandrie. Vers — 300 Institution du culte de Sarapis, nouvelle divinité gréco-égyptienne. — 297-— 285 Construction, par Sôstratos de Cnide, du phare, haut d'une centaine de mètres ( ?), l'une des sept merveilles du monde. Vers — 295 Fondation du Musée et de la bibliothèque d […] Lire la suite

ANTIPATROS ou ANTIPATER (400-319 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 854 mots

Type du « vieux serviteur fidèle », Antipatros fut sans doute celui sans qui la Macédoine n'aurait jamais accédé au rang de grande puissance, puis d'empire. Né vers 400 avant J.-C., il fut en effet l'alter ego de Philippe II qui appréciait en lui peut-être moins le chef militaire que l'homme d'État. Ami d'Aristote, auteur d'une histoire, perdue, des guerres d'Illyrie et d'une vaste correspondance, […] Lire la suite

APELLE (IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 448 mots

Dans le chapitre « Apelle ou le portrait de l'artiste »  : […] Quand Vasari décrit l'admiration du pape devant le cercle parfait dessiné par Giotto, il réécrit l'anecdote d'Apelle traçant une ligne plus fine que celle de Protogène : la réalité de la biographie de Giotto se superpose aux réminiscences du texte de Pline. E. Kris et O. Kurz, qui ont analysé en 1934 la récurrence d'anecdotes similaires dans les biographies d'artistes, ont montré ce que ces thème […] Lire la suite

ARISTOTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 178 mots

— 385-— 384 Naissance d'Aristote, à Stagire, en Macédoine. Il est le fils du médecin Nicomaque. — 366 Arrivée à Athènes, à l'âge de dix-huit ans. Brillant disciple de Platon. — 363 Enseigne la rhétorique à l'Académie fondée par Platon. Rédige des textes d'inspiration platonicienne qui sont perdus. — 356 Philippe II roi de Macédoine. Naissance d'Alexandre, son fils. — 347 Mort de Platon. Séjou […] Lire la suite

CRATÈRE (env. 370-321 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre BRIANT
  •  • 382 mots

Noble macédonien qui tient une place importante près d'Alexandre lors de la conquête de l'Asie. Dans la bataille du Granique (mai ~ 334), Cratère commande, à titre de taxiarque, un régiment de fantassins macédoniens ; à Issos (~ 333) et à Gaugamèles (~ 331), il dirige l'infanterie de l'aile gauche. En dehors des grandes batailles, il est chargé à plusieurs reprises de missions de confiance ; en ~ […] Lire la suite

DARIUS III CODOMAN, roi des Perses (336-330 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 384 mots

Dernier roi (336-330 av. J.-C.) de la dynastie des Achéménides, mort en 330 av. J.-C. en Bactriane. Darius III Codoman, membre d'une branche secondaire de la famille royale, est placé sur le trône par l'eunuque Bagoas, qui a empoisonné les deux rois précédents : Artaxerxès III en 338 avant J.-C. et Oarsès en 336. Quand Darius III revendique son indépendance, Bagoas tente de l'assassiner mais le […] Lire la suite

DIADOQUES

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 130 mots

Du mot grec diadochos signifiant héritier, successeur. On désigne ainsi les compagnons d'Alexandre qui, après sa mort en ~ 323, se sont partagé ses conquêtes, et plus particulièrement ceux qui sont parvenus à créer de grands États qui n'ont pas tous survécu à leurs fondateurs. La plupart sont des nobles macédoniens, quelques-uns d'origine grecque. Ils appartiennent à deux générations différentes  […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les dominations étrangères »  : […] Les Perses n'interrompirent pas ces rapports. L'unité de leur empire facilitait au contraire les communications. C'est pendant le règne d'Artaxerxès qu'Hérodote visita l'Égypte, et sans doute bien des Grecs y voyagèrent ou y guerroyèrent. Le sentiment national des Égyptiens était, cette fois, exacerbé par l'asservissement. Il est probable que Cambyse, qui n'avait pas l'habileté de Cyrus, l'excita […] Lire la suite

EUMÈNE DE CARDIA (env. 360-316 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 292 mots

Grec originaire de Chersonèse qui commença sa carrière à la cour de Philippe et d'Alexandre de Macédoine, où il remplissait les fonctions d' archigrammateus (chef du secrétariat). Il accompagna Alexandre lors de son expédition d'Asie et reçut, à la mort du conquérant (~ 323), la satrapie de Cappadoce. Or celle-ci était immense et restait en grande partie à conquérir. Eumène s'y employa avec l'aid […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-23 septembre 2020 Biélorussie. Investiture du président Alexandre Loukachenko.

Alexandre Loukachenko à Sotchi. Ce dernier réaffirme l’amitié de son peuple pour le « grand frère » russe. Le 20, un nouveau dimanche de manifestations réunit plus de cent mille personnes à Minsk. Le 23, Alexandre Loukachenko est investi à la présidence lors d’une cérémonie organisée en toute discrétion. Les appels à manifester aussitôt lancés par  […] Lire la suite

4-30 mars 2018 Royaume-Uni – Russie. Tentative d'assassinat d'un ancien espion russe.

Alexandre Litvinenko, qui dénonçait les pratiques de Moscou, avait été empoisonné à Londres au polonium 210, un isotope radioactif produit en Russie. En janvier 2016, l’enquête britannique avait abouti à la conclusion que le Kremlin avait « probablement approuvé » cet assassinat. Recruté par les services britanniques en 1995, Sergueï Skripal avait  […] Lire la suite

18-27 novembre 1996 Biélorussie. Conflit entre le président Alexandre Loukachenko et le Parlement

Alexandre Loukachenko, qui est très populaire, est accusé de comportements dictatoriaux par l'opposition qui a engagé, le 15, une procédure de destitution contre lui. Le président et le Soviet suprême s'affrontent depuis plusieurs mois au sujet de leurs pouvoirs respectifs. Le 20, alors que les manifestants pro et anti-Loukachenko se font face dans […] Lire la suite

15-29 mars 1996 Russie. La reconstitution de l'empire au cœur de la campagne présidentielle

Alexandre Loukachenko affirmer : « Ce sera un grand bienfait pour nos peuples si nous atteignons ce niveau. »  […] Lire la suite

19-31 août 1991 U.R.S.S. Échec d'un coup d'État conservateur

grand courage » et l'« immense stature » du président russe sont également salués par George Bush, tandis que le soulagement est général dans la plupart des capitales : seuls l'Irak et la Libye ont officiellement soutenu les putschistes. Les marchés financiers accentuent leur mouvement de redressement amorcé dès la veille, le dollar retrouve ses cours […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GOUKOWSKY, « ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-le-grand/