BLOK ALEXANDRE (1880-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Blok, seul héros de ses drames

Poète, Alexandre Blok fut aussi dramaturge. Sa vie durant, il se passionna pour le théâtre. Adolescent, il avait rêvé de se faire acteur et avait souvent joué dans des spectacles d'amateurs. Mais ce sont surtout les années 1906, 1907 et 1908 qui demeurent véritablement placées sous le signe du théâtre. Sa liaison avec Nathalie Volokhova, actrice du théâtre de Véra Kommissarjevskaïa renforce encore ses liens avec le théâtre.

Les poisons lyriques

Les premiers drames de Blok, Baraque de foire, Le Roi sur la place et L'Inconnue sont écrits en 1906. Blok les publie sous le titre de Drames lyriques. Qu'est-ce qu'un drame lyrique ?

Pour Blok, le point de départ de ses premiers drames, c'est la complexité de l'âme moderne « nécessairement solitaire... pleine d'émotions chaotiques, inextricables ». Cette âme n'a pas d'autre moyen d'expression que le lyrisme. Ce qui caractérise avant tout le lyrisme, c'est d'être étranger à l'élémentaire, étranger à la vie. C'est le fait de s'exclure lui-même de ces « domaines de la création artistique qui apprennent à vivre » (Préface aux Drames lyriques, août 1907).

Chez Blok, le drame lyrique se définit comme précisément l'expression de la complexité, de la contradiction intérieure qui est la marque de l'âme moderne. Âme solitaire, centrée sur elle-même, aux émotions chaotiques et qu'il est presque impossible de cerner. Âme atteinte d'une passivité morbide, passivité qui découle de sa grande aptitude à l'introspection, à l'analyse. À l'action se substitue l'exposition d'un thème poétique. Aux conflits qui, au théâtre, opposent les caractères, se substitue « l'unité du type fondamental et de ses aspirations » (Du drame, août-sept. 1907), ce qui revient à dire qu'il n'y a pas de caractères. Les personnages ne sont que « des masques de leur créateur », qui est le seul véritable héros de ses drames. En somme, le drame est devenu « monodrame » et a perdu tout ce qui aurait pu lui donner un caractère théâtral.

Le drame lyrique est une forme d'art étrangère au théâtre, ce dont Blok [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BLOK ALEXANDRE (1880-1921)  » est également traité dans :

BIÉLY ANDRÉI (1880-1934)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 2 492 mots

Il gesticulait et il dansait comme une ombre chinoise, on eût dit un chef d'orchestre dirigeant quelque partition inachevable devant des salles vides. Lorsqu'il prononçait ses conférences, encadré par deux candélabres, ses traits aigus s'accusaient au reflet des flammes, son haut front luisait, et ses yeux doux devenaient alors perçants. Silhouette démodée, armée d'un jonc d'aristocrate, il parcou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-biely/#i_1021

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_1021

Voir aussi

Pour citer l’article

Sophie LAFFITTE, « BLOK ALEXANDRE - (1880-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-blok/