DAVID-NEEL ALEXANDRA (1868-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La route vers Lhassa

Son parcours a toujours été hors du commun : à dix-huit ans, elle découvre l'anarchie auprès d'Élisée Reclus et écrit sa première « confession intellectuelle », Pour la vie (1898). Elle est accueillie en Grande-Bretagne par la Société théosophique dont l'enseignement s'inspire largement du bouddhisme. À Paris, elle apprend le sanskrit et le chinois, découvre le musée Guimet. Le bouddhisme répond à son attirance pour la mystique et pour des expériences d'une austérité extrême. Il est aussi un moyen de triompher des crises de neurasthénie qui l'accablent. Elle mène plusieurs vies à la fois : chanteuse, directrice artistique, journaliste, conférencière, rose-croix, franc-maçonne, voyageuse, amoureuse. Elle séjourne à Hanoï, Athènes, Tunis sous l'identité d'Alexandra Myrial, cantatrice. Son mariage avec Philippe Neel, en 1904, ne modère en rien ses positions féministes et son désir obstiné de l'ailleurs. En 1911, elle publie Modernisme bouddhiste et le bouddhisme du Bouddha, et part pour l'Orient.

Malgré ses dissensions avec son mari, c'est lui qui obtient les subventions permettant le financement de son périple et c'est par les missives qu'elle lui adresse (Journal de voyage. Lettres à son mari, 1975 et 1976) qu'on peut suivre son cheminement à travers Ceylan et l'Inde, où elle s'entretient avec Śrī Aurobindo et la « Mère », qui organise autour du maître une communauté spirituelle et temporelle (Āśram). Elle quitte Calcutta pour rencontrer le dalaï-lama, séjourne au Sikkim, puis retourne en Inde, passe plusieurs mois au Japon avant de remonter vers la Corée et de traverser la Chine d'ouest en est jusqu'au Tibet où, vêtue en mendiante, elle atteint Lhassa en 1924.

Alexandra David-Neel accomplit cette pérégrination initiatique et scientifique avec la conviction d'avoir une place à prendre, celle de « reporter orientaliste », titre manifestant sa distance à l'égard des cultes qu'elle pratique. Elle se sent investie d'une mission : transmettre au monde les beautés du Tibet et ses enseignements secrets. Dès son retour en France, elle rédige des milliers de pages, travaillant seize heures par jour dans la propriété achetée à Digne en 1928, et baptisée « Samten Dzong ». Elle tient de son père journaliste son talent d'écriture. Ses récits de voyage, rédigés dans l'urgence, souffrent d'un style un peu convenu et de l'emploi de mots recherchés, qui servent toutefois la finesse et la précision de ses descriptions. Son enthousiasme emporte le lecteur dans le sillage du Voyage d'une Parisienne à Lhassa (1927). Elle n'écrit pas ses textes dans l'ordre chronologique : Au pays des brigands gentilshommes, qui raconte, sur le ton du reportage, ses errances de 1921 jusqu'à son départ pour Lhassa, ne paraîtra qu'en 1933, et ce n'est qu'en 1951 qu'elle relatera la part indienne de son voyage (L'Inde. Hier-aujourd'hui-demain).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « DAVID-NEEL ALEXANDRA - (1868-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandra-david-neel/