HUMBOLDT ALEXANDER VON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sciences de la terre et sciences naturelles

L'étude des volcans des Canaries et de l'Amérique l'amène à rejeter le neptunisme comme cause unique de la genèse du globe. Dans son Essai géognostique sur le gisement des roches dans les deux hémisphères, tout en réaffirmant son admiration pour son maître de Freiberg, le neptunien A. G. Werner, il montre les relations entre le volcanisme et les structures terrestres ; il fonde la théorie magmatique du volcanisme et, en nommant endogènes les roches éruptives et exogènes les roches sédimentaires, il crée deux concepts fondamentaux de la géologie dynamique. Tout en offrant la première image nette des formations géologiques du continent américain, il démontre les similitudes géologiques entre les Amériques, l'Europe et l'Asie : la structure de la croûte terrestre est formée d'une seule et même qualité de roches, qui, dans l'ensemble, sont disposées selon les mêmes couches. À ces recherches de géologie fondamentale se rattachent de nombreuses études sur les gisements métallifères d'Amérique et d'Europe.

Humboldt est le pionnier de l'école géographique américaniste moderne ; il décrit avec précision les grandes structures des deux Amériques : relief, orographie, superficies, etc. Son Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, son étude du bassin de l'Orénoque et des llanos du Venezuela restent considérés comme des modèles d'études de géographie régionale. Humboldt a illustré ses travaux géographiques dans son Atlas du Nouveau Continent, où sont consignés les résultats de ses propres mesures de hauteur, de latitude et de longitude.

En climatologie, Humboldt a insisté sur les conséquences du rapport entre mers ou courants et terres émergées. Il dégage le concept de microclimat (climats locaux, de versants, etc.). En 1817, il propose le système des lignes isothermes, isothères et isochimènes, selon le modèle de E. Halley. Il organise une chaîne de stations magnétiques et météorologiques en Asie septentrionale (1829), puis dans les colonies anglaises (1836), première tentative de co [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-X-Nanterre, directeur de l'Institut d'études latino-américaines

Classification

Autres références

«  HUMBOLDT ALEXANDER VON (1769-1859)  » est également traité dans :

HUMBOLDT ALEXANDER VON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GRANGE
  •  • 326 mots

1769 Naissance d'Alexander von Humboldt à Berlin.1799-1804 Voyage dans les Amériques de Humboldt, avec notamment son ami le botaniste français Aimé Bonpland. Il explore, entre autres, le bassin de l'Orénoque, décrit les Andes de Bogota à Lima.Juin 1802 Ascension du Chim […] Lire la suite

COSMOS (A. von Humboldt)

  • Écrit par 
  • Juliette GRANGE
  •  • 302 mots

Décrire la totalité des phénomènes célestes et terrestres rapportés à la planète, en employant une langue élégante : telle est l'ambition de Cosmos. Esquisse d'une description physique du monde (Kosmos Entwurf einer physischen Weltbeschreibung), œuvre à la fois scientifique, littéraire et philosophique, dont les deux premiers – et principaux – des cinq volum […] Lire la suite

ARAGO FRANÇOIS

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 636 mots

Après des études secondaires à Perpignan, Arago prépare le concours d'entrée à l'École polytechnique (Paris), où il entre en 1803. En 1805, il est nommé secrétaire du Bureau des longitudes et participe avec Biot à une expédition géodésique en Espagne, où il est fait prisonnier ; il ne revient en France qu'en 1809. Membre de la célèbre Société d'Arcueil, il succède à Monge en tant que professeur de […] Lire la suite

BELLO ANDRÉS (1781-1865)

  • Écrit par 
  • E. RODRÍGUEZ MONEGAL
  •  • 638 mots

Quand il débarqua à Londres en 1810, tandis que l'insurrection secouait le continent sud-américain, Bello n'avait pas trente ans. Il s'était formé dans l'ambiance néo-classique d'un Caracas que le passage d'Alexandre de Humboldt (entre 1789 et 1800) avait réveillé de sa torpeur coloniale. Le jeune Bello avait accompagné dans ses explorations l'Allemand qui lui avait enseigné à regarder le monde av […] Lire la suite

COSMOS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis GAILLEMIN
  •  • 1 063 mots

En France, certains conservateurs de musée n'aiment guère les expositions thématiques. Elles ne seraient pour eux qu'un fatras arbitraire, elles feraient fi de l'histoire et du document, bref elles ne seraient pas sérieuses ; elles ne feraient pas avancer l'histoire de l'art, comme les expositions monographiques. Les expositions thématiques comme Le Sexe de l'art au centre Georges-Pompidou en 199 […] Lire la suite

DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 708 mots

Le 6 janvier 1912, le météorologue allemand Alfred Wegener (1880-1930) présente une communication à la session annuelle de l'Union géologique, qui se tient à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) : Idées nouvelles sur la formation des grandes structures de la surface terrestre (continents et océans) sur des bases géophysiques . Wegener y suppose que les continents actuels étaient regroupés à une cer […] Lire la suite

EISENSTEIN FERDINAND GOTTHOLD MAX (1823-1852)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 881 mots

Mathématicien allemand, né et mort à Berlin. Théoricien des nombres, fortement influencé par Gauss, Eisenstein trouva la source de son inspiration dans le calcul algorithmique et les formules. De constitution fragile, sombrant jeune dans une mélancolie pathologique, il avait comme mathématicien une puissance de production inouïe. De 1833 à 1837, Eisenstein résidait à l'académie Cauer à Berlin-Char […] Lire la suite

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'attrait de l'inconnu »  : […] En raccourci, après la quête des « îles fortunées » s'ouvre le cycle de celle des « îles du bonheur », cette « idée neuve en Europe ». Bougainville note dans son journal, en 1768, découvrant Tahiti et inventant Tahiti : « je me croyais transporté dans le jardin d'Éden [...]. Partout nous voyions régner l'hospitalité, le repos, une joie et toutes les apparences du bonheur ». Point encore de doute […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De 1800 à1860 : Humboldt et Ritter »  : […] La première moitié du xix e  siècle est une période où apparaissent de fortes personnalités : deux d'entre elles sont souvent retenues comme ayant joué un rôle majeur dans l'évolution de la géographie, toutes deux allemandes, Humboldt et Ritter. Alexander von Humboldt (1769-1859) fut géologue, naturaliste, grand voyageur et auteur prolifique ; son œuvre, caractérisée par son originalité et sa puis […] Lire la suite

GRANDES EXPÉDITIONS SCIENTIFIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 785 mots

1756 Dans son Histoire des navigations aux terres australes , le président du parlement de Dijon Charles de Brosses engage les souverains à lancer de nouveaux voyages de découverte avec des spécialistes scientifiques (un cartographe, un naturaliste, un astronome) et prône des relations pacifiques avec les indigènes. Il influence le Français Louis Antoine comte de Bougainville et l'Anglais James C […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles MINGUET, « HUMBOLDT ALEXANDER VON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-von-humboldt/