GROTHENDIECK ALEXANDER (1928-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 28 mars 1928 à Berlin d'un père russe (assassiné par les nazis) et d'une mère allemande, Grothendieck est venu comme réfugié en France à l'âge de treize ans et y a toujours vécu depuis, restant longtemps apatride par respect des convictions philosophiques de son père. Il est naturalisé français en 1971. Professeur à l'Institut des hautes études scientifiques (I.H.E.S.) de 1960 à 1969, il a renoncé ensuite aux recherches mathématiques pour se consacrer à la propagande en faveur du pacifisme et de la conservation de l'environnement.

Les idées nouvelles introduites par Grothendieck et les résultats qu'il en a déduits comptent parmi les plus importants des mathématiques contemporaines. De 1952 à 1955, ses travaux ont permis des progrès décisifs (les plus remarquables depuis Banach) à la théorie des espaces vectoriels topologiques, notamment par l'étude générale des produits tensoriels topologiques et des espaces nucléaires, qui jouent un rôle fondamental dans les applications de la théorie des distributions. En 1955-1957, Grothendieck a considérablement élargi l'algèbre homologique en la développant dans le cadre des catégories abéliennes, ce qui lui a permis entre autres d'obtenir une notion générale et souple de cohomologie des faisceaux. À partir de 1957, ses travaux ont été centrés sur la géométrie algébrique et sur les applications de celle-ci à la théorie des nombres.

En premier lieu, il a obtenu l'extension (sous une forme plus générale) du théorème de Riemann-Roch pour les variétés algébriques complexes (démontré en 1953 par Hirzebruch) aux variétés algébriques sur un corps quelconque, à l'aide d'une notion nouvelle très originale que l'on appelle maintenant « groupe de Grothendieck » et qui, sous le nom de K-théorie, a rapidement envahi des parties des mathématiques aussi diverses que la théorie des équations aux dérivées partielles, la topologie différentielle, l'algèbre et la théorie des nombres.

À partir de 1958, Grothendieck s'est attaché à une tâche gigantesque, une formulation extrêmement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GROTHENDIECK ALEXANDER (1928-2014)  » est également traité dans :

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les nombres premiers (problèmes 8 et 9) »  : […] Sous l'impulsion d'André Weil, puis d'Alexander Grothendieck (médaille Fields en 1966), fondateur de la théorie des schémas, toute une génération de mathématiciens spécialistes d'algèbre, de géométrie et de théorie des nombres a préparé la voie pour la démonstration de ces conjectures. Après l'étape fondamentale constituée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_25010

ZÊTA FONCTION

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 3 099 mots

Dans le chapitre « Fonctions zêta et fonctions L sur une variété algébrique définie sur un corps fini »  : […] s)-1. Grâce à l'introduction d'une notion de «  cohomologie » pour les variétés sur un corps quelconque, A. Grothendieck et M. Artin ont montré que, si X est une variété projective irréductible sans singularité de dimension n sur Fq, la fonction zêta vérifie l'équation fonctionnelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonction-zeta/#i_25010

Pour citer l’article

Jean DIEUDONNÉ, « GROTHENDIECK ALEXANDER - (1928-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-grothendieck/