CALDER ALEXANDER (1898-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un art-vérité

On frôlerait le lieu commun en attribuant certains caractères matériels de l'œuvre de Calder à un trait culturel, en les considérant comme relevant d'une « américanité ». Son usage de matériaux étrangers à la tradition artistique, ses recours permanents à toutes sortes d'expédients, sa capacité à inventer ses techniques et ses outils..., son pragmatisme, en somme, s'est d'abord développé dans le milieu familial où l'héritage de la culture pionnière a sans doute eu plus d'importance pour le futur artiste que celui de la culture académique – son père, Alexander Milne, et son grand-père, Alexander Stirling, furent deux sculpteurs officiels particulièrement doués. La première formation de Calder, reçue au Stevens Institute of Technology à Hoboken (New Jersey), fut technique et scientifique : il y prépara avec succès un diplôme d'ingénieur en mécanique entre 1915 et 1919. « Savoir faire, aussi bien que connaître » : la devise qui ouvre le livret de l'étudiant disait bien la philosophie pédagogique de l'établissement. On y apprenait à toujours soumettre à la pratique et à l'observation les données abstraites fournies par la science – la mécanique – qui étudie le mouvement, les forces qui le produisent et l'équilibre des corps. Le programme prévoyait de nombreuses heures de laboratoire, pour répéter les expériences, et d'atelier, pour se familiariser avec la manipulation des matériaux de construction et des outils permettant leur mise en œuvre. On peut ainsi évaluer ce qui a pu compter pour Calder dans cette formation à la fois théorique et technique : son aspect opératoire, son usage de notions à mi-chemin entre l'abstraction mathématique et le monde le plus concret, comme celles de force, de mouvement et d'équilibre, qui feront désormais partie, et pour longtemps, de l'univers conceptuel de Calder.

Ainsi, la structure du mobile est tout entière une réponse intelligente et pragmatique à des contraintes et à des interactions physiques, en particulier à celle, fondamentale et universelle, de la gravité. Calder se fait de la grande difficulté du sculpteur depui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Grenoble-II-Pierre-Mendès-France

Classification

Autres références

«  CALDER ALEXANDER (1898-1976)  » est également traité dans :

BIJOUX

  • Écrit par 
  • Sophie BARATTE, 
  • Catherine METZGER, 
  • Évelyne POSSÉMÉ, 
  • Elisabeth TABURET-DELAHAYE, 
  • Christiane ZIEGLER
  • , Universalis
  •  • 6 086 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Tendances contemporaines »  : […] Les années 1950 sont particulièrement fertiles et marquent les débuts de quelques grands noms de la bijouterie contemporaine, tels Jean Schlumberger ou Fulco di Verdura qui, proches de la richesse des matériaux et de l'imagination de la Renaissance, recréent dans leurs bijoux un monde onirique inspiré par le surréalisme. Tendance nouvelle, les artistes plasticiens , tels Dalí, Braque, Laurens ou e […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Régionalisme ou deuxième modernisme : l'entre-deux-guerres »  : […] Alors que les États-Unis ont fini par intervenir dans la guerre en Europe, l'immédiat après-guerre est marqué par un accès de chauvinisme qui affecte évidemment les arts, alors même que la prospérité qui dure jusqu'à la crise de 1929 pourrait laisser penser que l'inverse se produirait. Le nom que Stieglitz donne à sa nouvelle galerie en 1929 en est un symbole : elle devient Un lieu américain ( An […] Lire la suite

Pour citer l’article

Arnauld PIERRE, « CALDER ALEXANDER - (1898-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-calder/