ALCOOLISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aspects biologiques

Le degré alcoolique mesure le pourcentage en volume d'alcool d'une boisson. Ainsi dans un litre de vin à 12 degrés, il y a 12 p. 100 d'alcool pur soit 0,12 litre ou 0,12× 0,8 = 96 g d'alcool, 0,8 étant la densité de celui-ci.

À des doses inférieures à 2 g/kg/24 h sur l'animal sain normalement nourri et non accoutumé, l'éthanol est oxydé préférentiellement à une vitesse constante et limitée : 100 mg/kg/h chez l'homme, 400 mg/kg/h chez le rat. Cette oxydation fournit 7 calories par gramme, utilisables pour couvrir, en gros, la moitié de la dépense basale sans produire d'extrachaleur, et épargnant, de ce fait, des nutriments. Ces propriétés font ranger les boissons alcoolisées parmi les aliments, étant entendu que, à la différence de l'eau, ces boissons ne constituent pas des aliments indispensables. Les calories d'alcool, à doses modérées, dans une ration alimentaire par ailleurs correcte, sont à prendre en compte pour un obèse. Il est nécessaire de le rappeler en prescrivant une diététique chez un malade, buveur très modeste, qui désire maigrir. À cette utilisation métabolique, il faut opposer l'ingestion dangereuse de l'éthanol à doses supérieures à 2 g/kg/24h, lorsqu'il est associé à une alimentation déséquilibrée ou insuffisante et absorbé de façon assez répétée pour produire l'accoutumance.

Dans ces dernières conditions, l'éthanol, oxydé par des voies métaboliques anormales, accroît les dépenses azotées et produit une extrachaleur.

Absorption digestive et diffusion

La vitesse d'absorption digestive est d'autant plus rapide que l'estomac se vide plus vite, que la concentration en alcool est plus élevée et que l'alcool est associé à moins de substances entraînant un séjour plus prolongé dans l'estomac.

L'alcool pénètre dans 80 p. 100 environ du corps. Le taux sanguin en alcool, ou alcoolémie, décroît normalement de 100 mg par kg et par heure. Cette valeur (« coefficient d'éthyloxydation », C.E.O.) peut s'élever jusque vers 140 mg/kg/h avec un régime riche en protéines et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Couplage dans le métabolisme de l'alcool éthylique

Couplage dans le métabolisme de l'alcool éthylique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Alcoolisme : évolution depuis 1960

Alcoolisme : évolution depuis 1960
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche
  • : docteur en médecine, psychiatre, médecin délégué de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (A.N.P.A.A.)
  • : professeur honoraire à la faculté de médecine de Paris, médecin honoraire des hôpitaux de Paris
  • : docteur en médecine, qualifié en psychiatrie, psychiatre des hôpitaux, chef de service de l'intersection d'alcoologie Reims (E.P.S.D. Marne), président de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (A.N.P.A.A.)
  • : ancien professeur au Conservatoire national des arts et métiers, ancien directeur du laboratoire de nutrition humaine

Classification

Autres références

«  ALCOOLISME  » est également traité dans :

ADDICTION

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES, 
  • Eduardo VERA OCAMPO
  •  • 7 782 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Usage, abus et dépendance »  : […] Toxicomanie, au sens littéral du mot, veut dire consommation irrépressible (manie) de produits toxiques. En fait, la donnée essentielle dans la consommation des substances psychoactives est qu'elle engendre, au moins au début, une sensation de plaisir en activant dans notre cerveau un circuit neuronal particulier : la voie hédonique mésocorticolimbique. Par ailleurs, il existe des alternatives à […] Lire la suite

BACLOFÈNE

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 782 mots
  •  • 1 média

Le baclofène est un dérivé aromatique chloré de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA), un transmetteur du système nerveux central. Par un mécanisme encore inconnu, il active le récepteur B du GABA et bloque ou ralentit les réflexes moteurs de la moelle épinière. Il est utilisé depuis 1974 comme myorelaxant, en particulier lors des contractures de la sclérose en plaques et lors d’AVC. Il connaît de […] Lire la suite

BATESON GREGORY (1904-1980)

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 3 288 mots

Dans le chapitre « Les propositions théoriques sur l'alcoolisme et la schizophrénie »  : […] Fort de ses convictions épistémologiques nouvelles qui sont fondées sur la cybernétique et la théorie des systèmes et qui coïncident avec ses recherches au Veterans Administration Hospital de Palo Alto en Californie, Bateson continue d'approfondir les questions relatives au « soi » dans la relation complémentaire de celui-ci avec le système plus vaste qui l'inclut. Comment interpréter les succès d […] Lire la suite

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Facteurs de risques »  : […] Ces rappels aident à comprendre les facteurs de risques, qu'il faut bien identifier pour mettre en œuvre une prévention efficace. Quelques-uns sont bien connus : – dans un pays comme la France, le tabac est à l'origine d'environ 30 p. 100 des cancers chez l'homme et d'environ 10 p. 100 chez la femme. Le tabagisme passif est moins cancérogène (environ 200 cancers du poumon par an, mais il induit […] Lire la suite

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cardiomyopathies dilatées »  : […] Les cardiomyopathies dilatées sont dues à une diminution progressive de la force de contraction du myocarde. Le cœur ne peut plus faire face aux besoins de l'organisme et il est de plus en plus faible avec la progression de la maladie : le symptôme qui domine est l'essoufflement, tout d'abord pour des efforts importants, puis de plus en plus faibles. Cette maladie touche plus souvent l'homme que […] Lire la suite

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Alcool et stupéfiants »  : […] L'intoxication par l'alcool et par les stupéfiants provoque les réactions criminelles de certains individus. Au cours de crises de delirium tremens, des alcooliques chroniques commettent des infractions en état de démence, au sens de l'article 64 du Code pénal français. Dans les phases moins avancées de l'alcoolisme, de même que dans les périodes de rémission de la dernière phase, des actes dél […] Lire la suite

DELIRIUM TREMENS

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 177 mots

Une des complications majeures de l'alcoolisme chronique. Le delirium tremens survient notamment lors du sevrage brutal et accidentel consécutif à un accident, à une maladie aiguë, à une intervention chirurgicale. Il réalise ici le « syndrome de manque » de la toxicomanie qu'est l'alcoolisme. Il s'installe en deux ou trois jours après le sevrage, annoncé par des tremblements, des épisodes confuso- […] Lire la suite

DISULFIRAME ou ANTABUSE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 234 mots

Le disulfirame (Antabuse) est le disulfure de tétraéthyl-thiocarbamoyle : Le British Pharmaceutical Codex indique qu'il peut être préparé par condensation de la diéthylamine et du disulfure de carbone en présence de soude, suivie d'une oxydation du diéthyl-dithiocarbamate de sodium obtenu par le persulfate d'ammonium. Il se présente alors sous forme d'une poudre presque blanche, inodore et de sav […] Lire la suite

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 110 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Dépendance et escalade »  : […] L'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.), quant à elle, préfère classer les substances psychotropes soumises à contrôle par le type de dépendance qu'elles induisent : elle distingue ainsi des dépendances morphiniques, cocaïniques, cannabiques. Malheureusement, cette notion de dépendance demeure très floue ; on peut tenter de la préciser en distinguant une dépendance psychique et une dépendanc […] Lire la suite

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le foie cirrhotique »  : […] Après avoir examiné les trois grandes divisions de la physiologie et de la pathologie hépatiques, il est possible d'aborder l'étude des cirrhoses. La ou plutôt les cirrhoses sont l'aboutissement de toute agression prolongée du foie ; elles rassemblent dans leur physiopathologie et leur symptomatologie toutes les anomalies cellulaires, biliaires et vasculaires qui ont été évoquées. Elles sont un ré […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Présentation d'un plan quinquennal de lutte contre le cancer. 24 mars 2003

Le président Chirac présente aux milieux médicaux et associatifs son programme de lutte contre le cancer, dont il a fait l'une des priorités de son quinquennat. D'un montant prévu de 500 millions d'euros, ce plan comprend des actions de prévention – lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme […] Lire la suite

France. Fin de la session parlementaire d'automne. 13-21 décembre 1990

Le 13, le Sénat adopte définitivement la loi relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme. Défendue depuis dix mois par Claude Evin, ministre des Affaires sociales et de la Solidarité, elle prévoit d'interdire toute publicité pour le tabac à compter du 1er janvier […] Lire la suite

États-Unis. Défaite de George Bush devant le Sénat à propos de John Tower. 9-17 mars 1989

, que les républicains dénoncent comme un geste politique destiné à affaiblir la présidence, repose sur les accusations d'alcoolisme et de mœurs légères portées à l'encontre de John Tower par les démocrates. Cette décision représente un grave échec pour George Bush, qui a soutenu son candidat jusqu'au bout […] Lire la suite

U.R.S.S. Adoption de mesures contre l'alcoolisme. 17 mai 1985

Les journaux soviétiques publient les mesures décidées par les autorités pour lutter contre l'« ivrognerie et l'alcoolisme ». Il est prévu de réduire chaque année, à partir de 1986, les volumes de la production de toutes les boissons alcoolisées. La fabrication de celles qui sont composées à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie CHOQUET, Michel CRAPLET, Henri PÉQUIGNOT, Alain RIGAUD, Jean TRÉMOLIÈRES, « ALCOOLISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alcoolisme/