ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un jeu complexe entre Athènes, Sparte et la Perse

Ainsi Alcibiade s'est soustrait aux lois. Plutôt que d'être jugé, il a préféré rompre avec Athènes et se réfugier chez l'ennemi. Une autre phase de sa vie politique commence avec cette trahison. Pendant plusieurs années, jusqu'en 408, réduit au rôle de conseiller, il s'efforcera en vain, mais par tous les moyens, y compris la trahison et le mensonge, de reconquérir la position et l'influence perdues.

Qu'on l'ait appelé à Sparte (selon Thucydide) ou qu'il s'y soit rendu de lui-même, il n'en demeure pas moins à son service de 414 à 412. Sparte, au début, se méfie de lui et, malgré ses conseils, envoie Gylippos en Sicile. La catastrophe de 413, qui ruine la flotte athénienne, donne raison à Alcibiade. Les relations avec la Perse passent à cette date au premier plan : le moment semble venu pour la Perse et Sparte de mettre la main sur l'Empire athénien affaibli. Dans cette conjoncture, Alcibiade se montre très actif. Il conseille à Sparte d'accepter les offres des satrapes de Lydie et de Phrygie, Tissapherne et Pharnabaze. L'envoi d'une escadre de 40 vaisseaux en Ionie est décidé, mais Alcibiade ne reçoit que cinq navires. De plus, il ne peut exercer son commandement : accusé d'avoir séduit la femme d'Agis, il est condamné à mort malgré les éclatants succès personnels remportés à Chios, Milet, Érythrées, Clazomène.

Il quitte Milet, s'installe auprès de Tissapherne et le persuade de suivre son plan : user Sparte et Athènes l'une contre l'autre pour mieux triompher des deux. S'il flatte les intentions de Tissapherne, l'ennemi héréditaire des Grecs, c'est qu'il espère reconquérir une position de force : il y réussit, car il semble alors diriger la politique perse à l'égard de la Grèce. Il met tout en œuvre pour rentrer à Athènes, lui fait connaître ses intentions réelles, et ose lui promettre l'alliance du Grand Roi, si la démocratie est renversée. Mais les exigences de Tissapherne (poussé peut-être par Alcibiade, qui a peur d'être désavoué) font éch [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ARISTOPHANE (445-380 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DEFRADAS
  •  • 4 638 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Les Oiseaux » »  : […] La seule comédie qui semble être du domaine de la fantaisie pure, Les Oiseaux , date de 414. Or c'est un des moments les plus pénibles de la guerre : la paix de 421 a été rompue et les Athéniens ont entrepris dans l'enthousiasme l'expédition de Sicile. Mais cette expédition s'est engagée dans des conditions dramatiques : Alcibiade qui la conduisait est accusé d'avoir fait mutiler les Hermès et d' […] Lire la suite

LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Sans doute le plus connu des dialogues platoniciens, Le Banquet ( Sumpósion ) ou Sur l'amour , rédigé vers 375 avant notre ère – soit, comme La République , Le Phédon et Le Phédre , durant la période dite de la maturité de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) – demeure un texte énigmatique. La structure virtuose du récit – la relation par un témoin, Aristodème, à son tour rapportée par un autre […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La guerre du Péloponnèse »  : […] La guerre du Péloponnèse marque un tournant essentiel dans l'histoire des cités grecques. Elle débuta par une série de conflits locaux qui mirent aux prises Athéniens et Corinthiens. Mais le jeu des alliances entraîna bientôt toutes les cités dans la lutte. Athènes se trouvait dans une position de force, elle avait un puissant empire, une armée considérable, une flotte bien entraînée, des ressourc […] Lire la suite

GUERRE DU PÉLOPONNÈSE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 192 mots

Mars — 431 Début des hostilités. Premières incursions des Péloponnésiens en Attique. — 430-— 429 Épidémie à Athènes, qui emporte le tiers de la population. Mort de Périclès. — 428-— 427 Révolte de Mytilène contre Athènes, qui la réduit à l'état de colonie. — 425 Révolte des esclaves travaillant dans les mines d'argent du Laurion (sud de l'Attique) ; reddition des Spartiates assiégés dans l'îlo […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 8 360 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des athlètes prestigieux... et professionnels »  : […] Comme de nos jours, vaincre aux jeux Olympiques procure la gloire et la renommée, laquelle rejaillit sur la cité. La liste des olympionike est longue, mais certains noms restent gravés dans l'histoire. Coroebos (ou Koroïbos), vainqueur de la course du stade en 776 avant J.-C., demeure le premier olympionike dont le nom nous soit parvenu ; Akhantos de Sparte gagne en 720 avant J.-C. le premier d […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 946 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or de la Sicile grecque (VIe-Ve siècle av. J.-C.) »  : […] Les colons apportaient leurs dieux, leur langue, les lois de leur patrie, refoulant ou dominant les indigènes. Ils ne gardèrent que des liens très lâches avec leurs métropoles. La fécondité de la terre sicilienne fut à l'origine d'une prospérité éclatante, essentiellement fondée sur l'agriculture. Les cités eurent un régime aristocratique, la terre et la politique étant le quasi-monopole des hérit […] Lire la suite

THRASYBULE (env. 445-388 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 379 mots

Fils de Lycos, du dème de Steiria. Thrasybule apparaît dans l'histoire d'Athènes en ~ 411, au moment où les oligarques, les Quatre-Cents, s'étant emparés du pouvoir dans la cité, les marins et les soldats de la flotte cantonnés à Samos refusent le fait accompli, destituent les stratèges suspects de sympathie pour l'oligarchie et en désignent d'autres parmi lesquels il figure. Il négocie alors le r […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Andrée POUGET, « ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcibiade/