ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme

Alcibiade, né en 450 avant J.-C., se rattache aux deux plus grandes familles d'Athènes : par sa naissance aux Alcméonides et à Périclès, par son mariage aux Kérikes. Sa brillante intelligence, ses dons d'orateur s'avivent à fréquenter des esprits distingués : tout jeune, il se lie d'amitié avec Socrate. Mais celui-ci n'eut pas d'influence réelle sur Alcibiade qui, en dépit de l'« esprit philosophique » que lui a reconnu Platon, choisit le monde extérieur et la politique. Le Banquet témoigne de leur rupture et, dans le Gorgias, Alcibiade sera dénoncé par Socrate comme le « complice » de Calliclès, théoricien de la violence et de la volonté de puissance. Une exceptionnelle beauté pousse Alcibiade vers la vie publique, les succès et les plaisirs. Cette beauté masque l'homme véritable ; elle excuse ses excès envers les hommes et les dieux. Elle commande cette élégance raffinée, ces chaussures rares, ce manteau de pourpre traînant dans la poussière, ce luxe, l'entretien d'une écurie de courses, la préciosité du langage. Les défauts et les extravagances d'Alcibiade séduisent au lieu d'irriter. Partout il est l'objet d'engouement et de flatteries ; il participe en 416 aux jeux Olympiques : plusieurs cités lui offrent une tente, paient ses frais de séjour, fournissent sa nourriture, celle de ses chevaux et les bêtes pour le sacrifice. Athènes l'autorise à utiliser les vases d'or de la cité pour célébrer sa victoire. Chéri de tous, le bel et riche Alcibiade tend à s'identifier à la loi. Comblé par la fortune, intelligent, courageux, excellent soldat, il apparaît comme le successeur désigné de Périclès, mais l'enthousiasme qu'il déchaîne « s'adresse plus à sa personne qu'à son mérite ». Son manque de caractère, son égoïsme, sa vanité, une ambition forcenée l'entraînent à pratiquer une politique instable, voire malhonnête, qui se solde au total pour Athènes par une série de malheurs.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La guerre du Péloponnèse »  : […] La guerre du Péloponnèse marque un tournant essentiel dans l'histoire des cités grecques. Elle débuta par une série de conflits locaux qui mirent aux prises Athéniens et Corinthiens. Mais le jeu des alliances entraîna bientôt toutes les cités dans la lutte. Athènes se trouvait dans une position de force, elle avait un puissant empire, une armée considérable, une flotte bien entraînée, des ressourc […] Lire la suite

ARISTOPHANE (445-380 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DEFRADAS
  •  • 4 638 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Les Oiseaux » »  : […] La seule comédie qui semble être du domaine de la fantaisie pure, Les Oiseaux , date de 414. Or c'est un des moments les plus pénibles de la guerre : la paix de 421 a été rompue et les Athéniens ont entrepris dans l'enthousiasme l'expédition de Sicile. Mais cette expédition s'est engagée dans des conditions dramatiques : Alcibiade qui la conduisait est accusé d'avoir fait mutiler les Hermès et d' […] Lire la suite

LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Sans doute le plus connu des dialogues platoniciens, Le Banquet ( Sumpósion ) ou Sur l'amour , rédigé vers 375 avant notre ère – soit, comme La République , Le Phédon et Le Phédre , durant la période dite de la maturité de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) – demeure un texte énigmatique. La structure virtuose du récit – la relation par un témoin, Aristodème, à son tour rapportée par un autre […] Lire la suite

GUERRE DU PÉLOPONNÈSE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 192 mots

Mars — 431 Début des hostilités. Premières incursions des Péloponnésiens en Attique. — 430-— 429 Épidémie à Athènes, qui emporte le tiers de la population. Mort de Périclès. — 428-— 427 Révolte de Mytilène contre Athènes, qui la réduit à l'état de colonie. — 425 Révolte des esclaves travaillant dans les mines d'argent du Laurion (sud de l'Attique) ; reddition des Spartiates assiégés dans l'îlo […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 8 360 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des athlètes prestigieux... et professionnels »  : […] Comme de nos jours, vaincre aux jeux Olympiques procure la gloire et la renommée, laquelle rejaillit sur la cité. La liste des olympionike est longue, mais certains noms restent gravés dans l'histoire. Coroebos (ou Koroïbos), vainqueur de la course du stade en 776 avant J.-C., demeure le premier olympionike dont le nom nous soit parvenu ; Akhantos de Sparte gagne en 720 avant J.-C. le premier d […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 946 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or de la Sicile grecque (VIe-Ve siècle av. J.-C.) »  : […] Les colons apportaient leurs dieux, leur langue, les lois de leur patrie, refoulant ou dominant les indigènes. Ils ne gardèrent que des liens très lâches avec leurs métropoles. La fécondité de la terre sicilienne fut à l'origine d'une prospérité éclatante, essentiellement fondée sur l'agriculture. Les cités eurent un régime aristocratique, la terre et la politique étant le quasi-monopole des hérit […] Lire la suite

THRASYBULE (env. 445-388 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 379 mots

Fils de Lycos, du dème de Steiria. Thrasybule apparaît dans l'histoire d'Athènes en ~ 411, au moment où les oligarques, les Quatre-Cents, s'étant emparés du pouvoir dans la cité, les marins et les soldats de la flotte cantonnés à Samos refusent le fait accompli, destituent les stratèges suspects de sympathie pour l'oligarchie et en désignent d'autres parmi lesquels il figure. Il négocie alors le r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Andrée POUGET, « ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alcibiade/