ALCÈNES ou OLÉFINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formule générale, structure et isomérie

De formule générale CnH2n, l'alcène contient deux hydrogènes de moins que l'alcane de même chaîne. Cela résulte de la présence, dans son enchaînement carboné, de deux atomes de carbone adjacents, hybrides sp2, tricoordinés et qui échangent entre eux deux liaisons. Aux isoméries de structure qu'ils ont en commun avec les alcanes, les alcènes présentent deux autres modes d'isomérie : l'isomérie de position caractérisée par la place de la double liaison dans la chaîne et une stéréo-isomérie géométrique résultant de la rigidité du squelette au niveau de cette double liaison, qui entraîne la possibilité d'existence de deux enchaînements appelés cis et trans ou mieux Z pour zusammen et E pour entgegen lorsque les deux atomes de carbone doublement liés portent des substituants différents.

La structure électronique de la double liaison de l'éthylène est décrite par deux orbitales moléculaires de symétries σ et π qui résultent du recouvrement longitudinal important des fonctions hybrides sp2 et de celui, latéral, des orbitales 2pz. Le plan nodal ou d'antisymétrie de la fonction contient les deux atomes de carbone et les quatre autres atomes auxquels ils sont liés.

Éthylène

Dessin : Éthylène

Dessin

Structure électronique de l'éthylène dans le modèle orbitalaire. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette structure électronique impose la coplanéité des six noyaux atomiques et la rigidité du squelette des liaison σ qui les unissent car il y a parallélisme des axes de révolution des deux orbitales 2pz dont le recouvrement maximal assure le partage du doublet π. Cet aspect géométrique se retrouve pour toutes les doubles liaisons homo- et hétéronucléaires et justifie l'existence d'une isomérie géométrique. Elle implique également une fragilité (polarisabilité) relative de la liaison π qui expliquera la réactivité particulière des alcènes dans les réactions d'addition ioniques et radicalaires. Elle est enfin à l'origine de l'importante anisotropie magnétique observée notamment en résonance magnétique nucléaire (R.M.N.) au niveau des doubles liaisons.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Éthylène

Éthylène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réactions 1 à 3

Réactions 1 à 3
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réactions 4 à 9

Réactions 4 à 9
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Réactions 10 à 15

Réactions 10 à 15
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de chimie organique à la faculté des sciences de Marseille

Classification

Autres références

«  ALCÈNES ou OLÉFINES  » est également traité dans :

ALCOOLS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 5 863 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hydrolyse de dérivés fonctionnels monovalents »  : […] L'eau, réactif nucléophile, ou sa base conjuguée HO - qui est présente dans des bases alcalines NaOH et KOH, réagit sur les substrats porteurs de groupements fonctionnels comme les halogénures et les esters. La réaction est une substitution nucléophile, généralement bimoléculaire (SN 2 ), sauf dans le cas des halogénures tertiaires et des esters d'alcools tertiaires où le mécanisme peut être unim […] Lire la suite

ALCYNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 321 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Hydrogénation »  : […] L' hydrogénation des alcynes est facile et met en jeu les mêmes catalyseurs que pour les alcènes : le platine (Pt), le palladium (Pd) et le nickel (Ni). Sans précautions particulières, ce sont deux molécules d'hydrogène qui s'ajoutent en formant l'alcane. Cependant, la réaction de la première molécule d'hydrogène, conduisant à l'alcène, est plus exothermique que l'addition de la seconde sur ce de […] Lire la suite

AMINES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Addition »  : […] Les amines primaires et secondaires interviennent dans de nombreuses réactions d'addition nucléophile, l'atome d'azote se fixant sur le site électrophile et l'hydrogène sur le site nucléophile. Addition sur les aldéhydes et les cétones  : les amines primaires forment un hémiaminal qui se déshydrate facilement en donnant une aldimine ou une cétimine. Les amines secondaires forment également un h […] Lire la suite

CARBOXYLIQUES ACIDES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 5 532 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hydroxycarboxylation d'alcènes »  : […] Deux procédés industriels mettent en œuvre l'addition, sur des oléfines, de CO + H 2 O : – le premier, dû à Reppe, est surtout intéressant au départ de l'éthylène : par action de CO + H 2 O à 300  0 C sur un catalyseur de nickelcarbonyle, on obtient l'acide propionique ; – le second, dû à Koch, est plus général et permet en particulier la synthèse d'acides encombrés en α. Il fait agir, en présenc […] Lire la suite

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 523 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Relations entre les caractéristiques des carburants et les émissions de polluants »  : […] Dans le cas des véhicules à essence, les pertes par évaporation constituent une cause non négligeable de pollution atmosphérique par les hydrocarbures. Un moyen d'action efficace pour pallier ce type d'inconvénient consiste à réduire la pression de vapeur de l'essence et à faire en sorte que les vapeurs émises soient aussi peu toxiques que possible. Cette dernière considération explique que, depu […] Lire la suite

CHAUVIN YVES (1930-2015)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 015 mots

Chimiste français. Dans la plupart des pays d'Europe, le prix de l'essence à la pompe ne reflète que minoritairement celui du baril de pétrole brut, du raffinage et de la distribution : les taxes en constituent la composante principale. Sait-on que, en France, une partie de cette redevance finance depuis les années 1950 l'Institut français du pétrole (I.F.P.) et les recherches qui s'y mènent ? Ces […] Lire la suite

COORDINATION (chimie) - Chimie de coordination

  • Écrit par 
  • René POILBLANC
  •  • 4 033 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les complexes dérivés des alcènes »  : […] Bien que, déjà en 1830, W. C. Zeise ait pu obtenir un composé du platine et de l'éthylène, la capacité des métaux de transition à fournir des composés organométalliques n'a été vraiment reconnue qu'au cours des années cinquante. L'anion PtCl 3 C 2 H 4 - en est certainement l'exemple le plus simple, à propos duquel a pu être développé un modèle de liaison (connu sous le nom de modèle de Chatt-De […] Lire la suite

CYCLANES & CYCLÈNES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONIA
  •  • 1 914 mots
  •  • 7 médias

Les cyclanes (ou cyclo- alcanes) sont des hydrocarbures comportant un ou plusieurs cycles d'atomes de carbone unis par des liaisons simples. Les cyclanes simples, non substitués, de formule générale (CH 2 ) n constituent une série homologue particulièrement intéressante, car leurs synthèses et leurs propriétés chimiques varient de façon frappante avec la taille du cycle, différant nettement en ce […] Lire la suite

DIÈNES & POLYÈNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 2 253 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Préparation »  : […] L'allène est préparé par déshalogénation au zinc du 2,3-dichloropropène, obtenu par addition de HCl au chlorure de propargyle. Récemment, il a été fabriqué, en mélange 20/80 avec son isomère méthylacétylène, par craquage du propène à 300  0 C : les proportions de ce mélange correspondent à l'équilibre thermodynamique à cette température. Une méthode générale de préparation des allènes, à partir d' […] Lire la suite

GRUBBS ROBERT H. (1942- )

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 468 mots

Chimiste américain. Originaire du Kentucky, où il naquit le 27 février 1942 à Calvert City, près de Possum Trot, Robert H. Grubbs entra à l'université de Floride, à Gainesville. Après sa licence en 1963, il s'initia à la recherche en chimie organique, obtint un doctorat à Columbia (1968), puis fit un stage postdoctoral à Stanford (1968-1969). Il devint assistant professor à l'université d'État du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques METZGER, « ALCÈNES ou OLÉFINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alcenes-olefines/