ALBRECHT ALTDORFER. MAÎTRE DE LA RENAISSANCE ALLEMANDE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’architecture et le paysage

Albrecht Altdorfer, né vers 1480 et mort à Ratisbonne en 1538, tient une place majeure dans l’effervescence artistique du temps, et c’est très légitimement que l’on peut parler de Renaissance à propos de ces œuvres qui inscrivent les scènes dans une perspective désormais maîtrisée, dans un rendu parfait des architectures et dans un traitement du corps humain qui a conquis l’art du modelé et des proportions. Les paysages sont dominés non plus par le fond d’or du gothique tardif, mais par des ciels profonds, vibrants et aux tons changeants, et l’ouverture à la mythologie antique, qui n’était pas inconnue au Moyen Âge, vit ici d’une autonomie nouvelle. Car aux commandes des institutions religieuses, et à celles de certains fidèles pour leurs dévotions privées, s’ajoute alors la clientèle d’amateurs humanistes qui comprennent ces récits profanes plongeant dans l’histoire et les mythes de l’Antiquité.

Altdorfer est pleinement peintre. Si le retable de l’abbaye autrichienne de Saint-Florian, de 1518 comme le paysage cosmique grandiose de la Bataille d’Alexandre, de 1529 (Alte Pinakothek, Munich) ne pouvaient voyager, des œuvres fameuses étaient présentes à Paris. Ainsi Le Christ prenant congé de sa mère, vers 1518-1520 (National Gallery, Londres), révèlent l’incroyable liberté de l’artiste, dans une association de sérénité et d’intensification de l’expression des émotions, à l’opposé du classicisme de Dürer. La disproportion et les raccourcis font vibrer le lien avec la nature qui habite l’arcade immense à travers laquelle se voit l’éclat du soleil couchant. La Sainte Famille avec un diacre, de 1507 (Kunsthistorisches Museum, Vienne), montre l’ouverture à l’art italien, tant dans la guirlande de feuilles et de fruits, que dans la reprise de plusieurs motifs présents dans des œuvres de Mantegna (1431-1506), un lien qui traverse toute l’œuvre d’Altdorfer. Mais ce regard porté sur la Renaissance au sud des Alpes est intégré dans une synthèse toute personnelle, animée par le puissant sentiment d’une nature à la fois habitée d’une vie propre et intense, et avec laquelle les figures humaines sont en profonde résonance. Certaines de ses œuvres traitent même de la nature en elle-même, et ont été reconnues comme les premiers paysages autonomes dans la peinture occidentale depuis l’Antiquité.

Le Christ prenant congé de sa mère, A. Altdorfer

Photographie : Le Christ prenant congé de sa mère, A. Altdorfer

Chez Altdorfer, l'expression des émotions à travers la rhétorique des gestes trouve son prolongement dans l'usage de la couleur et une évocation inédite de la nature, dont l'importance deviendra déterminante dans certaines œuvres du peintre. Albrecht Altdorfer, Le Christ prenant congé de... 

Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Afficher

Dans le Saint Jérôme en pénitent, de 1507 (Staatliche Museen, Berlin), peinture que sa petite dimension permet d’identifier clairement comme une œuvre destinée à la dévotion privée, la barbe et les cheveux du saint offrent le même mouvement vital que les extrémités des branches pendant comme des lichens, tandis que le pelage du lion est en accord avec les veines du tronc d’arbre situé à l’arrière-plan. L’homme est ici en fusion avec la nature, que ce soit celle du rocher qui semble donner sa force au manteau rouge qui le couvre, ou celle des montagnes bleutées dans le lointain. C’est une vision panthéiste de l’Univers, mais un panthéisme chrétien, où l’humanité cohabite avec les puissances sauvages du monde sans les craindre, car elle y est accueillie. Le Retable de saint Jean-Baptiste, de 1526 (musée d’Unterlinden, Colmar), œuvre d’un anonyme du sud de l’Allemagne, reprend ces végétaux accrochés sur des arcs monumentaux en partie ruinés et s’ouvrant sur des ciels rougeoyants au cœur de bleus intenses. Il montre à quel point l’art d’Altdorfer connut de son vivant un rayonnement considérable, même si le terme d’école du Danube, qui a longtemps servi à définir un ensemble d’artistes et d’œuvres partageant cette expression du monde sensible, porte trop d’ambiguïtés et n’est plus adapté.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian HECK, « ALBRECHT ALTDORFER. MAÎTRE DE LA RENAISSANCE ALLEMANDE (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-altdorfer-maitre-de-la-renaissance-allemande-exposition/