GIACOMETTI ALBERTO (1901-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tentation surréaliste

Cette intrusion de l'imaginaire au sein du conceptualisme cubiste et la rencontre avec Aragon et Breton orientent Giacometti, à partir de 1930, vers les eaux surréalistes. Pendant cinq ans, il se fait l'animateur d'un étonnant « théâtre de la cruauté », réalisant de purs et parfaits « objets à fonctionnement symbolique », qui seront tantôt des mécanismes à la fois absurdes et précis, basés sur la représentation de mouvements virtuels, imminents ou répétitifs, comme la Fleur en danger ou Circuit, tantôt des constructions qu'il nomme « affectives », évocatrices de catastrophes intimes, tel Le Palais de quatre heures. La coloration de l'œuvre est alors souvent l'expression d'un érotisme violent, voire sadique, comme dans la Pointe à l'œil ou la Femme égorgée : projection d'un désir toujours impuissant à rencontrer son objet et à se satisfaire et qui, indéfiniment désirant, semble se retourner contre lui-même pour se déchirer. L'Objet invisible de 1934-1935, en quoi Breton, dans L'Amour fou, reconnaissait « le désir d'aimer et d'être aimé [...] en quête de son véritable objet et dans sa douloureuse ignorance », est cette figure hallucinée, au mouvement entravé, dont les mains à demi tendues se referment sur un objet toujours recherché et toujours absent, pour se l'approprier en un geste dérisoire et pathétique.

autre :

 

Crédits :

Afficher

Cette sorte d'échec de la théâtralité surréaliste, dans sa répétition vaine du désir érotique, Giacometti s'en détourne, en 1935, comme d'une imposture, tout comme, auparavant, il s'était détourné du cubisme qui lui avait paru une « entreprise complètement absurde ». Tournant définitivement le dos à ces esthétiques autoritaires et volontiers terroristes, il s'engage dans une Vita Nuova dont le retour au réel serait le propos et atteindre à la « ressemblance », le terme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GIACOMETTI ALBERTO (1901-1966)  » est également traité dans :

L'HOMME QUI MARCHE. UNE ICÔNE DE L'ART DU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 951 mots

Lorsque son sujet marque un point de cristallisation pour un ensemble significatif de créations et de problèmes, la monographie demeure un des genres fondamentaux de l’histoire de l’art. L’Homme qui marche de Giacometti s’impose à ce titre : la sculpture compte en effet, avec Le Baiser de Brancusi ou le […] Lire la suite

DANS LA CHALEUR VACANTE, André du Bouchet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 814 mots

Dans le chapitre « L'expérience du vide »  : […] En 1961, succédant à de brèves plaquettes éditées en peu d'exemplaires depuis 1951 (par les soins de Jean Aubier, Guy Lévis Mano, Pierre-André Benoit, Jean-Hugues ou Adrien Maeght), reprenant certains de ces premiers poèmes, le recueil laissait entrevoir également une figure nouvelle du poète, comme étrangère aussi, tel ce marcheur giacomettien dont la silhouette fragile allait orner six ans plus […] Lire la suite

DÉMATÉRIALISATION DE L'ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Florence de MÈREDIEU
  •  • 1 626 mots

Dans le chapitre « La nouvelle présentation des œuvres d'art »  : […] Le processus de dématérialisation des œuvres partait, autrefois, d'un matériau de base relativement complexe et « lourd », la création consistant pour l'artiste à dégager l'œuvre d'une composante physique. Le modèle, à l'arrière-plan, restait celui du sculpteur, dégageant peu à peu du bloc (de pierre, de marbre, de bois) une forme épurée. Les artistes de la seconde moitié du xx e  siècle et ceux d […] Lire la suite

DUPIN JACQUES (1927-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 752 mots

Poète et critique d'art né à Privas (Ardèche), Jacques Dupin partageait avec quelques-unes des voix poétiques majeures de sa génération – Yves Bonnefoy, André du Bouchet avec lesquels il fonda en 1967 la revue L'Éphémère  – le souci de rendre l'expérience poétique à sa vocation ontologique. Salué dès son premier recueil, Cendrier du voyage (1950), par René Char, Jacques Dupin s'est en effet disti […] Lire la suite

GIACOMETTI DIEGO (1902-1985)

  • Écrit par 
  • Michael BRENSON
  •  • 666 mots

Durant la plus grande partie de sa vie, Diego Giacometti fut connu comme l'« autre » Giacometti, le frère désintéressé et indispensable du sculpteur Alberto Giacometti. Diego était l'associé d'Alberto, son assistant, son confident et son modèle. Il fabriquait les armatures des sculptures de son frère, veillait à la fonte des bronzes et appliquait la patine, et sauvait parfois les œuvres d'Alberto […] Lire la suite

GRAFFITI

  • Écrit par 
  • Glen D. CURRY, 
  • Scott H. DECKER, 
  • William P. MCLEAN
  • , Universalis
  •  • 5 872 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un art populaire »  : […] L'intérêt et la valeur esthétique de certains des graffiti littéraires sont indiscutables. Il en est de même pour bon nombre de graffiti figuratifs, qui ont su inspirer des artistes tels que Picasso et Cocteau. C'est pourtant le poète Apollinaire qui comprit le mieux – comme le démontrent ses Calligrammes  – que cette expression constitue un véritable art populaire, rivalisant parfois, par sa beau […] Lire la suite

MÉLANCOLIE. GÉNIE ET FOLIE EN OCCIDENT (exposition)

  • Écrit par 
  • Hélène PRIGENT
  •  • 912 mots

Annoncée comme l'une des dernières expositions de Jean Clair, celle du moins qui couronnait sa carrière de directeur du musée Picasso à Paris, Mélancolie. Génie et folie en Occident , au Grand Palais du 13 octobre 2005 au 16 janvier 2006, condensait les thématiques de ses précédentes expositions. Qu'il s'agisse en effet des relations entre l'art et la science, explorées dans L' Â me au corps au G […] Lire la suite

PICASSO. SCULPTURES (exposition)

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 975 mots

Dans le chapitre « Une traversée du xxe siècle »  : […] En ce début du xxi e  siècle où l’aventure de la sculpture contemporaine commence à être mieux comprise comme une histoire polyphonique qui traverse tout le xx e  siècle, la figure de Picasso s’impose comme celle d’un acteur clé de ce parcours qui part du primitivisme et du cubisme pour nous conduire jusqu’aux années 1970. D’autres expositions à venir, notamment Picasso-Giacometti , permettront d’ […] Lire la suite

RAINER ARNULF (1929- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 095 mots

Peintre autrichien né en 1929 à Baden près de Vienne, littérairement formé par ses lectures d'Artaud, de Georges Bataille et de Cioran, Rainer a commencé de 1949 à 1951 à peindre de manière informelle, selon des procédés automatiques, proches de l'automatisme surréaliste. Mais, déçu par sa rencontre avec André Breton, qui eut lieu pendant le voyage qu'il fit à Paris au début des années 1950, et co […] Lire la suite

RÉALISME RETOUR AU

  • Écrit par 
  • Jean CLAIR
  •  • 5 154 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « De l'art à la nature, de la nature à l'art » »  : […] La Biennale de Venise, en juin 1978, avait proposé comme thème : « De l'art à la nature, de la nature à l'art ». Du côté des courants de la « modernité », ce programme naturaliste n'offrait guère de surprises au hasard des divers pavillons nationaux : poncifs et ennui. En revanche, au pavillon italien, une rétrospective de peinture découvrait le talent de Piero Guccione et révélait Attilio Forgio […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CLAIR, « GIACOMETTI ALBERTO - (1901-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alberto-giacometti/