EINSTEIN ALBERT (1879-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vie. L'homme, la science, l'univers et la cité

De l'Office des brevets à la relativité générale

Albert Einstein naquit à Ulm en 1879, dans une famille d'origine israélite, non pratiquante et humaniste, ouverte aux arts comme aux sciences et à la technique. Il tint sans doute de sa mère sa sensibilité artistique et de son père et de son oncle maternel son intérêt précoce pour les questions scientifiques. Son père dirigeait une usine d'électrochimie et la famille se déplaça à sa suite à Munich, puis en Italie. Il fit ses études à l'École polytechnique fédérale de Zurich après une année préparatoire à l'école cantonale d'Aarau, où il reçut l'influence du linguiste Jost Winteler qui en était le directeur et chez qui il était hébergé, et dont sa sœur plus jeune, Maja, épousa le fils.

Malgré son goût pour la recherche, il ne trouva un emploi, en 1902, qu'au service des inventions techniques de l'Office fédéral des brevets de Berne, où il put mettre en œuvre son sens de l'expérimentation et des applications pratiques des théories physiques. En 1903, il épousa Mileva Marič, qui avait été sa condisciple à Zurich et dont il eut une fille, Lieserl, en 1902, qui fut confiée aux parents de Mileva et dont la trace a été perdue. Il eut encore deux fils, Hans Albert (en 1904) et Edward (en 1910). Il se préoccupa de leur éducation, même après son divorce et son remariage avec sa cousine Elsa en 1919.

Albert Einstein

Photographie : Albert Einstein

Photographie

Einstein en 1902, à l'époque où il était ingénieur au Bureau des inventions techniques de Berne (photo colorée ultérieurement). 

Crédits : AKG

Afficher

Malgré son travail à l'Office des brevets, Einstein put poursuivre à titre personnel les recherches en physique théorique qui le préoccupaient dès ses années d'étudiant. L'année 1905, son « année d'or », vit la publication de ses articles fondamentaux sur le mouvement moléculaire, sur le rayonnement et sur l'électrodynamique des corps en mouvement, qui fondent respectivement la physique atomique sur la réalité des atomes, la théorie quantique par la quantification de l'énergie et la théorie de la relativité restreinte. Ses recherches ultérieures dans ces différentes directions aboutirent, en 1915, à la formulation de la théorie de la relativité gé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Théorie de la relativité

Théorie de la relativité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Albert Einstein

Albert Einstein
Crédits : AKG

photographie

Albert Einstein

Albert Einstein
Crédits : Encyclopedia Britannica

photographie

Sinclair Lewis, Frank Kellogg, Albert Einstein et Irving Langmuir

Sinclair Lewis, Frank Kellogg, Albert Einstein et Irving Langmuir
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  EINSTEIN ALBERT (1879-1955)  » est également traité dans :

EINSTEIN ET LA RELATIVITÉ GÉNÉRALE, LES CHEMINS DE L'ESPACE-TEMPS (J. Eisenstaedt)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 957 mots

Si les principes et les conséquences de la théorie de la relativité restreinte ont été souvent, et parfois de façon excellente, vulgarisés, la complexité mathématique de la théorie d'Einstein de la gravitation – appelée relativité générale – est telle qu'elle n'est appréciée que d'un petit nombre de scientifiques. Pourtant, comme l'affirme Jean Eisenstaedt, la relativité n'est certainement pas la […] Lire la suite

THÉORIE DE LA RELATIVITÉ, en bref

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 176 mots
  •  • 1 média

Albert Einstein propose, en 1905, la théorie de la relativité restreinte comme un nouveau cadre pour décrire de façon cohérente les phénomènes physiques mettant en jeu des vitesses proches de celle de la lumière. En imposant l'universalité de la vitesse de la lumière, la relativité restreinte mène à une descrip […] Lire la suite

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atome et lumière »  : […] En physique classique, l' émission de rayonnement par un système de particules chargées dépend de l'accélération de ces particules (théorie de Lorenz de l'électron classique). En mécanique quantique, cette image est remplacée par celle de la transition du système d'un état quantique à un autre d'énergie plus petite ; cette image décrit correctement les phénomènes observés. Le premier traitement q […] Lire la suite

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle de Bohr »  : […] En 1913, Bohr développa une théorie très ingénieuse des atomes qui associait la mécanique classique et les idées de quantification. Un système atomique ne peut exister qu'à certaines valeurs discrètes de l'énergie, appelées niveaux d'énergie et notés E 1 , E 2 ,... , E i ,... Ces énergies sont déterminées en modifiant la mécanique classique par des conditions de quantification : seules les énerg […] Lire la suite

BIG BANG

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 2 529 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La cosmologie relativiste »  : […] Dès les premières décennies du xx e  siècle, la cosmologie se place d'emblée sous le signe de la relativité générale. Tous les cosmologistes sont déjà d'accord (ce qui est toujours le cas aujourd'hui) pour déclarer qu'un modèle cosmologique, qui représente notre Univers, doit être construit dans le cadre de cette théorie fondamentale et révolutionnaire, énoncée par Albert Einstein en 1915. Ce fu […] Lire la suite

BOSE-EINSTEIN CONDENSATION DE

  • Écrit par 
  • Elisabeth GIACOBINO
  •  • 2 756 mots

La condensation de Bose-Einstein, prévue par Albert Einstein et le physicien indien Satyendranath Bose dès 1924, a constitué pendant bien des années un des objectifs majeurs des physiciens du monde entier. En refroidissant un nuage d'atomes à une température proche du zéro absolu (quelques dixièmes de millionième de kelvin), deux équipes de chercheurs américains, Eric Cornell et ses collaborateur […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Idéalisme ou réalisme »  : […] Le principe de causalité peut être envisagé de deux points de vue radicalement différents : ou bien on suppose que notre raison saisit la réalité et le mot « causalité » désigne un ensemble de relations d'ordre entre les choses elles-mêmes, touchant leur permanence, leur succession et leurs interactions ; ou bien l'idée de causalité ne dénote pas une propriété des choses elles-mêmes, mais seulemen […] Lire la suite

CHAMPS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 478 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champs bosoniques et champs fermioniques »  : […] Le photon est l'exemple type de champ quantique appelé boson , du nom du physicien indien Satyendranath Bose (1894-1974), co-découvreur avec Albert Einstein des lois décrivant le comportement statistique d'ensemble de champs quantiques de moment angulaire intrinsèque multiple de h /2π. L'électron est quant à lui un fermion , car les ensembles de particule de moment angulaire intrinsèque multiple […] Lire la suite

ÉCLIPSE SOLAIRE DU 29 MAI 1919

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 1 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse de la relativité générale »  : […] La relativité restreinte, publiée en 1905 par Albert Einstein, généralise le principe selon lequel tout mouvement uniforme et rectiligne n’est pas absolu, mais relatif au système depuis lequel il est observé (référentiel). Pour conserver cette relativité du mouvement, le prix à payer est la disparition d’un temps également absolu et la conception nécessaire d’un espace-temps à quatre dimensions – […] Lire la suite

EDDINGTON ARTHUR STANLEY (1882-1944)

  • Écrit par 
  • Jacques MERLEAU-PONTY
  •  • 2 816 mots

Dans le chapitre « Les théories relativistes »  : […] Mais ces découvertes ne sont pas seules à contribuer à la célébrité d'Eddington ; il est aussi devenu l'un des plus notables parmi les théoriciens de la relativité, encore peu nombreux à l'époque. Tenu au courant dès 1916, par l'astronome hollandais Willem de Sitter, des plus récents mémoires d' Einstein, Eddington en mesure aussitôt la portée et il devient en quelques mois un défenseur et un prom […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel PATY, « EINSTEIN ALBERT - (1879-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-einstein/