ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formation d'un art poétique sanskrit

Si les plus anciennes œuvres littéraires que nous connaissons semblent bien attester une connaissance consciente de la structure de nombreuses figures, et supposer l'ébauche d'un art poétique, ce n'est qu'après la pleine floraison de la poésie raffinée que l'on voit s'imposer des ouvrages de poétique, soit vers le viie siècle de l'ère chrétienne. Les premiers auteurs que nous connaissions sont Bhāmaha, Dandin, Vāmana, Udbhaṭa, Rudraṭa, du viie au ixe siècle. Leurs traités portent principalement sur les figures, mais contiennent aussi de nombreux conseils aux poètes, attirant leur attention sur des points de logique ou de grammaire. Quelques notions générales sont dégagées, entre autres la vakrokti (« énonciation courbe ») où l'on voit l'ornement poétique par excellence, le mode indirect d'expression qui est « la vie » de la poésie.

Avec Ānandavardhana et son Dhvanyāloka (ixe siècle), la poétique fait un grand pas, à l'apparition de l'idée maîtresse qu'est le dhvani, la suggestion poétique. Vers la même époque, une première synthèse, qui coordonne les analyses particulières des anciens et les nouvelles notions générales, est due à Mammaṭa. Dès lors, la production devient très abondante, et une école très florissante se forme au Cachemire (xe-xie siècle), sous l'inspiration du grand docteur shivaïte Ābhinavagupta. La théorie du dhvani est longuement commentée, renforcée ou discutée. Les noms les plus marquants sont ceux de Bhaṭṭanāyaka, Bhaṭṭendurāja, Kuntaka, Ruyyaka, Mahimabhaṭṭa, Jayaratha, etc. Au xie siècle aussi, mais dans une autre région, dans l'Inde centrale, est faite une autre synthèse magistrale et très originale, le Śṛṅgāraprakāśa attribué au roi Bhoja de Dhārā.

Par la suite, du xiie siècle jusqu'à nos jours, on trouve surtout des manuels, des compilations et des commentaires, production riche, mais qui, au premier abord, ne semble pas apporter de nouveaux enseignements d'importance. Cependant, cette stagnation n'est peut-être qu'apparente, car, si l'on voit réapparaître sans cesse les mêmes notions et la même ordonnance générale des matières, l'on note aussi un progrès considérable dans l'analyse du détail, dans la précision des définitions, des classifications, dans la disquisition des concepts, et une application infatigable de l'intelligence à parfaire la présentation logique.

Si l'histoire de la théorie du dhvani s'arrête à peu de choses près avec Abhinavagupta et Mahimabhaṭṭa, celle des figures de style (c'est-à-dire de l'analyse de leur structure logique, de leurs différences, du charme qu'elles engendrent) s'est poursuivie toujours vivante pendant toute cette période. Les étapes les plus marquantes sont les ouvrages de Hemacandra (xiie), Vāgbhaṭa (xiiie), Vidyānātha et Kumārasvāmin (xive), Appayya Dīkṣita (xvie), Rājacūḍāmaṇi Dīkṣita et Jagannātha (xviie), Nāgojībhaṭṭa (xviiie), Kṛṣṇabrahmatantra Parakālasvāmin, auteur d'un Alaṃkāramaṇihāra (xixe), etc.

Enfin la poétique prit une nouvelle forme, sous l'impulsion religieuse du mouvement de la bhakti, sa psychologie amoureuse (la théorie du rasa), par exemple, étant transposée du monde profane sur le plan spirituel, à l'usage des bhakta, mystiques poètes qui faisaient dialoguer l'âme avec la divinité à la façon des amants de ce monde. Le développement le plus remarquable de cette nouvelle direction eut lieu dans l'école de Caitanya, avec notamment l'Ujjvalanīlamaṇi de Rūpagosvāmin.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALAMKARA-SASTRA  » est également traité dans :

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les littératures d'enseignement »  : […] Tout ce que l'esprit humain a pu concevoir a eu son expression en sanskrit. Il n'est pas possible d'énumérer exhaustivement les diverses disciplines, les divers domaines, les divers genres littéraires sanskrits. On peut distinguer ce qui est technique et didactique et ce qui est belles-lettres pures. Le premier groupe est appelé génériquement śāstra (« enseignement »). Les trois principaux śāstr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Sylvain FILLIOZAT, « ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alamkara-sastra/