LESAGE ALAIN-RENÉ (1668-1747)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un écrivain de métier

La volonté de vivre honorablement de sa plume situe Lesage parmi ses contemporains entre E. Lenoble, J. B. Mailly, folliculaires gagés qui écrivaient indifféremment d'amour, de politique ou de religion, et Crébillon père, F. Gâcon, A. Danchet, poètes membres de diverses académies, qui pratiquaient les grands genres.

Né à Sarzeau (Morbihan) d'une famille de petits officiers royaux, il se fixe à Paris vers 1690 ; d'abord avocat, il devient secrétaire de l'abbé de Lyonne (fils de l'ancien ministre des Affaires étrangères), qui lui assure jusque vers 1721 une modeste pension de 600 livres par an. Marié en 1694, il a une fille et trois fils : deux, comédiens malgré leur père ; le plus jeune, chanoine, chez qui il meurt à Boulogne-sur-Mer.

Très parisien, lié au parti des Modernes, indépendant de tempérament mais protégé du pouvoir, isolé toutefois par une surdité précoce, il deviendra conformiste avec l'âge. Ses charges de famille, inhabituelles dans la république des lettres, ont pu contribuer à orienter sa carrière dans le sens de la prudence morale et de l'audace littéraire.

Il se cherche dans le roman puis dans le théâtre. Les Lettres galantes (1695), librement traduites du maniériste grec Aristénète, passèrent inaperçues. Le Théâtre espagnol (1700), qui contenait une pièce de Francisco de Rojas et une de Lope de Vega, eut le même sort. Les Nouvelles Aventures de l'admirable Don Quichotte de la Manche (1704) furent mieux accueillies : elles reprenaient la suite (publiée en 1614, sous le pseudonyme d'Avellaneda) de la première partie du roman de Cervantès. Lesage vantait la supériorité d'Avellaneda, plus soucieux de vraisemblance, mais imaginait de nouveaux épisodes d'après Cervantès.

Le goût de la fantaisie lui vaut des déboires dramatiques avec Le Point d'honneur (1702) de Rojas et Don César Ursin (1707) de Calderón. Crispin rival de son maître (1707) obtient un succès franc et d'excellent aloi, Turcaret (1709) fait une bonne saison : Lesage les a composés délibérément pour le Théâtre-Français dans le style traditionnel en renonçant à ses recherche [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur en sciences de l'information et de la communication à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  LESAGE ALAIN-RENÉ (1668-1747)  » est également traité dans :

HISTOIRE DE GIL BLAS DE SANTILLANE, Alain-René Lesage - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 030 mots

Pour les lecteurs contemporains, Lesage n'est pas, comme l'abbé Prévost avec Manon Lescaut ou Bernardin de Saint-Pierre avec Paul et Virginie, l'homme d'un seul livre, Gil Blas. Turcaret surtout, mais aussi Le Diable boiteux ont un public, des lecteurs. Mais l […] Lire la suite

TURCARET (A.-R. Lesage)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 834 mots

La seconde partie du xviie siècle et le début du xviiie siècle marquent un moment de crise des valeurs. Tout s'achète, tout se vend, et tout doit aller très vite dans un monde – le Paris de 1708 – où, avant tout, on échange des biens, où l'on joue et où l'on consomme frénétiquement. En montant le […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 11 625 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite

PICARESQUE ROMAN

  • Écrit par 
  • Maurice MOLHO
  •  • 2 139 mots

Dans le chapitre « Les pícaros hors d'Espagne »  : […] Les romans picaresques coururent l'Europe, et le ton s'en retrouve dans des œuvres telles que l' Histoire comique de Francion , de Charles Sorel (1623), ou le Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen (1668). Mais l'imitation la plus célèbre reste l' Histoire de Gil Blas (1715-1735) de Lesage, qui reprend des thèmes espagnols afin de construire le portrait d'un « Picarro » ( sic ) très différent […] Lire la suite

ROMAN - Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 922 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le droit de regard »  : […] Né dans la marge des lectures sérieuses ou rêveuses d'une époque, mais tout contre elles, le roman « picaresque » ne recevra son nom qu'après coup : il sera forgé au xix e  siècle sur l'espagnol pícaro , « aventurier, coquin ». Au xviii e siècle, Fielding hésite encore sur l'étiquette et hasarde, pour faire reconnaître ce bâtard, une formule hybride : «  a comic epic in prose  ». Pourtant, le pic […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger LAUFER, « LESAGE ALAIN-RENÉ - (1668-1747) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-rene-lesage/