BANCQUART ALAIN (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre lyrisme et symphonisme

Son tempérament lyrique – il puise souvent son inspiration dans la poésie, comme dans Les Cinq Dits de Jean-Claude Renard (1986-1987) ou dans Quand nasture se desnature, pour voix de femme, clavecin et violoncelle (2001), d’après un fragment des Tragiques d'Agrippa d'Aubigné – s'exprime avant tout dans la musique de chambre et dans les œuvres pour orchestre. Ses vastes compositions (Symphonie en trois mouvements, 1963, où il commence son travail d'appropriation de la grande forme ; Première Symphonie, 1979-1980 ; Deuxième Symphonie, 1981 ; Troisième Symphonie « Fragments d'Apocalypse », d'après l'Apocalypse de Jean, avec ténor, deux basses et deux chefs d'orchestre, 1983 ; Quatrième Symphonie, 1985 ; Cinquième Symphonie « Partage de midi », d'après la pièce de Claudel, avec un baryton, 1992 ; Sixième Symphonie, en souvenir de Louis Saguer, pour orchestre de flûtes, 2006 ; Septième Symphonie « Lecture des ténèbres », pour orchestre à cordes, 2009) en font, non seulement par ce corpus devenu peu commun, mais aussi par l'écriture polyphonique qu'il y développe, l'un des plus importants symphonistes d'aujourd'hui.

Bancquart est l'un des grands polyphonistes contemporains. Le souci de la superposition de deux propos équivalents s’affiche dans deux des six volets du Livre du Labyrinthe (1994-1999) : Prologue « empile » ainsi deux pièces, Portrait de Minotaure, avec Labyrinthe, pour viole d'amour et fagott, et Jeux de monstre, pour clarinette, viole d'amour et violoncelle, tandis que Labyrinthe/Miroir en « combine » cinq, à savoir Vol d'Icare, pour flûte et guitare électrique, Dédale, pour violoncelle et harpe, Minotaure, pour clarinette et cymbalum, Fil d'Ariane, pour deux percussions et Labyrinthe/Miroir, pour piano seul. Ce travail sur la polyphonie transparaît également dans Transparences, pour violon et violoncelle (2002), où Bancquart fait entendre simultanément deux œuvres antérieures (…Vous devenez une île heureuse [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification

Autres références

«  BANCQUART ALAIN (1934- )  » est également traité dans :

ULTRACHROMATISME

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 975 mots

Le Mexicain Julián Carrillo (1875-1965), le Tchèque Alois Hába (1893-1973) et le Français d'origine russe Ivan Wyschnegradsky (1893-1979) sont, dans les années 1920, les véritables défricheurs ainsi que les premiers théoriciens de la musique ultrachromatique, caractérisée par l'emploi des micro-intervalles. C'est à Wyschnegradsky que l'on doit le vocable ultrachromatisme, signifiant « au-delà du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « BANCQUART ALAIN (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-bancquart/