MUTANABBĪ AL- (915-965)

Du poète révolté au panégyriste de cour

Abū ṭ-Ṭayyib Aḥmad b. al-Ḥusayn al-Ǧu‘fī, dit al-Mutanabbī, ou l'« homme qui se prétend prophète », est né à Kūfa en 303/915, dans une famille très humble, originaire de l'Arabie du Sud. Le principal événement de sa jeunesse est la mise à sac de sa ville natale, en 312 puis en 316, par l'insurrection qarmate. Le qarmatisme, né dans les milieux alides de Kūfa vers la fin du iie siècle, est un mouvement sociopolitique dont l'idéologie marqua profondément le poète. D'une doctrine et d'une organisation complexes, on retiendra la volonté d'assurer le bonheur et l'égalité des hommes, le refus d'une direction héréditaire de la communauté musulmane, l'invocation d'un monisme divin qui annule l'idée de pratique religieuse. Niant le caractère divin des cultes, considérant que les religions donnent naissance à des castes et perpétuent l'injustice sociale, l'entreprise des Qarmates est, en ce sens, proprement révolutionnaire.

Aussi al-Mutanabbī va-t-il se libérer de dogmes « qu'il considère comme des instruments spirituels d'oppression ». Après un court séjour à Baġdād, il gagne la Syrie, reçoit l'appui d'une tribu bédouine, les Bani Kalb et se lance dans l'action insurrectionnelle. Ses mobiles et ses buts ne sont d'ailleurs pas très clairs, et il faut manier avec précaution les données concernant son activité.

Après quelques succès, il est fait prisonnier à Ḥimṣ en 322/933, emprisonné durant deux ans, puis libéré après avoir fait amende honorable. Il n'a encore que vingt et un ans. Il va se consacrer dès lors au métier de poète et mener une carrière de panégyriste que son caractère abrupt et son orgueil démesuré rendront difficile. Il s'attache ainsi au gouverneur de la Damascène, l'émir Badr al-H̲aršānī, en 328 ; connaît sa plus grande gloire en devenant le poète officiel du prince des Ḥamdānides d'Alep, Sayf ad-Dawla, jusqu'en 346/957 ; séjourne en Égypte sans se faire à la protection du régent iẖšidite Kāfūr ; revient à Bagdad en 350, mais subit l'hostilité des milieux littéraires de la cour ; se rend enfin en 354/965 chez le sultan des Buyides ‘Adūd ad-Dawla, et c'est en revenant de Širāz qu'il se heurte à un parti de Bédouins et trouve la mort avec son fils en ce dernier combat de son existence.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  MUTANABBI AL- (915-965)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le modèle oriental »  : […] car l'influence orientale redevint prépondérante, et le modèle universellement suivi fut al-Mutanabbī, dont le succès permanent est attesté par les commentaires de son Dīwān qu'ont élaborés des érudits andalous. Al-Mu‘tamid connaissait parfaitement l'œuvre du chantre de Say al-dawla, ce qui lui attira une fois cette magnifique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_14669

Voir aussi

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « MUTANABBĪ AL- - (915-965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-mutanabbi/