AKUTAGAWA RYŪNOSUKE (1892-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art du conteur

Écrit en septembre 1915, Rashōmon n'est qu'une nouvelle d'une dizaine de pages. Mais, dès les premières lignes, un maître de la langue s'y révèle en pleine possession de ses moyens. Il évoque un siècle lointain, rempli de guerres et de calamités : il lui suffit d'un décor, la porte Rashōmon, jadis un des lieux les plus animés de la capitale, maintenant délabrée sous la pluie, et d'un personnage anonyme. Il retient à peine quelques détails – une pustule sur un visage, un insecte immobile sur le bois rouge – mais si aigus qu'ils blessent l'imagination. L'artiste voit et fixe la laideur. Et, dans ce paysage désolé, il montre les mouvements déréglés du cœur, oscillant entre le désespoir, la pitié et la violence.

Il compose Le Nez en janvier 1916. Si l'histoire se situe, de même, dans un passé lointain, le ton est tout autre. Un moine qui souffre d'un nez si long qu'il lui pend sur le menton, tente par mille moyens de s'en débarrasser, y parvient un moment et, en fin de compte, échoue. Le conteur narre ses déboires en des phrases alertes, où la désinvolture cache presque tout à fait l'amertume, et une curieuse drôlerie naît de ce mélange d'ironie et de fantastique. À quelques mois d'intervalle, Akutagawa manifestait la diversité de son talent. De ces multiples possibilités, il devait user avec une égale virtuosité. Il invente des fantasmagories, met en scène le diable d'Occident dans Le Diable et le Tabac (Akuma to tabako), démasque des personnages célèbres, s'attaque à la morale reçue. Ailleurs, il fait revivre en un récit haletant des êtres rejetés par la société. Les Brigands (Chūtō, 1917), ou « l'âme damnée » d'un peintre qui, pour accomplir son œuvre, réduit sa fille à périr par le feu (Figures infernales, Jigoku-Hen, 1918).

Possédé par la passion de son métier, l'auteur tente sans cesse d'autres expériences. Il utilise les textes classiques, qu'il amalgame et découpe à sa guise : le Konjaku-monogatari, le célèbre recueil de contes de la fin du xie siècle, pour Rashōmon, le Konjaku encore et l'Uji-shūi-monogat [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer l’article

Jean-Jacques ORIGAS, « AKUTAGAWA RYŪNOSUKE (1892-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/akutagawa/