AKITU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Prêtre en prière devant les symboles des dieux Marduk et Nabu

Prêtre en prière devant les symboles des dieux Marduk et Nabu
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Porte d'Ishtar, Babylone

Porte d'Ishtar, Babylone
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Mot qui désigne, dans la civilisation assyro-babylonienne, à la fois une des plus importantes fêtes du calendrier liturgique et civil et, en même temps, le temple où une part essentielle du rituel se déroulait. Peu de textes nous en transmettent le récit ; encore sont-ils lacuneux et souvent, volontairement ou non, obscurs. Il n'est pas sûr, d'autre part, que ces documents reflètent la réalité ; ils peuvent n'être que les produits de l'imagination de certains prêtres, rédigés pour une part à l'époque hellénistique, quand la fête était déjà disparue (S. A. Pallis, The Babylonian Akitu Festival, Copenhague, 1926 ; La Fête babylonnienne de l'akitu).

L'akitu était à l'origine, manifestement, une fête saisonnière de la fertilité et du renouveau ; elle est devenue, on ne sait par quel processus, le point cardinal de la religion assyro-babylonienne. L'étymologie du mot étant inconnue, elle n'est d'aucun secours, même s'il est sûr qu'il est passé de Sumer, au milieu du ~ IIIe millénaire, au monde babylonien. L'akitu est attestée dès la seconde moitié du ~ IIe millénaire en Assyrie. L'interruption de l'akitu pour cause de malheurs publics est toujours notée dans les chroniques, tant un tel empêchement choquait les esprits. Elle disparaîtra pourtant à l'époque perse, après les répressions brutales antibabyloniennes de Darius et de Xerxès.

C'est fondamentalement la fête du début de l'an, célébrée, autant qu'on puisse le savoir, au ~ Ier millénaire dans toutes les villes importantes de Mésopotamie : sa date variait donc selon les lieux ; elle finit par se fixer au 1er nisan (environ le 15 mars de notre calendrier), mais elle put être aussi fêtée le 1er tišri (environ le 15 septembre) ; certaines cités la célébraient même de six mois en six mois.

Par la combinaison des rituels de Babylone et d'Uruk, on peut en donner la chronologie suivante : le 1er nisan, le dieu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (section des sciences religieuses) Paris

Classification


Autres références

«  AKITU  » est également traité dans :

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 258 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le culte »  : […] La vie quotidienne des dieux était ordonnée à l'image de celle des rois ; on offrait à la divinité quatre repas par jour : le grand et le petit repas du matin, le grand et le petit repas du soir ; chacun d'eux se composait de boissons fermentées, de pains, de fruits et de viande ; ils n'étaient pas purement symboliques ; le menu journalier des quatre grandes divinités d' Uruk exigeait 243 pains fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-assyro-babylonienne/#i_13601

Pour citer l’article

Daniel ARNAUD, « AKITU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/akitu/