AKHENATON ou AMÉNOPHIS IV (XIVe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fondation d'une nouvelle cité

Bientôt, il abandonne Thèbes et, avec l'assentiment du roi son père, fonde à 375 kilomètres au nord du domaine d'Amon une cité nouvelle, qui se développe rapidement. Il y vit désormais en compagnie de son épouse, de ses courtisans, de ses hauts fonctionnaires et des six filles que Nofretiti a mises au monde. Ce sont Méritaton (qui épousera Smenkhkérê), Maketaton (qui mourra peu après l'an 12 du règne), puis Ankhsenpaaton (future épouse du prince Toutankhaton – plus tard Toutankhamon). C'est peu après la naissance de cette princesse, en l'an 6 du règne, qu'Aménophis IV devient Akhenaton. Ensuite naît Nofrenoferouaton-tachéry. Autour de l'an 9, une cinquième princesse viendra au monde, c'est Nofrenoferourê. Enfin, vers l'an 10 du règne, naîtra la dernière fille du couple amarnien, c'est Setepenrê.

La correspondance diplomatique trouvée à Tell el-Amarna montre à quel point les vassaux asiatiques et asianiques de pharaon s'étaient libérés des servitudes respectées depuis les conquêtes du grand Thoutmosis III. Révoltes, intrigues, alliances avec les ennemis de l'Empire ont raison des derniers vassaux fidèles de l'Égypte : les tributs ne sont plus versés. Mais le palais ne réagit pas et l'on peut soupçonner que le ministre des Affaires étrangères de pharaon complote peut-être avec le clergé thébain et le général Horemheb, qui prépare la chute de la famille hérétique.

Le roi continue a faire ériger des fondations pieuses au globe Aton dans le temple de Karnak, sans doute jusqu'en l'an 12 de son règne. Après cette date, de grands bouleversements semblent avoir secoué le palais. On constate en Amarna que le couple royal ne réside plus dans les palais du centre de la ville. En revanche, Nofretiti, accompagnée de Ti et du divin père Ay, de ses quatre dernières filles et d'un petit prince, Toutankhaton, habite au nord de la cité hérétique. Quant au roi, il a choisi comme corégent Smenkhkérê, peut-être son frère cadet, et a même été jusqu'à lui attribuer un des prénoms de la reine ! Il semblerait que, dès ce [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Aménophis IV-Akhenaton

Aménophis IV-Akhenaton
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Aménophis IV-Akhenaton, tête sculptée

Aménophis IV-Akhenaton, tête sculptée
Crédits : AKG

photographie

Néfertiti, Égypte

Néfertiti, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le pharaon Aménophis IV-Akhenaton

Le pharaon Aménophis IV-Akhenaton
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  AKHENATON ou AMÉNOPHIS IV ( XIV e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

AMÉNOPHIS IV-AKHENATON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 213 mots

Vers — 1352 Aménophis IV, fils d'Aménophis III et de la reine Tiy, succède à son père sur le trône d'Égypte. Il poursuit la politique architecturale de son père tant à Karnak qu'à Soleb, en Nubie.Vers — 1350 Premières traces du culte d'Aton à Karnak.Vers — 1349 Aménophis IV épouse la […] Lire la suite

HÉRÉSIE AMARNIENNE

  • Écrit par 
  • Renaud DE SPENS
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Très tôt après son avènement, Aménophis IV change son nom en Akhenaton et met en œuvre une révolution religieuse. En Moyenne-Égypte, dans un lieu vierge, il fonde une nouvelle capitale, Akhetaton (aujourd'hui Tell el-Amarna). Le nouveau culte exalte Aton, le disque solaire, et exclut les autres dieux, en particulier Amon, le […] Lire la suite

AMARNA TELL EL-

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre ZIVIE
  •  • 2 305 mots
  •  • 8 médias

Sous le nom d'Amarna ou Tell el-Amarna, on désigne le site de Moyenne Égypte où le pharaon de la XVIII e  dynastie ( xiv e  s. av. J.-C.) Aménophis IV-Akhénaton choisit d'édifier sa nouvelle capitale pour prendre ses distances avec Thèbes et pour fournir un cadre approprié au culte, plus ou moins exclusif, du dieu solaire Aton qu'il tenta d'imposer au pays. Par extension le terme «  amarnien » peu […] Lire la suite

AMARNIEN STYLE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 473 mots
  •  • 4 médias

Après l'épanouissement de l'art égyptien le plus classique sous Aménophis III, l'Égypte connaît soudain, vers ~ 1370, une révolution en tous domaines . Le fils d'Aménophis III, le pharaon hérétique Aménophis IV, prend le nom d'Akhénaton (Celui-qui-est-agréable-à-Aton) . Rompant avec le clergé thébain d'Amon, il crée en moyenne Égypte une nouvelle capitale, Akhétaton (L'Horizon d'Aton), sur les rui […] Lire la suite

ATON

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  • , Universalis
  •  • 838 mots
  •  • 3 médias

Aton est représenté par un disque rayonnant, muni d’un uræus (un cobra en fureur). Chacun de ses rayons, comme un symbole du don, se termine par une main tenant souvent le signe ankh (vie) ou le signe ouas (force). Dans la théologie amarnienne, le disque solaire Aton engendre toute existence. Il est à l'origine de la force vitale qui anime les choses et les êtres. Il était vénéré dans des sanct […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 245 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Extension et organisation de l'Empire »  : […] L'histoire de la XVIII e dynastie, durant deux siècles, n'est que celle d'une série de triomphes, aboutissant à l'apogée de la puissance et de la civilisation égyptiennes . Thoutmosis I er , après plusieurs campagnes en Asie, franchit l'Euphrate, sans doute non loin de Karkémich (l'actuelle Djerablous) et dresse une stèle. La mort de Thoutmosis II et le règne d'une femme, Hatshepsout, sans inte […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 499 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les textes religieux »  : […] Les premières grandes œuvres littéraires égyptiennes furent composées dans une intention essentiellement magico-religieuse. Tel est le cas des Textes des pyramides , amalgame d'incantations liturgiques et de formules funéraires, gravées en longues colonnes d'hiéroglyphes très soignés dans les chambres sépulcrales et les couloirs des pyramides des pharaons de la fin de la V e et de la VI e  dynast […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 439 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Le portrait royal »  : […] Les statues des rois de l'époque thinite et de l'Ancien Empire, qui proviennent pour la plupart des complexes funéraires pharaoniques, représentent les souverains dans l'acmé de leur existence : les corps, peu individualisés, sont robustes, les visages, plus nettement personnalisés, affichent une autorité souveraine. Les innovations concernent moins le style que les attitudes. Le premier exemple d […] Lire la suite

FONDATION D'AMARNA PAR AMÉNOPHIS IV-AKHENATON

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Commencé à Thèbes, le règne d'Aménophis IV se poursuit et s'achève à Amarna. Défi à la puissance du clergé d'Amon, la politique religieuse du souverain, consistant à faire du disque Aton le dieu exclusif de la royauté, nécessite la construction en Moyenne Égypte d'une nouvelle capitale « qui n'appartient à aucun dieu ni à aucune déesse ». Délimité par onze stèles, le site englobe des terres culti […] Lire la suite

MONOTHÉISME

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 3 567 mots

Dans le chapitre « Le temps de l'Exil »  : […] C'est en plein exil, alors que le peuple d'Israël est vaincu et soumis aux prestiges de l'idolâtrie et du polythéisme, qu'éclatent les affirmations les plus explicites du monothéisme absolu. Le Deutéro-Isaïe sera le témoin lyrique de ce qu'on peut appeler un « monothéisme spéculatif ». « Il n'y a pas d'autres dieux que moi et nul autre en dehors de moi, Dieu juste et sauveur » (Is., xlv , 21) . «  […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 981 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Pluralité des systèmes théologiques »  : […] Le temple du dieu principal d'une ville et de son terroir (nome) pouvait aussi posséder des domaines dans d'autres régions du pays, où l'on adorait alors des formes mineures de ce dieu. En fait, la frontière entre dieux locaux et dieux cosmiques a toujours été floue. Par exemple, Rê fut d'abord un dieu local avant de connaître une popularité nationale liée au système théologique élaboré par les pr […] Lire la suite

NÉFERTITI ou NOFRETITI, reine d'Égypte (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joyce TYLDESLEY
  • , Universalis
  •  • 946 mots
  •  • 1 média

Reine d'Égypte, épouse du roi Akhenaton (r. vers 1352-1336 av. J.-C.). On ignore la généalogie de Néfertiti. Son nom, parfois mentionné sous la forme Neferneferuaten, signifiant « la Belle est venue », a fait penser aux premiers égyptologues qu'elle était peut-être une princesse mitannienne. De nombreux détails suggèrent cependant qu'elle serait la fille, née en Égypte, du chef de la cavalerie d' […] Lire la suite

PORTRAIT

  • Écrit par 
  • Galienne FRANCASTEL
  •  • 6 167 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La fonction religieuse du portrait »  : […] Dans la civilisation de Sumer, des statues en pierre étaient placées dans les temples des dieux. Elles entouraient le maître du lieu, également sculpté en pierre, matériau noble par excellence, parce que rare et coûteux en ces régions. Leur fonction était d'entretenir, par leur présence permanente au sanctuaire, un service d'adoration incessant, faute duquel les rapports entre le monde des humain […] Lire la suite

TOUTÂNKHAMON (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Véronique BARRIEL
  •  • 2 447 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La découverte de l'hypogée »  : […] Tout le monde connaît la découverte exceptionnelle du Britannique Howard Carter (1874-1939) , le 29 novembre 1922 , lorsqu'il pénètre dans la tombe inviolée d'un des derniers pharaons de la XVIII e  dynastie (Nouvel Empire, 1550-1085 av. J.-C.) : Toutânkhamon (1334-1324 av. J.-C.). Aristocrate britannique passionné d'égyptologie, lord Carnarvon (1866-1923), qui finance la mission, confie à Howard […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christiane DESROCHES-NOBLECOURT, « AKHENATON ou AMÉNOPHIS IV (XIVe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/akhenaton-amenophis-iv/