AISTHESIS (J. Rancière)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La valeur d'utopie

Le prix d'Aisthesis, en effet, est aussi de ne pas se réduire à un bréviaire d'esthétique, en intégrant une réflexion chère à l'auteur, et cela dès ses Courts Voyages au pays du peuple (1990). Remarquables à ce titre sont les deux chapitres écrits l'un à partir d'un extrait de l'Esthétique de Hegel, l'autre du Rouge et le noir. On y voit que les petits mendiants peints par Murillo tout comme la jouissance paradoxale de Julien Sorel dans sa prison y sont interprétés comme l'indice de l'accès à une liberté nouvelle, à un bonheur qui semblait jusqu'alors réservé aux puissants : « Ce bonheur se résume en une formule simple : jouir de cette qualité de l'expérience sensible que l'on atteint dès qu'on cesse de calculer, de vouloir et d'attendre, dès qu'on se résout à ne rien faire. » Comme si, à travers l'appropriation de l'otium, de ce temps pour rien qui semblait par excellence l'apanage du maître, l'œuvre d'art, productrice d'utopie, anticipait sur un autre état des choses, lui-même d'ordre politique. Et c'est très justement que Jacques Rancière rattache la découverte de ce bonheur détaché aussi bien de l'affairement du travail que des soucis de l'intrigue aux rêveries de Rousseau, étendu dans sa barque sur le lac de Bienne.

Ainsi, Aisthesis ne se contente pas de méditer sur les métamorphoses qui, de l'« invention » du musée au débat sur le kitsch, de la danse telle que la recrée Loïe Fuller à Charlie Chaplin et au ciné-œil de Dziga Vertov, ont repoussé les limites du champ artistique et l'ont en quelque sorte réinventé. Il montre aussi comment ces extensions ont eu pour effet de remettre radicalement en question – et l'on retrouve ici la leçon d'Auerbach – la hiérarchie qui existait entre grand art et art populaire, jusqu'à les fondre dans un tout autre mode d'expression. Au terme de ce parcours, on ne trouve plus l'istoria, le grand discours dont la cohérence ordonnait la progression dr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gilles QUINSAT, « AISTHESIS (J. Rancière) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aisthesis/