AIMANTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Louis Néel

Louis Néel
Crédits : Hulton Getty

photographie

Lignes de champ magnétique

Lignes de champ magnétique
Crédits : J. R. Eyerman/ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

photographie

Matériau ferromagnétique

Matériau ferromagnétique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hystérésis

Hystérésis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


Matériaux à aimants permanents

Parmi les différentes méthodes de classement que l'on peut adopter pour exposer les propriétés des nombreux matériaux à aimants permanents, la plus naturelle est de former des groupes basés sur l'origine de l'hystérésis magnétique et sur la valeur du champ coercitif d'induction. Le classement ainsi établi correspond à des modes de préparation et à des propriétés physiques et mécaniques assez bien caractérisés. On distinguera alors :

– les aciers à durcissement par trempe ;

– les alliages à durcissement par précipitation ;

– les alliages à durcissement par diffusion ;

– les alliages à durcissement par réaction désordre-ordre ;

– les aimants à base de poudres.

Les aciers à durcissement par trempe

Si la « pierre d'aimant », une variété de la magnétite Fe3O4, est un aimant naturel connu depuis la plus haute antiquité, les aimants artificiels les plus anciens sont les aciers au carbone trempés. Au cours de la trempe, l'austénite est transformée en martensite et cette structure, à cause de la distribution irrégulière des atomes de carbone dans les interstices du réseau, présente un état de tension et un fort degré d'hétérogénéité conférant le champ coercitif.

Les propriétés magnétiques des aciers sont fortement accrues par addition de tungstène (jusqu'à 6 p. 100), de chrome (jusqu'à 6 p. 100), de cobalt (jusqu'à 40 p. 100). Elles restent cependant limitées : B< 1 tesla, H< 19 900 A ( m-1, (BH)max < 7 957 T ( A ( m-1.

Systèmes international et électropratique

Systèmes international et électropratique

Tableau

Le système international d'unités est le seul légal et obligatoire. Cependant l'usage dans l'industrie est d'utiliser les unités plus «parlantes» du système électropratique. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ces matériaux ont été les seuls qui aient existé pendant plus d'un siècle. Ils sont complètement abandonnés de nos jours à cause, d'une part, de leurs performances magnétiques faibles et, d'autre part, de leur instabilité : ils ne supportent pas les élévations de température et, même à température ambiante, ils se désaimantent au cours du temps par suite de la lente décomposition de la martensite.

Les alliages à durcissement par précipitation

En 1931-1932, Seljesatek, Rogers [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

  • : ingénieur, chef de département à la Société d'études et de recherches magnétiques

Classification


Autres références

«  AIMANTS  » est également traité dans :

BISMUTH

  • Écrit par 
  • Anne-Marie TRISTANT
  •  • 2 944 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les alliages »  : […] Le bismuth sert à préparer un certain nombre d'alliages, souvent eutectiques, qui peuvent être classés selon leurs emplois. Alliages à bas point de fusion  : ils sont surtout utilisés comme fusibles de sécurité dans les obus de gaz liquéfiés ou comprimés (chlore, ammoniac) pour éviter leur explosion en cas de surchauffe accidentelle ou dans la lutte contre l'incendie pour ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bismuth/#i_2709

COBALT

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL
  •  • 2 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Alliages »  : […] Les alliages de cobalt sont extrêmement nombreux et complexes, ce qui rend impossible l'établissement d'une classification pratique d'après leur composition. On les distingue en gros d'après leur emploi. Les superalliages sont des alliages réfractaires spéciaux destinés aux turbines à gaz et aux turboréacteurs. Non forgeables, ils sont le plus souvent moulés (Refractaloy, Udimet). Certains aci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cobalt/#i_2709

ÉLECTRICITÉ - Lois et applications

  • Écrit par 
  • Jean-Marie DONNINI, 
  • Lucien QUARANTA
  •  • 4 779 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les lois fondamentales »  : […] Si une charge est au repos, elle crée dans l'espace la perturbation vectorielle champ électrostatique  E , mais si elle est animée d'une vitesse constante, elle crée une perturbation supplémentaire : le vecteur champ magnétique  B . Ainsi, un conducteur parcouru par un courant, produit un champ magnétique dû au mouvement des porteurs de charges, mais le champ électrique est nul puisque le conducte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-lois-et-applications/#i_2709

EXPÉRIENCE D'OERSTED

  • Écrit par 
  • Cyril VERDET
  •  • 1 039 mots

Le chimiste et physicien danois Hans Christian Œrsted (1777-1851) publie, le 21 juillet 1820, le compte rendu de ses observations portant sur la déviation d’une aiguille aimantée sous l’action d’un fil électrique parcouru par un courant et placé à proximité. C’est à partir de cette expérience établissant un lien entre magnétisme et électricité que le Français André-Marie Ampère (1775-1836) dévelo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience-d-oersted/#i_2709

FULDE-FERRELL-LARKIN-OVCHINNIKOV PHASE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 656 mots

L’état FFLO (initiales des physiciens Peter Fulde, Richard Ferrell, Anatoly Larkin et Yuri Ovchinnikov, qui ont prédit son existence en 1964) est un état supraconducteur qui résiste à la présence d’un champ magnétique élevé. Sa mise en évidence, plus de cent ans après que l’équipe du physicien néerlandais Heike Kamerlingh Onnes a mesuré la disparition de la résistance électrique d’un échantillon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phase-fulde-ferrell-larkin-ovchinnikov/#i_2709

GRENATS

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD, 
  • Ramanathan KRISHNAN
  •  • 4 299 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Quoique les grenats non magnétiques soient connus de l'homme depuis très longtemps, le premier grenat Y 3 Al 5 O 12 (YAG) – aussi non magnétique – a été synthétisé seulement en 1951 ; puis, en 1956, Bertaut et Forrat découvrirent le grenat magnétique Y 3 Fe 5 O 12 . Louis Néel expliqua le ferromagnétisme que l'on observe dans les divers grenats magnétiques. À peu près en même temps, Geller et se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grenats/#i_2709

INTERACTIONS (physique) - Électromagnétisme

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 4 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Magnétisme »  : […] Le magnétisme est connu depuis la haute Antiquité, à travers des aimants permanents naturels de taille macroscopique extraits de gisements. Charles de Coulomb (1736-1806), à l'aide de sa « balance de torsion », conclut à une parenté saisissante avec l'électrostatique : deux espèces de « charges magnétiques », opposées, interagissant par des forces inversement proportionnelles au carré de la dist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-electromagnetisme/#i_2709

LANTHANE ET LANTHANIDES

  • Écrit par 
  • Concepcion CASCALES, 
  • Patrick MAESTRO, 
  • Pierre-Charles PORCHER, 
  • Regino SAEZ PUCHE
  •  • 11 267 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Applications liées aux propriétés magnétiques »  : […] Si les matériaux à base de ferrite ou d'alliages Al-Ni-Co sont les plus connus, on a produit depuis les années 1960 des aimants permanents à base de terres rares, dont les propriétés magnétiques sont exceptionnelles, avec une température de Curie pouvant atteindre 700  0 C. L'optimisation des formulations chimiques, résultat direct de la recherche, a permis la mise au poin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanthane-et-lanthanides/#i_2709

L.H.C. (Large Hadron Collider)

  • Écrit par 
  • Lydia ROOS
  •  • 2 383 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Construction du LHC et premières données »  : […] La construction du LHC commence en 1998, deux ans avant l’arrêt du LEP (le 20 novembre 2000), et durera dix ans. Les travaux de recherche et développement ont quant à eux débuté dès 1990 et près de vingt ans seront nécessaires pour mettre au point tous les appareillages. Le système d’accélération des particules est constitué par un ensemble de seize cavités radiofréquence (enceintes métalliques a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/large-hadron-collider/#i_2709

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Matériaux durs pour aimants permanents »  : […] L 'élaboration d'aimants de haute qualité fait appel à des matériaux ferromagnétiques très spécifiques, qui se caractérisent par une aimantation rémanente aussi grande que possible, une température d'ordre magnétique T C très supérieure à la température maximale d'utilisation et un très fort champ coercitif (pour éviter la désaimantation). Les performances d'un aimant sont très étroitement liée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_2709

MAGNÉTISME (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 752 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aimants et électroaimants »  : […] On appelle aimant tout matériau capable d’attirer le fer en produisant un champ magnétique qui s’étend à l’extérieur de ses limites. On observe que tout aimant possède deux pôles qu’on appelle pôle nord et pôle sud, en référence aux pôles géographiques terrestres vers lesquels ils sont attirés. On ne connaît pas d’objet qui soit un monopôle magnétique ; si on divise en deux un aimant, chaque part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme-notions-de-base/#i_2709

MAGNÉTITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 152 mots
  •  • 1 média

Oxyde de fer, la magnétite (du grec magnès , aimant) doit son nom à sa principale caractéristique : c'est un aimant naturel. La forme de ses cristaux permet également de la distinguer aisément, ceux-ci se présentant généralement en octaèdres, en dodécaèdres ou en rhomboèdres parfaits, dérivant d'un habitus cubique sous lequel on rencontre rarement cette espèce minérale. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetite/#i_2709

MÉTAUX RARES

  • Écrit par 
  • Christian HOCQUARD
  •  • 6 416 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les contraintes du recyclage »  : […] Les filières de recyclage pour des métaux comme le plomb, le cuivre, le fer ou l'aluminium, qu'elles soient alimentées par des scraps neufs (déchets d'usinage) ou vieux (produits en fin de vie), sont bien établies, mais elles ne peuvent pas servir de modèles pour nombre de métaux rares. En effet, dans ce cas : – Seuls les scraps neufs sont disponibles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-rares/#i_2709

ŒRSTED ou ØRSTED HANS CHRISTIAN (1777-1851)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 325 mots

Physicien et chimiste danois, né à Rudkøbing et mort à Copenhague, auquel on doit la découverte de l'électromagnétisme. Après avoir achevé ses études de pharmacien à l'université de Copenhague (1797), Hans Christian Œrsted publie des essais d'esthétique et de médecine qui lui valent des distinctions honorifiques ; en 1799, il obtient un doctorat pour une thèse sur la philosophie de Kant. Après une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oersted-orsted/#i_2709

PÈLERIN DE MARICOURT PIERRE (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Patricia RADELET DE GRAVE
  •  • 1 468 mots
  •  • 1 média

Ayant vécu au xiii e  siècle, Pierre le Pèlerin de Maricourt, de son nom latin Petrus Perigrinus, est un savant connu pour avoir rédigé une lettre dans laquelle il décrit les principales propriétés de l'aimant. Il y donne, à partir du peu de connaissance de son époque et de ses propres expériences et observations, les premières explications scien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelerin-de-maricourt-pierre-xiiie-s/#i_2709

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 775 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Bobinages supraconducteurs »  : […] Les aimants supraconducteurs sont utilisés dans des domaines nécessitant de forts champs magnétiques dans des volumes parfois importants (stockage d'énergie, fusion thermonucléaire contrôlée, chambre à bulles). L'aimant qui entoure la chambre à bulles du Cern, à Genève, a un volume utile de 80 m 3 et un champ maximal de 3,5 T. Les câbles supraconducteurs utilisés ont une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_2709

VERRES DE SPIN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 120 mots

Les verres de spin sont des matériaux magnétiques désordonnés. On les obtient en incorporant au hasard dans une matrice non magnétique (cuivre, argent, or, etc.) des atomes porteurs de moment magnétique (fer, manganèse, cobalt, etc.) se comportant comme de minuscules aimants élémentaires. De ce type d'agencement résultent des interactions magnétiques désordonnées entre les atomes que mathématicien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verres-de-spin/#i_2709

Voir aussi

ACIER technologie    ALNI    ALNICO    MATÉRIAUX MAGNÉTIQUES    PLATINE    TREMPE technologie    VICALLOY

Pour citer l’article

Roger FONTAINE, « AIMANTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aimants/