AI WEIWEI (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un témoin du capitalisme chinois

Quand son père tombe malade en 1993, Ai Weiwei rentre à Pékin. Prenant conscience des tensions qui existent entre une Chine qui se modernise rapidement et son héritage culturel, il crée des œuvres qui transforment de manière irrémédiable des objets d'art chinois vieux de plusieurs siècles : il peint par exemple le logo de la firme Coca-Cola sur une urne de la dynastie Han (1994), ou casse des meubles des époques Ming et Qing pour les recomposer selon diverses configurations non fonctionnelles. Entre 1994 et 1997, Ai Weiwei collabore à trois ouvrages qui présentent l'art chinois d'avant-garde ; publiés en dehors des canaux officiels, ils deviennent emblématiques de la communauté artistique underground en Chine. Ai Weiwei se fait remarquer en 2000 lorsqu'il organise, en marge de la biennale de Shanghai, l'exposition Fuck off autour de photographies délibérément scandaleuses. Après avoir construit son propre studio de cinéma à la périphérie de Pékin en 1999, il se tourne vers l'architecture et ouvre son premier atelier à Caochangdi. Quatre ans plus tard, il fonde le cabinet Fake Design afin de mener à bien ses projets architecturaux, qui mettent l'accent sur la simplicité des volumes en utilisant des matériaux courants. En 2003, il participe avec les architectes suisses Herzog et de Meuron à la conception du stade olympique (surnommé le « nid d'oiseau ») à Pékin.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AI WEIWEI (1957- )  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Les magiciens de la terre »  : […] En 1989, au Musée national des beaux-arts de Pékin, l'exposition China/Avant-garde fédère toute cette effervescence. Dans la bonne humeur et le chahut, 185 artistes s'y trouvent réunis. On lance au sol de longs draps avec des slogans, on montre de la peinture traditionnelle et de la peinture abstraite. On accueille des installations et des performances. Au cours de l'une d'elle, signée Xiao Lu et […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Espagne. Attentats terroristes à Barcelone et Cambrils. 17-26 août 2017

démantelée. Le 26, une vaste manifestation contre le terrorisme organisée par le gouvernement catalan et la ville de Barcelone réunit des centaines de milliers de personnes dans la capitale catalane derrière le slogan « No tinc por » – « Je n’ai pas peur » –, en présence de Felipe VI et de l’ensemble des dirigeants nationaux et régionaux. […] Lire la suite

France. Polémique sur le voyage de Manuel Valls à Berlin. 6-11 juin 2015

rien d’anormal dans ce déplacement officiel », tout en déclarant : « Si c’était à refaire, je ne le referais pas : c’est pourquoi j’ai décidé d’assurer la prise en charge de mes deux enfants, soit 2 500 euros. » […] Lire la suite

France. Deuxième trimestre consécutif de stagnation économique. 14-19 août 2014

que le déficit public sera supérieur à 4 p. 100 en 2014, contre 3,8 p. 100 annoncé dans le programme de stabilité présenté à la Commission européenne. Le 19, dans un entretien au Monde, le président François Hollande affirme: « J'ai fixé un cap, c'est celui du „pacte de responsabilité […] Lire la suite

France. Révélations sur la vie privée du président François Hollande. 10-25 janvier 2014

du chef de l'État » et que, « partout, [sa] sécurité est assurée, et à tout moment ». Le 25, François Hollande informe l'Agence France-Presse: « J'ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler. » […] Lire la suite

France. Changement de président en Polynésie française. 7-11 février 2009

Le 7, le président autonomiste de la Polynésie française, Gaston Tong Sang, qui avait succédé à Gaston Flosse le 15 avril 2008, annonce sa « démission immédiate » à la suite de la motion de défiance déposée le 4 février par Oscar Temaru, président indépendantiste de l'Assemblée, Gaston Flosse, ancien président autonomiste, et certains de ses alliés. Ces leaders politiques avaient scellé une allian […] Lire la suite

Pour citer l’article

John M. CUNNINGHAM, « AI WEIWEI (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ai-weiwei/