AGROMÉTÉOROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Végétaux : température sur le développement

Végétaux : température sur le développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Céréales : besoins thermiques des maïs

Céréales : besoins thermiques des maïs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Végétaux : réactions au stress hydrique

Végétaux : réactions au stress hydrique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Céréales : rendement du maïs avec restriction d'eau

Céréales : rendement du maïs avec restriction d'eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


Banques de données et réseaux météorologiques

Les données météorologiques nécessaires

Il s'agit des données météorologiques de base qui doivent être disponibles, moyennées ou cumulées, à différentes échelles de temps (l'heure, le jour, la décade, le mois, la saison ou l'année).

Cinq variables météorologiques sont principalement utilisées en agrométéorologie : il s'agit de la température de l'air (mesurée sous abri à 2 mètres au-dessus du sol), de la pression partielle de vapeur d'eau dans l'air (mesurée sous abri à la même hauteur), de la vitesse du vent (mesurée à 10 mètres au-dessus du sol), du rayonnement solaire global (ou de la durée d'insolation journalière) et de la pluviométrie. Les trois premières variables physiques sont des variables « intensives » au sens où elles décrivent l'état d'un système à un instant donné, tandis que les deux autres sont des variables « extensives » qui quantifient un échange d'énergie ou de masse entre l'atmosphère et le sol. On utilise également des variables dérivées, telles que l'humidité relative de l'air, qui dépend de la température et de la pression partielle de vapeur d'eau.

Les banques de données agrométéorologiques

Elles sont issues des données météorologiques de base, après deux types de transformation : d'une part, des opérations de moyenne temporelle, d'autre part, des calculs de variables agroclimatiques élaborées, combinant en une formule des données météorologiques de base. Par exemple, l'évapotranspiration potentielle calculée par la formule de Penman combine les effets de la durée d'insolation, de la température de l'air, de l'humidité de l'air et de la vitesse du vent.

Les principales variables agroclimatiques sont les sommes de températures au-dessus d'un seuil, l'évapotranspiration potentielle (E.T.P.), le bilan hydrique potentiel (pluie-E.T.P.), ainsi que différents termes du bilan hydrique réel du sol.

Les pas de temps les plus utilisés en agrométéorologie sont d'une part de l'ordre de la décade (dix ou onze jours) et d'autre part la saison.

Les réseaux météorologiques

La couverture spatiale du territoire français [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

  • : ingénieur diplômé de l'École polytechnique, ingénieur civil de la météorologie, responsable du département coordination régionale à Météo France
  • : ingénieur des Ponts et Chaussées, responsable de la division d'agro-météorologie, Météo France

Classification


Autres références

«  AGROMÉTÉOROLOGIE  » est également traité dans :

FERTILITÉ DES SOLS

  • Écrit par 
  • Louis GACHON
  •  • 2 813 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Facteurs fonciers »  : […] Les facteurs fonciers sont de deux ordres. Les uns relèvent du climat . Il s'agit d'abord de la radiation globale qui procure aux plantes l'énergie lumineuse dont elles ont besoin et qui varie avec la latitude, l'altitude, l'exposition ; ensuite, d'autres facteurs atmosphériques, tels que le taux de gaz carbonique, le degré hygrométrique, les vents, la température, qui comman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fertilite-des-sols/#i_88346

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuel CHOISNEL, Emmanuel CLOPPET, « AGROMÉTÉOROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrometeorologie/