AGRICULTURE DURABLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Problématiques et nouveaux développements des formes d’agriculture durable

Les limites de l’agriculture biologique

L’agriculture biologique jouit d’une image très positive dans l’opinion publique. Elle est synonyme de santé, de pureté, de qualité, de naturalité, d’harmonie avec l’environnement, de proximité avec les consommateurs… Elle bénéficie, par ailleurs, du soutien d’actions militantes guidées par des considérations éthiques, comme celle des « locavores », c’est-à-dire des citoyens qui cherchent à acquérir les produits alimentaires qu’ils consomment au plus près de leur lieu de résidence. Les A.M.A.P., qui s’inscrivent dans cette démarche de proximité, font souvent une large place aux produits « bio ».

L’agriculture biologique bénéficie d’une reconnaissance officielle en France depuis le début des années 1980 et un règlement communautaire européen s’applique à elle depuis 1991. Cette reconnaissance se manifeste par l’attribution, depuis 1984, du logo AB (agriculture biologique) à ses productions. Le Grenelle de l’environnement de 2007 avait fixé pour la France des objectifs de 6 p. 100 des superficies agricoles en « bio » pour 2012 et de 20 p. 100 pour 2020. Ces objectifs se sont révélés trop ambitieux : le « bio » n’occupait qu’un peu plus de 3 p. 100 des superficies agricoles françaises (et seulement 4 p. 100 des exploitations) en 2012 et l’objectif pour 2018 (la référence à 2020 ayant été abandonnée) a été fixé à 8 p. 100. En France, l’agriculture biologique est surtout présente dans les régions méridionales (régions méditerranéenne et aquitaine) ainsi que dans le Grand Ouest. Elle est très peu pratiquée dans le Bassin parisien.

Agriculture biologique : logos

Dessin : Agriculture biologique : logos

Les produits issus de l’agriculture biologique sont reconnaissables à leur logo : en haut, le logo européen, en bas le logo français. Le premier, encore appelé Eurofeuille, est composé à partir de deux éléments : le drapeau européen, emblème officiel de l’Union européenne depuis... 

Crédits : Commission européenne Agriculture et développement rural/ Encyclopædia Universalis France

Afficher

Si l’Union européenne rassemble le quart des superficies cultivées en « bio » de la planète et figure parmi les pays qui font le plus de place à l’agriculture biologique (5 p. 100 de ses surfaces agricoles), les superficies agricoles destinées à l’agriculture biologique certifiée comme telle, correspondent, à l’échelle mondiale, à moins de 1 p. 100 de l’ensemble des terres agricoles de la planète. Les contrôles et les certifications (qui sont réalisés aux frais des producteurs) ne portent que sur les moyens mis en œuvre et pas sur les résultats et la qualité des produits obtenus. Aucune étude approfondie n’a d’ailleurs pu prouver jusque-là que les produits agricoles « bio » soient effectivement meilleurs pour la nutrition et la santé que ceux de l’agriculture conventionnelle.

Agriculture biologique dans le monde (2009)

Dessin : Agriculture biologique dans le monde (2009)

Carte mondiale montrant la place de l'agriculture biologique dans le monde (chiffres de 2009).  L'Australie et l'Union européenne sont les deux grands pôles de ce type d'agriculture en nombre d'hectares, avec respectivement 12 et 8,5 millions d'hectares.  

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Si l’agriculture biologique présente des qualités très réelles dans le domaine environnemental, elle n’en comporte pas moins des limites. Son refus d’utiliser des herbicides de synthèse l’oblige à recourir à des désherbages mécaniques qui sont coûteux en main-d’œuvre et en énergie. Le seul fongicide efficace qu’elle s’autorise – le sulfate de cuivre, dont la préparation la plus connue est la « bouillie bordelaise » – présente l’inconvénient d’accroître les teneurs en cuivre (métal dont la dégradation est particulièrement lente) de différents produits agricoles, dont la pomme de terre, la tomate ou le raisin. Enfin, les rendements par hectare de l’agriculture biologique sont à la fois inférieurs de 30 à 40 p. 100 à ceux de l’agriculture conventionnelle et bien plus irréguliers d’une année sur l’autre. Cela implique, pour ses productions, des prix de vente en général de 40 à 50 p. 100 supérieurs par rapport à ceux de l’agriculture conventionnelle, et parfois davantage. Les consommateurs de produits « bio » appartiennent plutôt aux catégories sociales les plus aisées.

Agriculture biologique : désherbage mécanique

Photographie : Agriculture biologique : désherbage mécanique

L'agriculture biologique peut être pratiquée sur de grandes exploitations fortement mécanisées, comme ici dans le nord de la France, dans le département de la Somme. Le désherbage mécanique permet d'éviter le recours à des pesticides d'origine industrielle. Mais, il peut nécessiter... 

Crédits : Terre-net Média/ www.terre-net.fr

Afficher

Si le « tout bio » peut être envisagé et encouragé sur des espaces relativement limités, telles les zones de captage d’eau potable, sa généralisation n’apparaît guère envisageable – malgré une demande qui demeure dynamique – à des échelles plus vastes (régionale, nationale ou internationale) compte tenu de la modestie des quantités produites, modestie qui est souvent considérée comme garante de sa rentabilité. Bien des agriculteurs hésitent à se lancer dans des modes de production qui comportent davantage de risques et exigent nettement plus de travail. Ils redoutent également de dépendre de façon excessive des filières de commercialisation de la grande distribution qui cherche à développer ses ventes dans un domaine très rentable pour elle.

Toutefois, s’il est bien incapable de faire face à une demande alimentaire mondia [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Enjeux en agriculture durable

Enjeux en agriculture durable
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Pratiques privilégiées en agriculture durable

Pratiques privilégiées en agriculture durable
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Agriculture de conservation : semis direct

Agriculture de conservation : semis direct
Crédits : D. Ferguson/ Agstockusa/ Age Fotostock

photographie

Agriculture de conservation et agriculture biologique

Agriculture de conservation et agriculture biologique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, membre de l'Académie d'agriculture de France

Classification

Autres références

«  AGRICULTURE DURABLE  » est également traité dans :

AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 9 956 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Perspectives »  : […] Les acquisitions et locations de terres à la suite de la crise de 2007-2008 ont été si amples et si rapides qu'elles entraînent un risque élevé de concentration croissante du contrôle de la terre et de ses ressources, et d'exclusion de très nombreuses populations rurales pauvres. Or, pour beaucoup d'entre elles, la terre est la principale ou la seule source possible de moyens d'existence : elles n […] Lire la suite

AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

  • Écrit par 
  • François PAPY
  •  • 7 394 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La diversification des modes de production »  : […] De son côté, pour faire face aux exigences croissantes de la société et renouer des liens avec elle, le monde agricole reconsidère ses modes de production, essayant de concilier production (en quantité et qualité) et préservation des ressources. Mais que de conceptions différentes ! On est loin du modèle unique qui prévalait dans la période antérieure. Des qualificatifs variés, sans signification […] Lire la suite

AGRICULTURE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Céline CRESSON, 
  • Claire LAMINE, 
  • Servane PENVERN
  •  • 7 860 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Enjeux liés au changement d’échelle de l’agriculture biologique »  : […] En France, l’agriculture biologique représentait à la fin de l’année 2019 plus de 47 196 producteurs et, au total, 70 322 opérateurs répartis à tous les niveaux de la filière . La production « bio » a doublé en cinq ans. Le cap des deux millions d’hectares a été franchi, ce qui représente 8,5 p. 100 de la SAU. Mais ce développement ne se fait pas de façon uniforme sur le territoire et dans les div […] Lire la suite

LUTTE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Guy RIBA, 
  • René SFORZA, 
  • Christine SILVY
  •  • 7 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Perspectives »  : […] Plus que jamais on sait aujourd'hui qu' il va falloir procéder à une forte évolution des pratiques de l'agriculture intensive afin que celle-ci soit plus respectueuse de l'environnement, plus durable et nécessairement compatible avec la rentabilité économique des exploitations agricoles et des filières de production. Dans ce contexte, la lutte biologique présente de nombreux atouts que l'on peut f […] Lire la suite

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 162 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vers une nouvelle forme d'agriculture »  : […] On a cherché depuis peu à promouvoir, plus particulièrement sous les tropiques, une nouvelle forme d'agriculture capable d'assurer des rendements soutenus dans le temps. Cette forme d'agriculture, que l'on a proposé de désigner sous le terme d' agriculture intégrée ou par d'autres termes tels qu'agriculture durable ou viable à long terme (en anglais sustainable agriculture ), devrait présenter […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-17 mai 2012 France. Élection de François Hollande à la présidence de la République et nomination de Jean-Marc Ayrault au poste de Premier ministre

) à l'Agriculture, à l'Agroalimentaire et à la Forêt, Marylise Lebranchu (P.S.) à la Réforme de l'État, à la Décentralisation et à la Fonction publique, Victorin Lurel (P.S.) à l'Outre-Mer, Sylvia Pinel (P.R.G.) à l'Artisanat, au Commerce et au Tourisme, et Valérie Fourneyron (P.S.) aux Sports, à la Jeunesse, à l'Éducation populaire et à la Vie associative. […] Lire la suite

10-30 mai 2008 France. Protestation des pêcheurs contre la hausse du gazole

Le 21, des représentants des pêcheurs rencontrent le ministre de l'Agriculture, Michel Barnier, qui avait annoncé en janvier un plan « pour une pêche durable » de 310 millions, établi à la suite du précédent conflit de l'automne de 2007. Un accord se dégage concernant l'octroi d'une aide de 110 millions d'euros en 2008, l'application du plan sur deux ans au lieu de trois et un prix garanti du litre de gazole fixé à 40 centimes d'euro au lieu de 70. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul CHARVET, « AGRICULTURE DURABLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/agriculture-durable/