AGRESSIVITÉ, éthologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cas particulier de l'agression chez l'homme

Contrairement à ce que d'aucuns affirment, la transposition à notre espèce de ces résultats solidement établis chez l'animal est pratiquement impossible. Chez l'homme, les capacités d'apprentissage sont bien supérieures à celles des animaux, son enfance est beaucoup plus longue ; l'homme sait manipuler des symboles, remplacer l'un par l'autre, réaliser des opérations logiques sur de telles représentations mentales, ce qui laisse supposer qu'il y aura un nombre bien supérieur de stimulus susceptibles d'activer ou d'inhiber les substrats neuronaux de l'agression.

Si l'homme paraît, à première vue, ne posséder aucun comportement ritualisé propre à réduire l'agression, il possède, seul, le langage verbal et nous savons bien que les paroles peuvent faire plus mal que les coups. Notre langage articulé, qui nous permet de menacer, d'agresser, de mentir, de nous soumettre, n'a-t-il pas pris la place des comportements ritualisés des animaux ?

Alors qu'il semblait exister des similitudes étroites entre l'animal et l'homme en ce qui concerne les facteurs endogènes de l'agression, beaucoup de divergences apparaissent au niveau des facteurs exogènes, expérimentiels, ontogénétiques, etc. Un tel constat n'a rien pour nous surprendre car, dès que l'on tente de définir ce que l'on entend par agression, des divergences similaires se font jour. Déjà, chez l'animal, on pourrait presque dire qu'il existe autant de définitions de ce comportement qu'il existe d'équipes de chercheurs se préoccupant de cette question. Une définition comme celle de Carthy et Ebling a le mérite de satisfaire la majorité des spécialistes : « Un animal se comporte de manière agressive lorsqu'il inflige, cherche à infliger ou menace d'infliger un dommage à un autre organisme. »

Cette définition commode ne fait aucune allusion aux situations propices à l'agression, aux diverses formes d'agression : l'agression territoriale, l'agression d'évitement, l'agression prédatrice, l'agression provoquée par la douleur, l'agression maternel [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Strasbourg-I (Louis-Pasteur), directeur du laboratoire de psychophysiologie.

Classification


Autres références

«  AGRESSIVITÉ, éthologie  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 591 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Signaux inhibiteurs de l'agressivité »  : […] Il existe souvent une inhibition de l'agressivité des adultes envers les jeunes ou des mâles envers les femelles. Un chien mâle adulte n'attaque pas un chiot ou une femelle, tout au plus il les menacera mais en retenant ses morsures. Chez les babouins, les très jeunes singes ont un pelage noir alors que les adultes sont gris-beige. Cette caractéristique agit comme un inhibiteur de l'agression, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-comportement-social/#i_2004

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « Vers une science des mœurs »  : […] Comment faire pièce à l'agressivité inhérente au sujet et qui constamment menace de s'actualiser en violence collective – ou en menues incivilités ? Tel est bien le problème qu'ont à « régler » les institutions, et à résoudre ceux qui ont la charge d'en assurer le fonctionnement. Le corpus formé par les œuvres majeures des sciences sociales, politiques et juridiques est riche d'éléments de réponse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incivilite/#i_2004

INSTINCT

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 9 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractéristiques des déclencheurs »  : […] Les déclencheurs sont constitués à la fois par des caractéristiques configurationnelles de la morphologie et par des attitudes et des mouvements typiques. Il serait, semble-t-il, assez artificiel de distinguer ici des stimuli statiques et des stimuli dynamiques, les premiers comprenant les formes, les grandeurs et les couleurs, les seconds groupant essentiellement les mouvements. La plupart des ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instinct/#i_2004

LIMBIQUE SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Pierre KARLI
  •  • 4 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans la réactivité émotionnelle et les comportements socio-affectifs »  : […] Des lésions bilatérales de l'amygdale entraînent une diminution importante de la réactivité émotionnelle, aussi bien chez l'homme que chez l'animal. Dans tous les cas, cela se traduit par une certaine indifférence vis-à-vis de l'environnement, par des réactions nettement atténuées à l'égard des diverses stimulations sociales : atténuation de l' agressivité intraspécifique ainsi que des réactions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-limbique/#i_2004

PRÉDATION

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 2 944 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les données du problème »  : […] Prédation et agression . Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la différence est grande entre ces deux termes. Le comportement d'agression s'exerce entre sujets de la même espèce et très souvent de la même bande ou de la même famille. Il se manifeste par toute une série d'attitudes dites de menace, hautement ritualisées ; la conclusion n'en est pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predation/#i_2004

SUBORDINATION & DOMINANCE HIÉRARCHIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-France BOUISSOU, 
  • Georges LE MASNE, 
  • Jean-Pierre SIGNORET
  •  • 6 720 mots

À l'intérieur d'un groupe d'animaux peut s'établir une véritable organisation hiérarchique, reposant sur des phénomènes de dominance de certains individus par rapport à d'autres, qui leur sont subordonnés. Ce type d'organisation (dominance-subordination) prend une très grande importance dans de nombreux groupements sociaux de Vertébrés ; il constitue un élément fondamental de leur structure. Il e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/subordination-et-dominance-hierarchiques/#i_2004

TERRITOIRE, éthologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RUWET
  •  • 2 765 mots
  •  • 4 médias

Dans les différentes classes de Vertébrés, les structures sociales ont évolué sous la pression de deux exigences : d'une part, multiplier les contacts et la coopération entre individus pour la recherche de nourriture, l'utilisation d'abris, la reproduction, l'élevage et la protection des jeunes, ce qui explique la complexité croissante des relations au sein du couple temporaire ou durable, de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/territoire-ethologie/#i_2004

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Anthropologie »  : […] L'anthropologie historique fournit des indications intéressantes, même si l'arbre de l'évolution humaine se révèle, au fil des découvertes, de plus en plus compliqué. L' Homo habilis (2 à 1,5 million d'années) a une capacité crânienne déjà importante (760 cm 3 ), et sa dentition est adaptée à un régime omnivore et carnivore. Vivant en station debout, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_2004

Pour citer l’article

Philippe ROPARTZ, « AGRESSIVITÉ, éthologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite-ethologie/