AGRESSIVITÉ, éthologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les facteurs génétiques

Il existe essentiellement deux méthodes pour tester l'intervention d'éventuels facteurs génétiques dans le déterminisme des comportements d'agression chez l'animal ; tout d'abord, on dispose aujourd'hui de plusieurs dizaines de lignées ou souches de souris consanguines entre lesquelles des comparaisons de niveau d'agression peuvent être réalisées. L'autre méthode consiste à sélectionner artificiellement, de génération en génération, d'une part les animaux les plus agressifs, d'autre part les moins agressifs. Ces deux méthodes ont clairement démontré l'intervention de facteurs génétiques ; plusieurs chercheurs ont également supposé que des facteurs cytoplasmiques pourraient jouer un rôle dans le déterminisme de ces comportements.

C'est surtout la souris domestique qui est utilisée pour ce genre de travaux, en raison de l'agression bien connue des mâles et du fort taux de reproduction de cette espèce. C'est, par exemple, chez cet animal que l'on recherche la localisation du ou, plus vraisemblablement, des gènes responsables non pas de l'agression, mais d'une prédisposition à l'agression. On se demande s'il n'existerait pas certaines composantes du comportement agonistique de la souris comme la latence de la première attaque, le nombre d'attaques et le temps total passé à se battre qui ne dépendraient que d'un seul et même gène, alors que les battements de la queue en signe de menace dépendraient d'au moins deux gènes.

Maxson (1981) se demande si le chromosome sexuel Y, caractéristique des mâles, ne pourrait pas être le principal porteur des gènes de l'agression. En effet, si ce chromosome n'avait pour seule fonction que la différenciation de la gonade neutre en testicule, au cours de la vie embryonnaire, la plus grande partie de l'ADN de ce chromosome ne servirait à rien. Si cette hypothèse se révélait exacte, il y aurait un phénomène de co-évolution de tous les caractères portés par ce chromosome puisqu'il ne peut y avoir de gènes homologues à ceux de cet unique chromosome. Dans une telle hypothèse, les même [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Strasbourg-I (Louis-Pasteur), directeur du laboratoire de psychophysiologie.

Classification


Autres références

«  AGRESSIVITÉ, éthologie  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 591 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Signaux inhibiteurs de l'agressivité »  : […] Il existe souvent une inhibition de l'agressivité des adultes envers les jeunes ou des mâles envers les femelles. Un chien mâle adulte n'attaque pas un chiot ou une femelle, tout au plus il les menacera mais en retenant ses morsures. Chez les babouins, les très jeunes singes ont un pelage noir alors que les adultes sont gris-beige. Cette caractéristique agit comme un inhibiteur de l'agression, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-comportement-social/#i_2004

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « Vers une science des mœurs »  : […] Comment faire pièce à l'agressivité inhérente au sujet et qui constamment menace de s'actualiser en violence collective – ou en menues incivilités ? Tel est bien le problème qu'ont à « régler » les institutions, et à résoudre ceux qui ont la charge d'en assurer le fonctionnement. Le corpus formé par les œuvres majeures des sciences sociales, politiques et juridiques est riche d'éléments de réponse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incivilite/#i_2004

INSTINCT

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 9 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractéristiques des déclencheurs »  : […] Les déclencheurs sont constitués à la fois par des caractéristiques configurationnelles de la morphologie et par des attitudes et des mouvements typiques. Il serait, semble-t-il, assez artificiel de distinguer ici des stimuli statiques et des stimuli dynamiques, les premiers comprenant les formes, les grandeurs et les couleurs, les seconds groupant essentiellement les mouvements. La plupart des ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instinct/#i_2004

LIMBIQUE SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Pierre KARLI
  •  • 4 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans la réactivité émotionnelle et les comportements socio-affectifs »  : […] Des lésions bilatérales de l'amygdale entraînent une diminution importante de la réactivité émotionnelle, aussi bien chez l'homme que chez l'animal. Dans tous les cas, cela se traduit par une certaine indifférence vis-à-vis de l'environnement, par des réactions nettement atténuées à l'égard des diverses stimulations sociales : atténuation de l' agressivité intraspécifique ainsi que des réactions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-limbique/#i_2004

PRÉDATION

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 2 944 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les données du problème »  : […] Prédation et agression . Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la différence est grande entre ces deux termes. Le comportement d'agression s'exerce entre sujets de la même espèce et très souvent de la même bande ou de la même famille. Il se manifeste par toute une série d'attitudes dites de menace, hautement ritualisées ; la conclusion n'en est pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predation/#i_2004

SUBORDINATION & DOMINANCE HIÉRARCHIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-France BOUISSOU, 
  • Georges LE MASNE, 
  • Jean-Pierre SIGNORET
  •  • 6 720 mots

À l'intérieur d'un groupe d'animaux peut s'établir une véritable organisation hiérarchique, reposant sur des phénomènes de dominance de certains individus par rapport à d'autres, qui leur sont subordonnés. Ce type d'organisation (dominance-subordination) prend une très grande importance dans de nombreux groupements sociaux de Vertébrés ; il constitue un élément fondamental de leur structure. Il e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/subordination-et-dominance-hierarchiques/#i_2004

TERRITOIRE, éthologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RUWET
  •  • 2 765 mots
  •  • 4 médias

Dans les différentes classes de Vertébrés, les structures sociales ont évolué sous la pression de deux exigences : d'une part, multiplier les contacts et la coopération entre individus pour la recherche de nourriture, l'utilisation d'abris, la reproduction, l'élevage et la protection des jeunes, ce qui explique la complexité croissante des relations au sein du couple temporaire ou durable, de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/territoire-ethologie/#i_2004

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Anthropologie »  : […] L'anthropologie historique fournit des indications intéressantes, même si l'arbre de l'évolution humaine se révèle, au fil des découvertes, de plus en plus compliqué. L' Homo habilis (2 à 1,5 million d'années) a une capacité crânienne déjà importante (760 cm 3 ), et sa dentition est adaptée à un régime omnivore et carnivore. Vivant en station debout, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_2004

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe ROPARTZ, « AGRESSIVITÉ, éthologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite-ethologie/