AGENCE DE LA BIOMÉDECINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une institution flambant neuf

Située dans des locaux neufs, près du stade de France à Saint-Denis, l'Agence de la biomédecine est encore bien jeune pour qu'un bilan de son activité puisse être dressé. En tout cas, la journée qu'elle a organisée le 22 juin 2005 sur le don d'organes, qui renouvelait une opération mise en place cinq ans plus tôt par l'Établissement français des greffes, a été un succès. « Alors que l'on manque cruellement de donneurs, déclarait Carine Camby, un des objectifs retenus en 2005 était d'aider les Français à faire connaître leur position à leurs proches sur ce thème, de façon à diminuer le nombre de refus familiaux à ce geste en cas de décès. » Or cette journée a eu un impact important dans les médias car la question du don d'organes sensibilise la population française.

Afin d'accroître le nombre des transplantations, l'une de ses principales missions, l'Agence de la biomédecine développe des actions sur le plan organisationnel, médical et juridique. Elle plaide aussi pour la réalisation de prélèvements sur des sujets décédés par arrêt cardiaque comme la nouvelle législation l'autorise, alors que la pratique habituelle repose sur des prélèvements réalisés chez des personnes en état de mort encéphalique. Enfin, elle met en œuvre les nouvelles dispositions légales sur la greffe à partir de donneurs vivants, dont le cercle a été élargi par les lois de bioéthique du 6 août 2004 et dont l'autorisation est dorénavant délivrée par des comités d'experts dont l'agence assure le secrétariat. Ce nouveau cadre, est-il estimé, devrait permettre de développer ce type de greffes dans de bonnes conditions de sécurité. Mais il est clair que la situation diffère selon qu'il s'agit de greffes de rein, aux risques assez limités et dont le nombre pourrait donc prochainement s'accroître ; de greffes du poumon, très délicates à réaliser techniquement et demeurant donc exceptionnelles ; ou de greffes de foie, qui doivent rester sous bonne surveillance car elles ne sont pas sans danger pour le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  AGENCE DE LA BIOMÉDECINE  » est également traité dans :

THÉRAPEUTIQUE - Thérapies substitutives et régénératives

  • Écrit par 
  • Didier HOUSSIN
  •  • 4 332 mots

Dans le chapitre « L'avenir des greffes d'organes et de tissus »  : […] Des progrès sont prévisibles, en raison du perfectionnement des techniques chirurgicales et de l'apparition de nouveaux immunosuppresseurs à action plus sélective sur le système immunitaire et à toxicité réduite. Cependant, les perspectives les plus importantes s'ouvrent dans le domaine de l'accès au greffon. Depuis de longues années déjà, la substitution d'éléments du corps humain confronte les g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-therapies-substitutives-et-regeneratives/#i_39675

Voir aussi

Pour citer l’article

Corinne TUTIN, « AGENCE DE LA BIOMÉDECINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agence-de-la-biomedecine/