ÂGE ET PÉRIODE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mesure et construction du temps

Le xxe siècle verra à la fois la mise au point d'outils de plus en plus précis pour la mesure du temps, et la poursuite des débats sur l'interprétation historique et sociale des unités temporelles définies.

Les techniques de datation absolue (mises en œuvre quand on ne dispose pas de textes anciens permettant de dater directement les découvertes archéologiques) sont en progrès régulier. Elles reposent sur l'analyse d'un processus d'évolution biologique ou physico-chimique supposé régulier et mesurable : croissance des cernes des arbres (dendrochronologie), croissance de la patine des outils d'obsidienne (hydratation), enregistrement des radiations du sol par des objets minéraux ayant subi la chaleur, comme les poteries ou les pierres (thermoluminescence), variation de la direction et de l'intensité du champ magnétique terrestre enregistrées également par des objets minéraux chauffés (archéomagnétisme), dégradation des acides aminés (racémisation), baisse progressive du taux de radioactivité des organismes vivants après leur mort (carbone 14, uranium et thorium, potassium et argon). Chacune de ces méthodes a son champ particulier : le carbone 14 n'est guère mesurable au-delà de 50 000 ans, en revanche potassium et argon sont utilisés à partir de 500 000 ans. Mais les processus mesurés ne sont pas toujours uniformes et les marges d'erreur peuvent être importantes.

On distingue par ailleurs les datations « relatives », qui situent les traces d'événements passés les unes par rapport aux autres. Certaines peuvent se faire directement sur le terrain. Le cas le plus connu est celui des couches archéologiques successives, lorsqu'une population a longtemps vécu au même endroit – ce que l'archéologue allemand Heinrich Schliemann fut l'un des premiers à mettre en évidence par ses fouilles du site de Troie, dans les années 1870. Ces couches sont effectivement comparables, à une échelle réduite, aux couches stratigraphiques à travers lesquelles les géologues lisent l'histoire de la Terre. L'archéologie peut ainsi produire des diagrammes très complexes, établissant la séquence chronologique relative de l'ensemble des faits reconnus lors d'une fouille, qui resteront ensuite à dater de manière absolue. Ainsi s'établit une hiérarchie de l'ensemble des unités temporelles, du plus petit événement observable (la trace d'un geste, par exemple) aux grandes périodes de l'histoire humaine.

Il existe une autre approche « relative », celle qui met les objets en série, en fonction de l'évolution progressive de leurs formes. Ainsi, dans un cimetière qui aura été utilisé durant plusieurs siècles, la forme des bijoux, des armes ou des poteries évolue dans le temps, à un rythme plus ou moins rapide. Des méthodes statistiques permettent de placer les tombes les unes par rapport aux autres en fonction des objets qu'elles contiennent et de retrouver ainsi l'ordre des inhumations, donc de reconnaître des phases ou périodes successives, chacune caractérisée par certains types d'objets. Cette approche repose sur un trait particulier des civilisations humaines : une invention technique ou stylistique augmente progressivement en quantité au fil du temps, puis disparaît.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  ÂGE ET PÉRIODE  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Histoire de l'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 386 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Chronologies et typologies »  : […] Après l'accumulation, la tâche suivante des archéologues sera, dans le sillage de Winckelmann, mais aussi de Linné, de mettre en ordre leurs objets en les classant, par forme mais aussi dans le temps et l'espace. Pour ce qui regarde la chronologie, un conservateur du musée de Copenhague, Christian Thomsen, définit les trois âges successifs de la préhistoire, respectivement « de la pierre », « du […] Lire la suite

ANTIQUITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre JUDET DE LA COMBE
  •  • 1 979 mots

Dans le chapitre « L'Antiquité comme modèle »  : […] Le mot « Antiquité » pose, implicitement, la question de la continuité de l'histoire, de la pertinence de son découpage en périodes définies et, plus fondamentalement, celle du progrès ou de la décadence inhérents au déroulement du temps humain. De fait, c'est un terme à la fois relatif et normatif. Relatif, il suppose que, face à l'Antiquité, période définie avant tout par son ancienneté, existe […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-13 janvier 2016 France. Attaque d’un enseignant juif à Marseille.

Le 12, le président du consistoire israélite de Marseille, Zvi Ammar, conseille aux juifs d’« enlever leur kippa dans cette période trouble, jusqu’à des jours meilleurs », afin de ne pas être identifiables. Il est aussitôt désavoué par le grand rabbin de France Haïm Korsia et le président du Consistoire central Joël Mergui.  […] Lire la suite

6 mai 1987 Afrique du Sud. Progression de la droite aux élections législatives blanches

L'archevêque anglican Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, commente ces résultats en affirmant que « l'Afrique du Sud est entrée dans l'âge des ténèbres, la période la plus sombre de son histoire » et en prédisant « une escalade de l'oppression, de l'intolérance et de la répression ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « ÂGE ET PÉRIODE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/age-et-periode/