AFRIQUE (conflits contemporains)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ethnicité dans la longue durée historique

Pour comprendre les conflits africains contemporains, il est indispensable de retracer l'histoire de l'imposition de l'État moderne, colonial puis postcolonial. En effet, l'ethnicité, c'est-à-dire la conscience d'appartenir à un groupe humain différent des autres et de le revendiquer, est indissociable en Afrique de la formation du modèle européen d'État-nation qui s'amorce à la fin du xixe siècle. À cet égard, on peut s'interroger sur l'origine des ethnies en Afrique : ont-elles été « inventées » par le colonisateur (français, anglais, belge, portugais, espagnol) ou ont-elles préexisté à la conquête coloniale ?

Cette question a fait l'objet de débats passionnés qui ont vu s'opposer deux thèses majeures parmi les spécialistes français de l'Afrique au cours des années 1970-1980. Les premiers, issus pour l'essentiel de l'anthropologie marxiste, avaient comme figures de proue Claude Meillassoux et, avec des nuances substantielles, Jean-Loup Amselle. Ils affirmaient que les ethnies étaient une création coloniale, née de la volonté de l'administration coloniale de territorialiser le continent et d'en rationaliser la gestion en le découpant en entités ethniques. Les populations se seraient ensuite réapproprié ces identités « inventées » qui s'avéraient utiles pour élaborer leurs stratégies d'accès au pouvoir et aux ressources. Pour les tenants de cette thèse, l'ethnicité serait donc l'expression d'une fausse conscience dont la mobilisation par les leaders politiques tels que Henri Konan Bédié en Côte d'Ivoire, Samuel Doe au Liberia, Daniel Arap Moi au Kenya, Denis Sassou Nguesso au Congo ou Paul Biya au Cameroun relèverait de la manipulation et détournerait des vraies luttes sociales. Les seconds, plutôt issus de l'école historico-sociologique, comme Jean-Pierre Chrétien ou Gérard Prunier, considèrent que, certes, le colonisateur a « bricolé » les ethnies en Afrique, mais qu'il ne les a pas « inventées » pour autant. Il les a plutôt retravaillées, reformulées, nommées, classées, hiérarchisées, créant ainsi des frontières ethniques là où il n'y en avait pas toujours. Mais si cette entreprise de bornage ethnique a pu être menée à bien – avec le concours des mouvements missionnaires qui y contribuèrent, volontairement ou involontairement, via la codification des langues indigènes, la spatialisation de leur action et la fixation de certaines coutumes –, c'est parce qu'il existait sans doute, de manière plus ou moins diffuse, un minimum de substrat historique grâce auquel a pu se cristalliser un sentiment d'être différent. Comme le résume le titre d'un ouvrage coordonné par J.-P. Chrétien et G. Prunier, qui défend cette thèse, Les ethnies ont une histoire, histoire qui ne se réduit pas à celle de la rencontre avec la modernité occidentale... Dès lors, la question centrale qui se pose n'est pas de savoir ce qu'est une ethnie – une notion difficile à définir – ou ce qu'est un Zoulou ou un Mossi, mais plutôt comment, par quel processus devient-on zoulou ou mossi ; c'est également de savoir pourquoi l'ethnicité fait sens, pourquoi elle mobilise et pourquoi les acteurs sociaux se réapproprient des identités ethniques dont ils savent qu'elles ont été et sont manipulées. Même si, comme le postule l'anthropologie marxiste classique, les ethnies n'existent pas, l'ethnicité, elle, existe, par les usages sociaux qu'elle recouvre et parce qu'elle représente un répertoire privilégié d'énonciation du politique, en Afrique et ailleurs.

La colonisation face au fait ethnique

La référence à l'héritage de l'anthropologie marxiste renvoie au statut que le fait ethnique a longtemps occupé dans la pensée politique et académique française. Il y a, en la matière, un contraste radical avec le monde anglo-saxon, attentif à la problématique de l'ethnicité dès le début du xxe siècle. Il faudra, au contraire, attendre le début des années 1970 pour que son homologue français considère enfin l'ethnicité comme un objet scientifique légitime, n'entretenant pas forcément des liens équivoques avec les thèses racialistes qui étaient en vogue au xixe siècle. Cette méfiance envers l'ethnie, comme principe d'identification collective et comme objet [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Colonisation du Congo, début du XXe siècle

Colonisation du Congo, début du XXe siècle
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Kikuyu en fuite, 2007

Kikuyu en fuite, 2007
Crédits : Simon Maina/ AFP

photographie

Guerre civile au Liberia

Guerre civile au Liberia
Crédits : Patrick Robert/ Sygma/ Getty Images

photographie

Félix Houphouët-Boigny

Félix Houphouët-Boigny
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., à Sciences Po Bordeaux

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

27 mai 2010 États-Unis. Nouvelle stratégie de sécurité nationale

Le texte indique que les « intérêts communs » à l'ensemble des États comprennent, hormis le maintien de la sécurité collective au sens traditionnel du terme, la garantie de « l'accession à une croissance économique équilibrée et durable [ainsi que] la mise au point de réponses collectives face aux menaces du changement climatique, des conflits armés ou des pandémies ». […] Lire la suite

27-28 novembre 1998 France – Afrique. Promesse de cessez-le-feu en république démocratique du Congo lors du sommet franco-africain

Le 27 s'ouvre à Paris le vingtième sommet Afrique-France en présence des représentants de quarante-neuf pays – dont trente-quatre chefs d'État. Le secrétaire général de l'O.N.U., Kofi Annan, y assiste pour la première fois, en qualité d'observateur. Le principal thème du sommet est la sécurité, alors que de nombreux conflits déchirent le Continent noir. […] Lire la suite

14-19 septembre 1995 Vatican – Afrique. Visite du pape Jean-Paul II au Cameroun, en Afrique du Sud et au Kenya

Les 16 et 17, Jean-Paul II effectue une visite hautement symbolique en Afrique du Sud, où il ne s'était jamais rendu pour ne pas cautionner le régime d'apartheid. Les 18 et 19, au Kenya, où il prône « la libération de l'homme » en référence au régime autoritaire de Nairobi, le souverain pontife appelle l'Afrique à se réconcilier et à se prendre en charge. […] Lire la suite

4-31 mars 1994 Afrique du Sud. Menaces de boycottage avant les premières élections multiraciales

Il est réintégré de facto au sein de l'Afrique du Sud. Le 13, Lucas Mangope et arrêté. Le 15, Nelson Mandela effectue une tournée triomphale au Bophuthatswana où son parti était jusqu'alors interdit. Le 16, à l'expiration du délai légal, l'Inkatha n'a finalement déposé aucune liste de candidats aux élections d'avril, contrairement au Front de la liberté. […] Lire la suite

4-30 juin 1990 Afrique du Sud. Voyage de Nelson Mandela en Europe et en Amérique et fin de l'état d'urgence

), quitte l'Afrique du Sud pour une tournée de six semaines dans plusieurs pays d'Europe et d'Amérique du Nord afin de plaider en faveur du maintien des sanctions économiques contre l'Afrique du Sud. Les 6 et 7, il est à Paris où il est accueilli par le président de la République et Mme Danielle Mitterrand, avant de s'entretenir avec de nombreuses personnalités politiques, dont Michel Rocard. […] Lire la suite

Pour citer l’article

René OTAYEK, « AFRIQUE (conflits contemporains) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique/